Menu

Kapha : Yoga & Ayurveda

novembre 10, 2017 - Alimentation & Médecine Ayurvédique, Caractéristiques des Doshas, Detox Ayurvédique Printemps 2017, Hiver - Kapha - Recommandations & Séance type, Kapha : Yoga & Ayurveda, Yoga et médecine Ayurvédique
Kapha : Yoga & Ayurveda

Kapha : Yoga & Ayurveda

Kapha (Eau-Terre) : Force de cohésion. Kapha est le réceptacle qui accueille Vata et Pitta. Il est la force qui fournit la structure à chaque chose depuis l’atome jusqu’au squelette. Il gouverne les sens de l’odorat et du goût et les organes moteurs urogénital et excrétoire. Il incarne l’amour, l’affection, la dévotion et sert à maintenir l’harmonie intérieure. Losque ce dosha est perturbé, il crée des déséquilibres au niveau de la poitrine, de la gorge (tout ce qui a lien avec les mucosités), du pancréas, l’estomac, l’excès de poids et de graisse. Son énergie est à l’origine de la capacité d’autoguérison et des processus de réparation du corps. Il est responsable de la croissance et du développement du corps. Il agit aussi comme un régulateur. Il apporte la stabilité entre le corps, l’esprit et l’âme ainsi que la résistance.

 Au niveau physique les personnes de type Kapha prédominant ont tendance à l’excès de poids, la peau claire, les cheveux épais. Souvent difficile à motiver et assez léthargique, mais patient, calme et serein. Adore sa famille auquel il est attaché. C’est également une personne attachante et tolérante.

 Dans sa pratique du Yoga, comme dans le reste, Kapha qui est de nature sédentaire devra privilégier le mouvement. Cela lui permettra de se raffermir physiquement, mais de le stimuler pour le pousser à l’action. Les extensions sont excellentes pour Kapha, qui ouvriront la poitrine pour évacuer l’excédent de mucus, ainsi que les postures inversées qui stimuleront la circulation sanguine. Les respirations « réchauffantes » sont à privilégier. Le froid est l’ennemi de Kapha.

 

Vous trouverez la description des postures par ordre alphabétique :  http://yogafleurdelotus.com/categorie/postures-de-yoga-2/

N’aimant à sortir de leur zone de confort, les personnalités kapha vont spontanément vers les cours de relaxation, la détente en profondeur. Malheureusement, ce genre de pratiques ont pour effet d’aggraver les tendances de Kapha. Pour eux, il est nécessaire d’avoir une pratique dynamique et soutenue. À recommander : une pratique régulière et fréquente. Après une pratique active, une sensation de légèreté et de bien-être reviendront.

Contrairement aux types vata et pitta, qui devront davantage rechercher le confort dans leur pratique, car ils ont tendance à dépasser leurs limites, les types kapha seront encouragés au contraire à se dépasser, à se familiariser avec l’inconfort que leur apportera un sain épuisement.

En termes d’asanas : les salutations au soleil nombreuses et assez rapides sont particulièrement indiquées, de même que les postures comme la chandelle (Sarvangasana).

Comme kapha a tendance à développer des problèmes dans la zone thoracique (poumons et coeur) on s’assurera de tonifier cette région et de renforcer le haut du corps avec des postures comme le poisson (matsyasana), l’arc (dhanurasana), l’arc à genoux (utthita dhanurasana), ou encore le demi-chameau (ardha ustrasana), toutes stimulantes pour le système nerveux sympathique ainsi que vivifiantes pour le système immunitaire. Les postures qui demandent de la force et de l’endurance, comme celle du chien tête en bas (adho mukha svanasana), du bateau (navasana) , de la planche ou du guetteur seront également appropriées.

Les postures debout seront à privilégier comme les postures du guerrier et du héros (les virasana et virabhadrasana), qui raffermissent le corps, donnent de la volonté et du courage et permettent de pacifier kapha.

Les postures visant à augmenter la mobilité et l’espace au niveau de la cage thoracique seront intéressantes pour dégager l’énergie stagnante : on pense entre autres aux flexions latérales, comme dans la posture du triangle (trikonasana) et aux torsions debout comme dans la posture du triangle inversé (parivrta trikonasana).

Les flexions avant, qui compriment la cage thoracique et favorisent l’introversion, seront à utiliser en contre-posture et avec modération, ni trop longtemps ni trop en profondeur.

Côté pranayama, on leur recommandera les kapalabhati et bastrika, qui apportent vivacité au plan mental et chaleur à l’organisme en faisant circuler l’énergie dans tout le corps.

 

 

 

Soigner les pathologies liées aux déséquilibres kapha par le yoga

Pour soigner les affections aux poumons, y compris l’asthme : pratiquer régulièrement la posture du poisson (matsyasana) et autres postures d’ouverture de la zone thoracique, combinées avec des respirations (pranayama) complètes. Utiliser la respiration kapalabhati, pour nettoyer et dégager les sinus et les voies respiratoires, rendant ainsi l’esprit et le corps clairs et « lumineux ».

Pour les lenteurs digestives, circulatoires ou autres troubles des métabolismes lents, on utilisera définitivement kapalabhati régulièrement, car cette respiration augmente le feu digestif et procure un bon massage des organes de l’abdomen. Assurez-vous alors de manger léger le soir et pratiquez le matin, à jeun, idéalement après être allé à la selle. Toutes les postures de flexions arrière, qui tonifient le système nerveux sympathique et augmentent la vitalité, seront bénéfiques également à cet effet. On pense aux postures telles que le poisson (matsyasana) et le demi-chameau (ardha ustrasana) par exemple. Les salutations au soleil (surya namaskar) vigoureuses et prolongées contribueront aussi à activer le métabolisme en général.

 

 

 

Pour traiter les dysfonctionnements du corps, le régime alimentaire doit être de nature opposée au dosha provoquant la maladie.

L’alimentation doit suivre celle de notre dosha constitutionnel, les maladies sont souvent causées par ce même dosha.

Il faut faire attention à la qualité des aliments, mais également à notre façon de cuisiner et de manger.Il est également important de consommer des épices et des plantes.

Chaque type d’aliment augmente ou réduite les doshas jusqu’à un certain degré. Les aliments non répertoriés peuvent être considérés selon leur catégorie ou en étant comparés à des aliments de même nature.

Il est très important de n’exclure aucun aliment, seulement les aliments catégorisés non avec 2** ne seront pas consommés régulièrement.

Oui * Reduisent peu les doshas

Oui  ** réduisent beaucoup les doshas

Non* augmentent peu les doshas (on peut en consommer régulièrement, mais avec modération)

Non** augmentent beaucoup les doshas (à consommer avec modération)

Régime Kapha : (à titre indicatif)

Les types Kapha réagissent mieux à une alimentation chaude, légère et sèche . Il faut éviter les aliments lourds, froids et huileux. Une accumulation de mucus dans les poumons signifie une trop grande absorption d’aliments favorisant Kapha. Les saveurs à éviter : sucrée, salée et acide. Les saveurs conseillées : piquant, amer et astringent. Ils doivent éviter d’utiliser les aliments comme soutien émotionnel et de dormir après manger. Les personnes Kapha doivent manger 3 fois par jour et pas plus. Le repas principal doit se faire à midi. Les deux autres repas doivent être légers. Il leur faut éviter les aliments lourds le soir.

Les fruits ne sont pas recommandés sauf pommes, myrtilles et fruits secs. La plupart des légumes sont bénéfiques surtout les carottes et le céleri (diurétiques – réduisent l’eau). Mais les légumes sont préférables chauds et cuits à la vapeur. La plupart des céréales ne sont pas favorables aux Kapha, car elles sont lourdes et font grossir. Le pain doit être mangé avec modération, car il a tendance à former du mucus. Les légumineuses par contre sont conseillées, car elles sont asséchantes. À éviter les produits laitiers et la viande. Noix, noisettes, amandes et graines sont peu recommandées aux types Kapha parce qu’elles favorisent les mucosités et sont lourdes. La saveur sucrée est celle qui aggrave le plus Kapha. Une consommation excessive de sucre est la cause de la plupart des dérèglements de Kapha. L’exception concerne le miel qui a des propriétés expectorantes et asséchantes. Toutes les épices sont bonnes, car elles activent le métabolisme et évitent aux les graisses et à l’eau de s’accumuler dans les tissus. Le sel est à utiliser avec modération. Boissons : pas de liquide froid si possible. Boire des tisanes épicées, du thé et des infusions surtout de luzerne, racines de pissenlit ou chicorée.

 

Fruits : les fruits augmentent l’eau dans le système et peuvent provoquer la formation de mucus, surtout lorsqu’ils sont associés au lait et au sucre (attention aux clafoutis !). Les fruits comme le citron ou le pamplemousse peuvent favoriser la réduction de la graisse et dissoudre les mucosités.

Oui : fruits secs en général**, pommes**, myrtilles*, grenades*, pamplemousse*, citrons*.

NON (pas + d’1 à 2 x/semaine) : bananes**, myrtilles*, cerises**, dattes**, figues**, raisin**, mangues**, melons**, oranges**, papaye*, poires*, pêches*, kakis**, ananas**, prunes**, grenades*, pruneaux*, framboises*, fraises*.

 

Légumes : la plupart des légumes sont bénéfiques pour Kapha. Les carottes et le céleri sont diurétiques. Ils doivent cependant être consommés chauds, de préférence à la vapeur avec des épices. L’été, ils peuvent être mangés crus avec un peu d’huile et de sel.

OUI : artichauts**, asperges**, betteraves*, poivrons*, brocolis**, choux de Bruxelles**, choux**, carottes*, choux-fleurs*, céleri**, blettes**, piments**, coriandre fraîche**, aubergine**, haricots verts**, choux frisés**, salade verte (laitue)**, champignons**, feuilles de moutarde**, persil**, pois*, p. de terre*, radis**, épinards**, pousses de tournesol**, navets**, cresson**.

NON : Avocats*, maïs frais*, concombres**, courges*, patates douces**, tomates**.

Céréales :  La plupart des céréales ne sont pas bonnes pour Kapha, car elles sont lourdes et font grossir. Mais les céréales sont bonnes consommés avec des légumes vapeur.  Le pain n’est pas recommandé pour Kapha, car il a tendance à former du mucus.

OUI : orge**, sarrasin*, maïs**, céréales sèches **, millet*, quinoa*, seigle*.

NON : riz basmati*, riz complet*, semoule de blé**, avoine**, blé**, riz blanc**.

 

Légumineuses : La plupart des légumineuses sont asséchantes et donc bénéfiques pour Kapha. Le tofu augmente légèrement Kapha, mais est meilleur que les produits laitiers, la viande, les noix, noisettes ou amandes. Il devrait être la principale source de protéine pour Kapha.

OUI : Azuki**, haricots rouges*, haricots de lima**, haricots de soja*, cacahuètes*, pois cassés*, tofu*.

NON : pois chiches*.

 

Noix et graines: La plupart des noix et graines ne sont pas recommandées, car elles sont lourdes et ont tendance à augmenter la congestion. Mais en tant que source de protéines, elles sont préférables aux produits laitiers et à la viande.

Oui : graines de potiron* , graines de tournesol*

NON : amandes**, noix du Brésil**, noix de cajou**, noix de coco**, noix de pécan**, pignons de pin**, sésame**, noix**

 

Les huiles : La plupart des huiles sont contre-indiquées pour Kapha, car humides et lourdes. Les graisses animales doivent être strictement évitées. L’huile de moutarde est bénéfique. Cela vaut aussi pour les huiles que l’on utilise pour le corps.

OUI : huile de colza**, huile de maïs*, huile de lin**, huile de moutarde**, huile de carthame**, huile de soja*, huile de tournesol**.

NON : huile d’amande**, huile d’avocat**, beurre**, ghee**, margarine*, huile d’olive*, huile d’arachide*, huile de sésame**.

 

Les produits laitiers : Les types Kapha doivent éviter les produits laitiers à part le babeurre (lait de baratte) et le lait de chèvre. Les produits laitiers peuvent leur provoquer des allergies alimentaires. Le lait de soja peut être utilisé en remplacement.

OUI : babeurre*, lait de chèvre**, lait de soja**.

NON : fromage**, fromage blanc*, lait de vache**, crème**, glaces**, kéfir**, lait de riz*, crème fraîche**, yaourts**.

 

Les produits animaux : La viande tend à à aggraver Kapha, donc pas de viande ou seulement un peu de volaille. Éviter tout ce qui est gras. Les œufs ne sont pas recommandés.

Les SUCRES : La saveur sucrée est celle qui aggrave le plus Kapha. Une consommation excessive de sucre constitue souvent leur principale faiblesse.  Sauf le miel qui a des propriétés expectorantes et asséchantes.

OUI : miel (âgé)*.

NON : sucre brun**, sucre des fruits**, miel (cru)**, mélasse*, sirop d’érable**, sucre blanc**.

 

Les Épices : Toutes les épices sont favorables à Kapha y compris les épices relevées et poivrées. Les épices sont chaudes et sèches et activent le métabolisme pour que les graisses et l’eau ne s’accumulent pas dans les tissus. Le sel doit être évité sauf en été lors de transpiration abondante.

Oui : férule persique**, basilic**, feuilles de laurier**, poivre noir**, cardamome**, piment de cayenne**, coriandre fraîche*, cannelle**, clous de girofle**, coriandre*, cumin*, aneth*, fenouil*, fenugrec**, ail**, gingembre**, raifort**, menthe*, moutarde**, noix de muscade**, origan**, papikra**, persil*, romarin*, safran*, sauge**, sauce de soja*, curcuma**.

NON : sel gemme*, sel de mer**, tamarin*.

Les Boissons : Les types Kapha ne doivent pas consommer trop d’eau froide. Ils peuvent prendre des infusions, des tisanes épicées de gingembre et de cannelle, ainsi que des tisanes astringentes comme les infusions de luzerne, de pissenlit ou de chicorée. Pas de sucre, mais il est possible de prendre un peu de miel. Le café occasionnellement.

 

 

Vitamines et minéraux : Les types Kapha ont davantage besoin  d’épices et d’agents enzymatiques que de vitamines et de minéraux. Généralement la vitamine B est recommandée, mais il faut veiller à ne pas trop consommer de vitamines qui sont huileuses (A,D et E).  Les minéraux lourds peuvent également affaiblir leur feu digestif à cause de leur nature lourde.

 Plantes médicinales : Les plantes stimulantes et réchauffantes seront bénéfiques pour prévenir et résorber les excès kapha. Celles qui fortifient le cœur et les poumons, comme l’agripaume et l’hysope respectivement, soutiennent kapha au niveau des organes auxquels il est particulièrement associé. Le gingembre et la cayenne agiront au niveau de la gorge, s’il y a une peine accumulée ou une difficulté d’expression et en cas de mucus ou d’infection également. L’ortie constitue un bon choix de plante à consommer au quotidien, étant légèrement stimulante et asséchante ainsi qu’en raison de son action dynamisante pour la glande thyroïde. Au niveau digestif, le gingembre, le poivre, le raisin des montagnes, le romarin et le pissenlit seront salutaires et feront de bonnes tisanes chaudes à boire après les repas.

 

 

Un esprit sain dans un corps sain
Un esprit sain dans un corps sain. Toute thérapie efficace passe par ce lien corps-énergie-esprit. C’est pourquoi des pratiques corporelles telles que le Yoga visent par le relâchement des tensions corporelles, à atteindre un état de paix mental propice à la méditation, qui tend vers l’état d’union (sens du mot yoga). Union entre le corps et l’esprit, union du principe masculin et féminin, union de Soi avec un grand tout, la nature, l’éveil spirituel ou de la conscience. En nous rapprochant du corps, nous nous rapprochons du spirituel.

L’ayurveda et le Yoga enseignent la connaissance et la découverte de soi et sont adaptés aux besoins individuels. Ces deux sciences encouragent chaque personne à comprendre qui elle est réellement pour amener de précieux changements qui permettent de  vivre heureux et en bonne santé.

Lorsque la maladie se déclare, l’ayurveda ne s’attache pas qu’aux symptômes, mais considère la personne dans sa globalité et recherche à rééquilibrer l’individu non seulement au niveau corporel, mais également au niveau mental psychologique, énergétique et spirituel pour retrouver l’harmonie et l’équilibre.

 À RETENIR :

– Chaque être humain a une constitution unique par les 3 doshas avec la plupart du temps, un ou deux doshas prédominants.

– La maladie vient du déséquilibre du dosha de sa constitution de base.

– Le but n’est pas d’atteindre un équilibre parfait entre les 3 doshas, mais celui de la constitution de base.

– Faire du sport

– Marcher dans la nature

-Prendre des Temps de méditation

Le principe de ayurvéda est :

– Dadopter les bons comportements et une bonne alimentation pour veiller à l’équilibre des doshas de sa propre constitution.

  – De rééquilibrer le ou les doshas en cas de déséquilibre (pouvant aller jusqu’à la maladie) grâce à des comportements, une alimentation et des plantes adaptées.

 

Le principe du yoga est :

de s’élever spirituellement pour atteindre la Réalisation du Soi et donc de développer ses capacités supérieures pour une vie équilibrée et joyeuse.

 

Ne pas oublier pour rester en bonne santé : Sommeil, eau, gestion émotionnelle (essayer de revenir au moment présent tout au long de la journée, prendre du temps pour respirer et méditer), Soin de soi (se faire masser, aller au hammam…), nourriture saine (bio) et mouvement (activité physique : l’idéal une activité cardio-vasculaire à l’extérieur,vélo, marche, course à pied… et yoga.

 

Acheter la nourriture à haut taux vibratoire : chez les petits producteurs et le reste des aliments au magasin bio. Sachez que le bio des supermarchés n’est pas le même, car labellisé Europe et non pas ecocert ou autres qui sont des labels beaucoup plus contraignants. Sachez également ce que l’achat dans les supermarchés entraîne : une certaine forme de société non solidaire où le prix est le seul élément pris en compte au détriment de l’économie locale et des emplois. Acheter moins, acheter mieux et en conscience fait également partie de l’équilibre de la Terre.

 

Kapha : Yoga & Ayurveda

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.