Archives mensuelles : juin 2014

Energie du cœur

10371641-belle-nectar-potable-de-papillon-de-fleurRôle des Chakras

  Les chakras servent à absorber l’énergie vitale, qui nous entoure. L’énergie reçue est alors métabolisée par chaque chakra puis envoyée dans les parties du corps dépendant du système nerveux majeur le plus proche. Cette énergie est indispensable au bon fonctionnement des corps subtils et du corps physique. La tradition orientale lui donne le nom de prana ou de chi. Si un chakra cesse de bien fonctionner, l’absorption de l’énergie en souffre, et les organes dépendants s’affaibliront.

Les chakras sont symbolisés par des fleurs de lotus et une forme circulaire tournant sur elle-même tandis que des pétales de la fleur de lotus se déploient l’un après l’autre. Le lotus représente la réalisation de l’être, l’accomplissement spirituel. La fleur incarne le principe féminin ou passif de la manifestation qui l’assimile à un réceptacle, une coupe, un vase recevant l’influence du principe masculin ou actif. Cette distinction entre principes passif et actif se retrouve dans les différentes formes traditionnelles: Prakriti/Purusha en Inde, yin/yang en Chine, féminin/masculin en Occident. De l’union de ces deux principes naît la manifestation de l’être et de toutes ses possibilités de réalisation dans toute forme traditionnelle.

Chaque chakra a ses caractéristiques et correspond à une couleur, à un élément et à des fonctions physiques et émotionnelles très précises. De plus chaque chakra vibre à une fréquence particulière.

L’influence des chakras sur la santé de notre corps physique s’explique par le principe selon lequel notre corps astral, où se situent les chakras, vibre à une fréquence plus élevée que notre corps physique, plus dense. Les troubles du premier se traduisent dans le second, entraînant des maladies. Ces dysfonctionnements peuvent se matérialiser soit par le rétrécissement des chakras ou par le ralentissement de leur vitesse de rotation, ce qui traduit une relative inactivité des organes, soit par l’élargissement des chakras ou par l’augmentation de leur vitesse de rotation, signe de problèmes à la fois physiques et émotionnels. C’est ce dernier phénomène que l’on observe sur le chakra du plexus solaire lorsque les surrénales travaillent trop, du fait du stress.

  Anahata chakra

Le 4e chakra – chakra du cœur – ANAHATA

Le chakra du cœur est associé au thymus. Ce chakra se situe au centre de la poitrine, au niveau du cœur. Il est résonance avec la 4e vertèbre dorsale. C’est le premier des chakras supérieurs correspondant au domaine spirituel, les trois premiers chakras étant reliés au monde physique et matériel. Il est le siège de l’amour de soi et d’autrui, la paix, la sympathie, l’indulgence, le pardon, la confiance et l’élévation spirituelle. Il est représenté par un lotus à 12 pétales et sa couleur est le vert. Élément physique : l’air.

Parties du corps : le cœur, la partie supérieure du dos, la cage thoracique, le sang, la circulation sanguine et la peau

Bien Équilibré : Amour inconditionnel, tendresse, acceptation, guérison, compassion, énergie transformatrice, lien avec l’âme, la joie, la confiance, et la serviabilité.

Mal Équilibré : Manque d’amour, sentiments négatifs, déception, séparation, rejet de la tendresse et de la douceur, dépendance affective, amour conditionnel, rigidité, froideur, et indifférence émotionnelle.

Les Granthis

Que signifie le terme Granthis? Granthi veut dire « nœud  » – Traditionnellement, ils sont au nombre de trois. Nous naissons avec les granthis qui en fait représentent les trois enseignements que nous devrons comprendre pour nous ouvrir à nous-mêmes. Chacun de ses granthis possèdent deux registres qui nous permettent donc d’évoluer.

Le premier Granthi ( Brahmâ  Granthi) se situe au niveau du chakra racine (Muladhara chakra) – Dans le premier registre, il est lié à l’animalité, la défense du territoire, tout ce qui est matériel, la nourriture, la sexualité et plus fondamentalement encore à la peur de mourir. Dans le second registre, il est la transcendance de cette animalité.

Le second Granthi (Vishnou Granthi)se situe au niveau du chakra du cœur (Anahata Chakra) Dans le premier registre, il est le lieu de l’Ego et la personnalité dont nous héritons à notre naissance et plus fondamentalement encore à la peur d’être seul. Dans le second registre, il est lié à la qualité de l’amour, l’amour universel (L’amour s’opposent à l’Ego) – Il est Ouverture.

Le troisième Granthi (Rudra Granthi)se situe au niveau du chakra du troisième œil (Ajna Chakra). Dans un premier registre, il est la représentation de l’intellect, ce qui enferme l’individu dans ses conditionnements (culturels et moraux principalement). Dans le second registre, il est la possibilité de vivre sa spiritualité en toute clairvoyance.

Ces trois chemins sont impossible à contourner pour devenir soi-même. Pour cela, la pratique du yoga doit s’effectuer librement, sans calcul, dans le fait de savourer pleinement l’instant présent. La confiance, l’ouverture et l’harmonie sont indispensables.

Le chakra du cœur, Anahata, constitue le deuxième des trois Granthis (noeuds) du corps énergétique. L’énergie au niveau du cœur est rarement limpide en raison des stress émotionnels qui jalonnent notre vie. Il est donc indispensable de travailler sur ces blocages, de manière à retrouver la fluidité énergétique indispensable pour une vie sereine et complète. Pour alléger, cette zone, il est important de pratiquer différents Pranayamas et postures d’ouverture.

Première partie

soleil couchant copie21 -Salutation au soleil

2 – Nadi Sodhana

Gomukhasana3 – Gomukhasana

4 – Kapalabhati

Matsyasanajpg5 -Matsysana avec Kapalabhati : Quand la posture est stabilisée et maintenue sans tension, on va respirer en kapalabhati très légèrement – 3 x (11 kapalabhat Gd Inspir – Gd Expir x 3) et relâcher en savasana. A faire 3 x; Apporte une grande ouverture et un grand bien-être.

Dernière partie

Pour atteindre le vrai soi, il faut pratiquer le détachement : Les textes philosophiques du yoga comme le Védanta définit la nature de l’Existence et enseigne que le Soi  (atman) est de même nature que le Brahman, la Réalité ultime indifférenciée. La perception de cette réalité est obscurcie en l’homme par la fausse idée (Vikalpa) qu’il a de lui-même et du monde, l’empêchant de vivre la plénitude de l’unité.

  • Seul le brahman est réel (brahma satyam)
  • Le monde est illusoire (jagan mithyā)
  • L’individu n’est pas différent de brahman (jîvo brahmaiva nāparah).

Le premier des trois systèmes de pensée du Vedânta enseigne l’Unité de la Conscience-Energie, quelle que soit sa phase de manifestation. Ou Advaïta : Littér. « non-dualisme » état qui ne peut être attribué qu’à l’Absolu, à l’UN originel. Difficilement concevable pour l’intellect humain, car la pensée de l’état de veille identifiée à l’ego a des difficultés à se soustraire à la dualité de la relation : « Cela » qui voit/ »Ce » qui est vu.

Cette philosophie également appelée Monisme : (gr. monos, seul), Philos. Système selon lequel le monde est constitué d’une seule substancedans laquelle la pensée et l’objet auquel elle s’applique ne font qu’un. Il existe une Unité à partir des trois grands plans de manifestation à travers l’être humain :

1 – BRAHMAN: Absolu immuable, Réalité suprême, non dualiste.

2 – ATMAN: Conscience absolue, de la même nature que Brahman, le « Spectateur » dans l’être humain. (sur ajna chakra)

3 – JIVATMAN: Atman/Spectateur se manifestant sous la forme d’une conscience momentanément incarnée. Spectatrice, elle habite dans le corps qu’elle utilise comme instrument tout en sachant qu’en réalité, elle est toujours Atman, parcelle d’Infini. De « Jîv »: « vivre ». Être vivant incarné, donc mortel. le Continuum Psychique CP (ego/Je, ensemble de nos tendances psychologiques) s’identifie à un corps, il se crée l’illusion d’une dualité, d’une causalité et s’enchaîne ainsi au cycle de la naissance et de la mort.

On constate avec intérêt que le concept de l’Absolu/Brahman devance les découvertes de la physique atomique.

 BRAHMAN… l’impensable vibration : Symboliquement, analogiquement on peut penser que le concept de Brahman et ses déclinaisons en Atman puis Jivatman correspondent à… L’explosion initiale – ou Big Bang – qui ne fut jamais une véritable « explosion », mais un mouvement de propagation d’énergie partout à la fois rejoignant l’idée d’Infini, d’Absolu se manifestant dans le flamboiement de la lumière du feu primordial, qui en se refroidissant crée les solides/terre, les gaz/l’air, les fluides/l’eau, éléments qui en s’organisant en une arborescence étincelante (inimaginable pour notre mental ordinaire limité) explose en étincelles/Atman, « noyaux » qui animent les formes multiples de la manifestation…

Dans le fond des océans les premières bactéries évoluent en algues bleues, puis apparaissent les poissons, qui avec des pattes embryonnaires se hissent sur les berges où leurs descendants en se développant encore deviendront (si l’on s’attache à observer « la branche » qui plus tard nous verra apparaître tels que nous sommes…) des mammifères, qui commenceront à « penser » pour devenir ce bipède/Jivatman qui lève son front vers les nues, se demandant d’où il vient ? Où il va ? Et surtout « qui suis-je? »!

À cette interrogation les Védas lui répondent : « Tat tvam asi » Tu es Cela ! cette Conscience/Énergie première ! à toi de la retrouver en toi et nulle part ailleurs !

De même que la physique moderne a découvert, au cours de ses recherches sur les composants de l’atome, que la matière était constituée de champs magnétiques chargés d’énergie et soumis à un changement perpétuel, de même les Sages (Rishi) de l’Advaïta enseignaient que la Réalité n’est rien d’autre que de l’énergie présente sous forme de conscience et que l’être humain perçoit cet univers grossier par l’intermédiaire du mental (« sixième sens », qui centralise les informations perçues par les organes des cinq sens) en raison de son identification au corps. Cela peut au départ paraître complexe, mais tout devient évident, clair, au fur et à mesure que l’on avance dans l’étude et la Pratique des Yoga-Sutras de Patanjali.

1 – Mahamudra

2 – Méditation/respiration du cœur : Il faut inspirer depuis Ajna chakra (le point entre les sourcils, à la base du nez) jusqu’au centre de la tête puis descendre vers Anahata chakra. A l’expir, faire le chemin inverse.Il faut respirer lentement, doucement et profondément par le nez.

2014 Juin Fête des plantes St Vidal 6

Energie du cœur