Menu

Féminité & Yoga

juillet 12, 2017 - Féminité, Yoga
Féminité & Yoga

Féminité & Yoga

Être une femme est source de bonheur, mais également de nombreux défis. Notre société ne considère absolument pas ce qui est féminin. Le féminin est synonyme de faiblesse. Alors que les femmes sont des êtres extrêmement puissants en contact avec les énergies de la Terre, de la Lune et de l’Univers. Parce qu’elles ont le pouvoir de donner la vie, elles représentent un danger. Princesses… elles doivent rentrer dans un moule, le moule de la jeunesse et de la beauté sous peine d’être déconsidérées. Aujourd’hui, de nombreuses femmes dénoncent leur condition et le mouvement #MeToo estune formidable opportunité pour bâtir de nouvelles relations entre le monde des hommes et le mondes des femmes. 

L’Ayurveda propose une approche différente pour comprendre le fonctionnement du corps féminin. L’ayurveda donne des outils pour comprendre la Nature ou « Création » (Prakriti). Elle a pour postulat qu’à l’origine, il existe une énergie non différencié (associée au masculin) qui ne peut exister sans son côté féminin, la création, l’énergie en mouvement qui nous permet de faire l’expérience de la vie. Tout ce qui est existe sur la terre est à la fois féminin et masculin. D’ailleurs dans la mythologie hindoue, chaque divinité est à la fois masculine et féminine comme Shiva/Shakti, Vishnou/Lakshmi, Brahma/Saraswati.

L’ayurveda s’inscrit dans une perspective de non violence qui traite chaque personne dans son unicité. Elle a pour principe que « Rien n’est séparé », que tout est interdépendant. Tout est lié et chaque élément est pourtant unique. Chaque personne naît avec une nature de base avec laquelle il devra fonctionner. Cette idée libère de la culpabilité, mais donne une grande responsabilité (et donc une grande liberté) : nous avons le choix d’essayer de garder ou d’acquérir l’harmonie ou de nous laisser aller aux aléas de la vie et du mental.

Un grand nombre de caractéristiques associées aux femmes, le déséquilibre émotionnel et les sautes d’humeur par exemple, ont souvent leur cause dans certains dérèglements hormonaux, les cycles de menstruation, la grossesse et la ménopause. Les gynécologues à qui on demande ce qu’on peut faire contre la douleur des règles, les règles irrégulières et les problèmes de ménopause, donnent souvent ce conseil : pratiquer le Yoga. Le Yoga est bénéfique pour les femmes de tout âge de différentes manières. Le facteur le plus important est que le Yoga a un effet apaisant, rééquilibrant et permet de sentir soutenue par les grands mouvements cosmiques de l’univers et de réinscrire dans cette dynamique spirituelle.

 

 

Nous allons voyager au cœur de notre corps

Le bassin (appelé également « pelvis » qui signifie chaudron) est une structure osseuse évasée avec un plancher musculaire (le plancher pelvien) qui abrite et protège la vessie, l’utérus, rectum. Ce bassin est relié à nos racines et symbolise la force vitale.

Il comprend les trois premiers chakras, Muladhara, Svadisthana et Manipura. Avant les religions rejettent le corps et les femmes, des rites de passage se déroulaient au moment où la jeune fille devenait une femme (le passage des lunes) avec une transmission des femmes plus âgées au plus jeunes. Cette période était sacrée.

RÔLE ÉNERGÉTIQUE : Le bas-ventre est lié à la notion d’identité, de sécurité et d’ancrage, lesquelles ne se développent que si l’énergie peut circuler librement entre le coccyx (muladhara chakra) et la région sacrée (svadisthana chakra). L’énergie à ce niveau du corps est puisée dans la terre, pour la stabilité (physique et mentale). Une fois que cette énergie circule librement, un second mouvement énergétique part du coccyx (Kundalini) pour se diriger vers les parties supérieures du corps. Ce qui permet de développer notre conscience supérieure et de vivre en harmonie avec notre environnement et notre entourage. Tous les nadis (méridiens) ont leur source dans muladhara chakra, au niveau du périnée, d’où ils s’élèvent pour ramifier tout le corps. La colonne vertébrale est le point central des connexions énergétiques. L’envers et l’endroit des chakras sont reliés à la colonne.

L’utérus : au centre du petit bassin. C’est un organe musculeux et creux. Il est l’enveloppe du bébé et assure son développement et sa protection. Il a aussi pour fonction le stockage du sang et des nutriments et une fonction d’évacuation (du sang des règles) Il ressemble à une petite poire . Sur sa partie haute, il se prolonge par les deux trompes et les ovaires. En bas un rétrécissement (le col de l’utérus) le sépare du vagin. Il est tapissé d’une muqueuse qui se modifie au cours du cycle. Elle se gonfle, s’épaissit, se vascularise de plus en plus au cours du cycle et s’il n’y a pas de grossesse, elle se desquame et s’évacue avec les contractions rythmiques de ses fibres musculaires, c’est la menstruation (les règles). Sa taille varie environ de 3 cm au début du cycle au double en fin de cycle avant les règles. Durant la grossesse, il va s’étirer jusqu’à la cage thoracique et aura une capacité de 4 à 5 litres (et plus s’il ya des jumeaux).

L’utérus a une double fonction de stockage et d’évacuation et a une propension à se faire réceptacle des émotions. La fluidité énergétique est très importante pour éviter les inconforts liés aux règles et au cycle menstruel. L’utérus peut se mettre en mouvement ou en vibration dans certaines circonstances (comme dans la jouissance). Son état est la sensualité. Il a une énergie maternante et réconfortante.

Exercice : allongée sur le dos, mettre les mains (chaudes) sur le bas-ventre et essayer de rentrer en contact avec son utérus et les perceptions liés à cet organe.

Le Périnée ou plancher pelvien est une sorte de filet élastique constitué de plusieurs couches de muscles imbriquées les unes aux autres. Il y en a une à l’arrière, en forme d’éventail qui s’ouvre à partir du coccyx (notre petite queue intérieure), et une autre en forme de triangle, située vers l’avant. Le tout est relié avec des tissus conjonctifs et des muscles. Il est composé de nombreux muscles qui sont étendus entre le sacrum, situé sur la zone finale de la colonne vertébrale, et le pubis, qui est situé sur l’avant de l’os du bassin. Les muscles du plancher pelvien sont les stabilisateurs qui aident la mobilisation des muscles abdominaux appelés transverses. Ils participent à la stabilisation de la région lombaire ou lombo-pelvienne créant une sorte de gaine. Ces muscles ont un rôle majeur qui est  de soutenir l’ensemble des organes situés dans le petit bassin (intestins, rectum, vessie et utérus) et ainsi d’éviter notamment leur descente, nommée prolapsus.

Ce plancher pelvien, ou hamac pelvien, peut-être fragilisé chez la femme après un accouchement, à la ménopause avec le relâchement musculaire, mais aussi par manque d’activité ou une mauvaise pratique sportive ! Un périnée trop atone est une zone de fuite d’énergie.

Il est également le muscle antagoniste du diaphragme. Il s’assouplit à l’inspir et se rétracte à l’expir.

 

 

Comment prendre conscience des 3 couches du plancher pelvien

1 – Couche superficielle :  S’allonger sur le dos et effectuer une légère contraction de toute la zone périnée/anus. D’avant en arrière et d’arrière en avant.

2 – Couche moyenne : S’asseoir en lotus ou jambes croisées : bien s’installer sur les ischions et bouger très doucement le bassin d’avant en arrière. Pour activer la couche moyenne, il faut rapprocher et éloigner les ischions à l’aide du plancher pelvien, sans participation des abdominaux ni des fesses.

3 – Couche profonde :  s’allonger sur le dos, jambes pliées, pieds sur le sol, d’abord sans rétroversion du bassin, prendre conscience de la zone du périnée, puis en rétroversion du bassin et prendre conscience du périnée du changement de sensation. Garder la rétroversion du bassin : Gd Inspir, puis dans l’expir ramener toute la zone du plancher pelvien vers l’avant, la rétroversion se fait plus légère. Répéter le mouvement de 3 à 5 fois en pleine conscience du travail du périnée.

Les seins

Les seins  sont constitués d’un tissu adipeux et de lobes glandulaires dont le rôle est de fabriquer du lait. Ils sont maintenus par la peau et des fibres au muscle pectoral qui recouvrent le thorax. Les tissus mammaires baignent dans des liquides lymphatiques, qui permettent d’éliminer les déchets, les cellules mortes et autres. Ces liquides circulent dans les vaisseaux lymphatiques, qui se déversent dans les ganglions lymphatiques. Il y a environ 35 ganglions lymphatiques autour de chaque sein, dont la plupart sont situés dans le creux de l’aisselle ou à proximité. La lymphe circule dans toutes les directions, mais les trois-quarts environ des vaisseaux lymphatiques du sein se déversent dans les ganglions axillaires (dans l’aisselle). Il est bon de masser régulièrement les seins de l’intérieur vers l’extérieur et vice et versa. Une fois le massage effectué, placez une main sur les seins et l’autre sur l’utérus et restez à l’écoute.

À l’extrémité des seins les mamelons accueillent en leur centre une zone pigmentée de couleur marron foncé : l’aréole. Les mamelons peuvent être turgescents, lisses ou rentrés. Leur taille augmente pendant la grossesse simultanément à la taille de seins, sous l’effet des œstrogènes et de la progestérone sécrétés par l’ovaire et le placenta. Soumis à une stimulation externe (le froid, lors d’une excitation sexuelle ou lorsque le bébé tète), l’aréole se rétracte et le mamelon se dresse.

La poitrine est en lien avec le chakra du cœur (Anahata), le lieu de l’amour.

Au cours du cycle menstruel, la sensibilité des seins peut évoluer : les seins sont plus petits entre le jour 2 à 5 après les règles et augmentent de  volume sous l’influence des œstrogènes et plus tard de la progestérone et de la prolactine. (ils suivent le biorythme de la lune avec le cycle) Le maximum de sensibilité des seins s’observe juste avant les règles. Les seins sont liés à l’énergie des reins et leur massage est bénéfique pour stimuler cette énergie. Il faut savoir que l’énergie des reins stimule également l’énergie sexuelle.

Les seins et le lait : Par transformation du sang, les seins élaborent le lait. Ils le fabriquent en quantité autant que le bébé en demande . Souvent liés aux sentiments de bonheur, d’amour, de don et de source d’abondance. Il est possible de nourrir un enfant qui n’est pas à soi grâce à ces sentiments et la succion du bébé qui déclenchent le processus hormonal.

Auto-examen du sein (c’est également une manière de se réapproprier son corps) : Il est important de le faire tous les mois, toujours le même jour, 5 à 7 jours après le début des menstruations. Les glandes mammaires étant le moins stimulées par les oestrogènes. Il faut effectuer une observation visuelle, devant un miroir : taille des seins, forme, couleur de la peau , des mamelons, etc.

Puis Palpation : s’allonger sur le dos . Il faut lever le bras du sein qui sera palpé. La palpation s’effectue sur le sein droit avec trois doigts de la main gauche et vice et versa. Commencer par appuyer légèrement sur la peau tout autour du sein. Continuer en appuyant un peu plus fortement pour bien sentir toute la masse adipeuse et les éventuels problèmes. Il ne faut pas oublier le dessous des seins et toute la région des côtes.

Le Cycle féminin

Avec l’arrivée des règles, la femme rentre dans un cycle de fertilité d’une quarantaine d’années. À partir de ce moment, jusqu’à la ménopause, le corps va être réglé. Il va rentrer dans un rythme. Dans nos sociétés, ce rythme et ce cycle de fertilité sont souvent niés. On essaie à tout prix de faire disparaître les règles (qui gênent) pour vivre comme les hommes en femmes de pouvoir ou en femmes-objet. Mais ce cycle est source de bonheur et permet à la femme d’être au plus près d’elle-même, de la mère Nature, de son intuition et de ses capacités fondamentales.

Le sang des Règles : Le sang menstruel est différent du sang ordinaire, par sa composition et ses propriétés physiques. Il est composé principalement de sang, des fragments de muqueuse, de cellules souches et glandulaires, d’anticorps du liquide lymphatique et de nutriments, vitamines, protéines, sels minéraux, magnésium, potassium… L’ovule qui n’a pas été fécondé ne se retrouve pas expulsé avec le sang des règles. Lorsqu’il n’est pas fécondé, il se dégrade immédiatement et est absorbé par les tissus des trompes. Il ne parvient jamais dans l’utérus. Il est possible d’expulser un ovule fécondé, dans ce cas, les règles sont plus abondantes et on peut apercevoir un caillot rouge translucide.

Les règles normales : elles durent en principe de 3 à 4 jours. Entre 30ml à 80ml. (la coupe menstruelle permet de mesurer si l’on veut). La couleur est rouge sombre au début, rouge profond puis rosâtre. Les tampons sont ultra-pratiques, mais non exempts de danger (polluants en contact direct avec la muqueuse du vagin).

Les autres sécrétions : Durant le cycle, en dehors des règles, on peut sentir un écoulement vaginal constitué de glaires. Ce sont les glaires cervicales, la sécrétion qui permet d’être fertile et qui correspond au milieu du cycle. Sinon les autres pertes (si elles sont malodorantes grumeleuses et anormales) sont des leucorrhées qui traduisent un déséquilibre. (Il est possible de traiter ces dérèglements avec des plantes antibactériennes, astringentes anti-inflammatoires et des émollientes (calmantes) en externe et plantes alcalinisantes en interne.)

Infusion à utiliser en douche vaginale avec une poire : achillée millefeuille (PK- ; V+), sauge ( KV- ; P+), busserolle, noyer noir, plantain, calendula( VP+ ; K+), chêne, mauve (V-)

Le fonctionnement du cycle : Durée du cycle

Le cycle féminin est normalement de 28 jours, mais il peut tout à fait être plus long, plus court, ou encore irrégulier.
Il commence le premier jour des règles pour se terminer la veille des règles suivantes, qui marquent le début d’un autre cycle.
Il comporte toujours 4 périodes :
– les règles qui durent en moyenne entre 4 et 5 jours
– une phase pré-ovulatoire (appelée aussi phase folliculaire) de durée variable. C’est cette phase pré-ovulatoire dont la durée varie selon que l’on a des cycles normaux, longs ou courts.
– l’ovulation elle-même
– une phase post-ovulatoire (appelée aussi phase lutéale) d’environ 14 jours.

Période fertile

La période fertile ne se résume pas à l’ovulation elle-même. En effet, les spermatozoïdes peuvent vivre jusqu’à 5 jours dans les mini-cavités du col de l’utérus qu’on appelle les cryptes, dans une glaire cervicale accueillante, et l’ovule lui-même, libéré par l’ovaire lors de l’ovulation, demeure 24h environ dans la trompe. La glaire cervicale est un signe qui précède l’ovulation d’où sensation d’humidité et de jour en jour de plus en plus humide. Plus la glaire devient transparente, plus la femme est fertile. Après l’ovulation la glaire cervicale devient compacte et bouche le col de l’utérus.

Phase pré-ovulatoire : La production d’oestrogènes par les ovaires augmente progressivement pour amener à maturation l’ovocyte (ovule) qui sera émis à l’ovulation (exceptionnellement, il peut y avoir 2 ovocytes et donc conception de 2 faux jumeaux.)

Observation de la glaire cervicale :
Sous l’influence des œstrogènes, la glaire cervicale va se modifier. Au début,  elle obstrue totalement le col de l’utérus. Il est possible de se la se représenter comme un filet de pêche dont les mailles très serrées empêchent l’accès à la cavité utérine. Les œstrogènes vont peu à peu détendre les mailles du filet, ramollir le col de l’utérus et entrouvrir très légèrement son orifice extérieur, laissant ainsi « tomber le filet ».
Les mailles du filet sont à présent suffisamment larges pour laisser passer les spermatozoïdes. Ils vont donc entrer dans le col où ils peuvent se cacher pendant 4 à 5 jours dans les cryptes du col où ils trouvent des nutriments nécessaires à leur survie. Ils attendent là que l’ovocyte soit expulsé dans les trompes.

Plus on approche de l’ovulation plus les mailles du filet sont larges si bien que les spermatozoïdes peuvent accéder à l’utérus. Commence alors un véritable sprint : les spermatozoïdes remontent ensuite dans les trompes de Fallope, droite et gauche. Voilà déjà la moitié des participants éliminés puisqu’ils ont remonté la mauvaise trompe ! Un seul ovocyte par cycle et d’un seul côté ! Les autres sont encore en course ! Arrivés à l’ovocyte, ils tentent d’y faire entrer leur tête grâce à la puissance de leur flagelle. Le plus vif sera le gagnant ! Dès que l’un d’eux est entré, l’ovocyte devient imperméable.

La glaire est donc un excellent signe de fertilité. En la prenant entre le pouce et l’index on voit très vite si elle est cassante (un filet donc les mailles sont trop serrées casse sous la tension) ou au contraire filante et très extensible (c’est que les mailles sont bien larges et que les spermatozoïdes peuvent donc y passer sans problème).
L’apparition d’une glaire filante marque donc le début de la période fertile.

En la recueillant au niveau du col de l’utérus on peut aussi observer un autre paramètre : l’ouverture de l’orifice externe du col, la consistance du col et sa hauteur dans le vagin. Nous avons vu tout à l’heure que le col se ramollissait et s’entrouvrait légèrement lorsqu’il est bien imprégné œstrogènes. En s’ouvrant, il remonte et devient moins facilement accessible.

 Observation de l’ouverture du col de l’utérus :
Elle peut se faire chaque jour du cycle au même moment de la journée.
– Videz votre vessie, lavez-vous les mains et mettez-vous en position accroupie.

L’ovulation

Elle est déclenchée par une augmentation brutale du taux d’hormone LH et FSH par le cerveau.
Ce pic hormonal s’accompagne d’une élévation de la température basale de l’organisme. (l’ovule sera expulsé de l’ovaire et capturé par la trompe).

La température basale est la moyenne de température que l’on peut déterminer en prenant sa température rectale tous les matins au réveil, si possible à la même heure et toujours avant de mettre le pied par terre. Pour cela, il faut utiliser un thermomètre précis (plutôt pas digital) et toujours le même.

Observation de la température basale :
On remarquera très clairement que, pendant la phase folliculaire pré-ovulatoire,la température basale se situe aux alentours de 36°5. L’ovulation a lieu le dernier jour de cette phase, souvent à la température la plus basse. Après l’ovulation, la température augmente de 3 à 5 dixièmes environ.  Elle se maintient ensuite en plateau pendant 8 à 10 jours (plus s’il une grossesse débute)

On ne peut donc déterminer une ovulation qu’a posteriori. C’est le jour de la température la plus basse avant un plateau de température haute. On estime que la période fertile s’achève 72h après l’ovulation.

Phase post-ovulatoire

Ce pic hormonal déclenche la production de progestérone par le follicule mature qui vient de libérer son ovocyte. Il se transforme alors en corps jaune.
On peut le comparer à un « jardinier de l’utérus ».  Grâce à la progestérone qu’il sécrète, il augmente la température corporelle, rend la glaire cervicale impropre à l’ascension des spermatozoïdes et contribue à préparer l’endomètre (la muqueuse interne de l’utérus) pour une éventuelle nidation de l’œuf fécondé.

Si l’ovule n’est pas fécondé, le corps jaune se flétrit rapidement et dégénère, le taux de progestérone chute alors, entraînant une desquamation de la muqueuse utérine qui s’évacue par les règles.

Un autre cycle peut recommencer, qui va préparer à nouveau le corps de la femme à l’accueil d’un œuf.

En revanche, si l’ovule est fécondé, le corps jaune persiste parce que la sécrétion de progestérone est indispensable à l’implantation de l’œuf dans l’utérus. Quand le trophoblaste, futur placenta, est enfin capable de sécréter lui-même la progestérone nécessaire à la survie de l’embryon, le corps jaune régresse et disparaît.

Les principales hormones impliquées dans l’équilibre hormonal féminin

L’œstrogène (est commune aux deux sexes) est principalement élaboré par les ovaires (ainsi que dans une moindre mesure par le cerveau et les surrénales lors de la ménopause). Il est stocké et transformé dans les cellules graisseuses. Ce sont les oestrogènes qui transforment la petite-fille en femme.

Et c’est elle aussi qui remet en route un nouveau cycle chaque mois. Il y a un moment de vide lors de chaque cycle qui correspond à une chute hormonale au moment des règles. L’œstrogène tonifie la peau et les cheveux et les rend doux et brillants. Il lubrifie le vagin, aide à l’assimilation du calcium dans les os, renforce les tissus (notamment ceux des organes génitaux). Augmente l’action de l’ocytocine (qui agit principalement sur les muscles lisses de l’utérus et des glandes mammaires. Elle est libérée en grande quantité après la distension du col de l’utérus et de l’utérus pendant le travail, ce qui facilite la naissance et ensuite, la stimulation des mamelons pour l’allaitement. Des études récentes suggèrent que l’ocytocine pourrait jouer un rôle dans différents comportements, comme l’orgasme; la reconnaissance sociale, l’empathie, l’anxiété ou comportements maternels. L’œstrogène favorise la production du « Yin » (Ida, la Lune) dans le corps, l’énergie du rein, les rapports amoureux avec pénétration.

L’œstrogène est fortement diminué par l’ablation des ovaires, la ménopause, les troubles alimentaires, l’insuffisance de « yin », une vie basée sur la compétitivité (avec soi et les autres), les régimes amaigrissants, les perturbateurs endocriniens.

La progestérone est une hormone exclusivement féminine. Elle est secrétée par le corps jaune en seconde partie du cycle. Elle prépare la femme à une éventuelle grossesse. Elle agit comme inhibiteur d’ovulation, elle empêche le corps de créer une nouvelle ovulation (c’est la raison pour laquelle, durant la seconde partie du cycle, la femme est infertile). Elle intervient dans le développement des glandes mammaires et de la muqueuse utérine. Augmente la température corporelle. Grâce à son action , la muqueuse de l’utérus se gorge d’éléments nutritifs, de vitamines, de minéraux et d’oligo-éléments. Elle est calmante et induit un état d’intériorité. Elle s’équilibre grâce à une bonne énergie du foie, et du rein (« Yin), la sensualité, le repos et la relaxation.

La progestérone est diminuée par la pré-ménopause, les cycles ovulatoires, la faiblesse du foie, les troubles alimentaires, les frustrations sexuelles, le stress et les perturbateurs endocriniens.

Ces deux hormones équilibrent le cycle féminin et si cet équilibre est rompu, c’est non seulement l’équilibre du cycle qui en pâtit, mais également l’équilibre psycho-émotionnel.

La testostérone : à l’origine des caractéristiques sexuelles masculines, mais les femmes en produisent aussi, de manière plus modérée. (Produite par les ovaires et les surrénales). Elle est stimulante et incite à rechercher l’orgasme, la masturbation et les fantasmes. Peut rendre agressive, irritable et impatiente.

La DHEA : vient des reins et produite par les surrénales. (appelée hormone de la Jeunesse). Elle est produite en grande quantité durant la jeunesse, principalement avant la puberté. (elle sert de matière de base aux autres hormones). À partir de 30 ans, son taux diminue progressivement. Tout ce qui restaure l’énergie du rein lui est favorable : méditation, exercices physiques doux, grand air, réduction du stress… (Elle est diminuée par la cortisone, les contraceptifs hormonaux, l’alcool, le tabac, la grossesse, les maladies chroniques, l’obésité, la fatigue…

L’ocytocine est activée par l’orgasme et le toucher, les massages, les caresses tendres, les stimulations douces…

La Prolactine : en dehors de la grossesse, nous sécrétons cette hormone à doses légères. Elle participe au désir et amplifie les sensations de bien-être après l’orgasme. Elle est sécrétée à hautes doses durant la grossesse en vue de préparer les seins à l’allaitement. La prolactine à très haute dose ou à trop faible dose diminue la libido (moins de désir par les femmes enceintes ou allaitantes). Elle est stimulée par la présence d’oestrogènes. Lors de dérèglements hormonaux ou d’insuffisance surrénalienne, elle est parfois sécrétée en dehors de la grossesse et diminue la fertilité de la femme.

Le système hormonal relie la matière et le psychisme ; par exemple chaque chakra est relié à une glande endocrine. Chaque chakra est l’expression de l’énergie vitale sous sa forme énergétique et chaque glande est l’expression de cette même énergie vitale sous sa forme physique. Les exercices de yoga permettent d’harmoniser ce système hormonal.

Les règles et la fertilité

Dans ce domaine, il reste encore de grandes zones d’ombre et la femme n’a pas de prise avec cela. C’est la raison pour laquelle, la femme doit prendre le temps pour prendre contact avec sa féminité. Les règles sont une sorte «d’ incontinence » et il est important de guider les jeunes femmes sur ce chemin afin qu’elles aient la capacité de nouer une vraie relation avec cette part d’elle-même. Chaque mois, la femme a la possibilité de tomber enceinte. C’est une source d’angoisse. La contraception a changé la vie des femmes et leur permet d’exister par elle-même. Mais la médecine a infiltré la vie des femmes au point de nier cette féminité même. (Traitements, gestes chirurgicaux inappropriés…)

L’absence de transmission et d’éducation sur les particularités du fonctionnement physique, émotionnel et énergétique féminin, le mépris des vécus féminins, entraînent les femmes à se désinvestir complètement de leurs cycles (notamment par la prise d’hormones qui bâillonnent littéralement leur cycle naturel.)

Les contraceptions non agressives et naturelles : Préservatif masculin, diaphragme, spermicides 

Parmi les méthodes naturelles de régulation des naissances, la méthode d’auto observation dite sympto-thermique est aujourd’hui très performante. La pilule modifie la physiologie, alors qu’avec une méthode naturelle, le couple modifie son comportement. L es médecins avaient constaté depuis longtemps un lien entre température et ovulation, et ce fut la méthode des températures, dès les années 1950. Puis, dans les années 1970 a été mis au point la méthode Billings, qui s’appuie sur le signe de la glaire cervicale. Le CLER, enseigne la méthode d’auto observation ou méthode sympto-thermique qui repose sur l’observation de trois signes, témoins de la période fertile ou non : la glaire cervicale, la température et éventuellement les transformations du col de l’utérus. La femme observe au cours de son cycle l’évolution de la glaire et de la température (une dizaine de jour par cycles) et le couple choisit en fonction de son souhait d’enfant ou non de s’unir en période fertile ou en période infertile. Les méthodes naturelles sont souvent victimes de préjugés quant à leur fiabilité.
Cette méthode d’auto observation a fait l’objet d’une étude publiée en 1998 qui conclut que cette méthode naturelle est fiable aux environ de 99%, à condition de respecter strictement les consignes proposées. Voir SymptoTherm (www.sympto.org)  L’appareil Bioself – Appareil Le Luna

Les femmes doivent être attentives aux perturbateurs endocriniens qui perturbent : shampoings, eau du robinet, contenants en plastique…)


Une petite récréation dans vote lecture – Chandra Namaskar (Salutation à la lune)

            

Stimulation de l’énergie Ying (lunaire) Effets :  étirements de tout le corps et surtout au niveau des hanches, épaules… Apaise le corps et le mental, régénération de l’énergie. Excellent pour étirer le dos . Apporte l’équilibre physique, mental, émotionnel et énergétique. Renforce la confiance en soi et la force intérieure. Énergie fraîche, relaxante, calmante et créative. Le soir, elle favorise le sommeil et élimine le stress. Élimine les toxines, stimule la circulation sanguine et donne un sentiment de bien-être.


Hygiène de vie

Rester en bonne santé : Sommeil, eau, activité physique, gestion émotionnelle, Soin de soi, nourriture saine et méditation

Oestrogènes

L’œstrogène est un acteur clé du système hormonal féminin. Il a des fonctions très importantes dans le corps, mais un déséquilibre peut entraîner des problèmes de santé. L’excès d’œstrogènes augmente le risque de cancer du sein et peut aggraver d’autres maladies féminines telles que les fibromes, l’endométriose, SOPK (syndrome des ovaires polykystiques) ou kystes. Il peut être impliqué dans le gain de poids ou l’ incapacité à perdre du poids, l’irritabilité, la résistance à l’insuline, la dépression, l’anxiété, les problèmes de thyroïde ou les processus de vieillissement accéléré.

Lorsque les niveaux d’œstrogène sont élevés, une femme peut faire face à certaines difficulté comme la perte de libido, des règles irrégulières, des nausées, des vomissements, des infections à levures (candida albicans), ballonnements, migraines, crampes dans les jambes ou les fibromes utérins.

Les femmes qui utilisent des contraceptifs ou des produits contenant des niveaux élevés de phytoestrogènes comme le soja et les produits à base de soja par voie orale peuvent également rencontrer ces problèmes.

Lorsqu’il y a trop d’œstrogène dans le corps et qu’il  n’est pas métabolisé correctement, cela a une influence sur le taux de progestérone qui va baisser. Heureusement, de nombreuses solutions sont à disposition pour remédier à ces dysfonctionnements.

Si vous envisagez de tomber enceinte ou si vous êtes enceinte, voyez avec votre médecin pour vous assurer que vos niveaux d’œstrogène ne soient pas trop élevés ou trop basse, mais suffisant pour soutenir votre grossesse.

1- Équilibre du foie dans la gestion des oestrogènes

 

Toutes ces plantes ont utiles pour la décomposition des hormones.

 

2-Plus de fibres

3-Supplément de probiotique ou légumes détoxicants

Le rôle de l’aromatase dans la création des oestrogènes

L’aromatase est une enzyme impliquée dans la production d’œstrogènes (transforme ce qu’on appelle les androgènes en œstrogènes). Quand il y a beaucoup de production d’aromatase, il y a également un e production d’œstrogènes plus importante. Comment est influencé cette production?

Il faut aussi savoir que l’oestrogène synthétique (xenoestrogen) qui se trouve dans la plupart des matières plastiques et des produits de consommation tels que les produits cosmétiques peuvent interférer avec vos niveaux d’œstrogène.


Tout ce que vous voulez savoir sur les plantes amies des femmes

Le corps peut efficacement assimiler les plantes médicinales entières. Les hormones n’existent pas dans les plantes. Par contre il a des phyto (signifiant plante) stéroïdes qui forment la base de la production de nombreuses hormones humaines. Ces phytostéroïdes agissent souvent comme des hormones dans le corps. Il y en a au moins 57 phytostéroïdes connus. Leur principale source se trouve dans les huiles ; les céréales complètes, les oléagineux et les graines. Par exemple, l’huile de sésame est très bénéfique pour contrôler Vata (en massage du corps) et est particulièrement recommandée dans les cas de faiblesse et pour la régénération.

 La méthode ayurvédique : tout d’abord, il faut équilibrer la constitution et le métabolisme, ce qui permet à terme de recouvrer totalement la santé. Les traitements proposés ont pour fonction de corriger le déséquilibre métabolique (équilibre acido-basique). Dans un organisme en bonne santé, les processus anaboliques et cataboliques s’équilibrent. L’anabolisme est l’ensemble des réactions chimiques de synthèse de l’organisme. Il est le contraire du catabolisme,l’ ensemble des réactions de dégradation. Le catabolisme et l’anabolisme sont les deux composantes du métabolisme.

Les teintures mères agissent vite, car elles sont composées principalement d’éther et d’air (Vata). Elles agissent rapidement, mais à long terme, ont tendance à déséquilibrer Vata. Une teinture mère est une solution hydro-alcoolique issue d’un mélange de plantes fraîches et d’alcool. Pour obtenir une teinture mère, la plante doit macérer pendant trois semaines dans de l’alcool de grain pur entre 60° et 95°. Ce mélange doit être régulièrement remué à l’abri de la lumière afin que le liquide se charge des principes actifs de la plante utilisée. Il est ensuite filtré, pour ne garder que la solution liquide. La teinture mère est la base de la majorité des médicaments homéopathiques et est régulièrement utilisée en phytothérapie

Les Tisanes : en infusion ou en décoction sont douces, liées à l’élément feu et eau.

Plantes réduites en poudre : la saveur surtout amères peuvent en rebuter certains, c’est pourquoi on peut les mettre dans des gélules végétales. Doses de 4 à 8 g /jour. Les poudres ne se conservent que de 3 à 12 mois dans des bocaux hermétiques.

Les plantes entières sont très efficaces pour corriger les déséquilibres de longue date (désintoxiquer le système intestinal, rétablir une bonne digestion, nourrir le système nerveux, équilibrer le système endocrinien …) Meilleure méthode, car les plantes sont principalement composées des éléments Terre et Eau.

Les compositions : action principale, action de soutien, action d’élimination, action protectrice et harmonisante, action digestive et action stimulante ; un ingrédient peut soutenir plusieurs actions.En utilisant plusieurs plantes qui ont la même action, le résultat est bien plus important qu’en utilisant chaque plante séparément.


Féminité &  Doshas

Tout dans l’univers est formulé par ces forces appelées « Gunas », y compris les cinq éléments (Éther/espace, Air/mouvement, Feu/radiance, Eau/cohésion, Terre/masse) qui sont le produit de leur activité. L’équilibre correct entre ces 5 éléments est la clef du maintien de la sant

La Théorie des 5 Éléments Primordiaux (Panchmahabhutas) sert de base, avec succès, à tous les diagnostics et traitements en Ayurvéda pour traiter aussi bien des désordres physiques que psychologiques. Les 5 Eléments primordiaux se manifestent également à travers le fonctionnement des 5 sens (permettant à l’être humain de percevoir le monde qui l’entoure).

Selon l’Ayurvéda, ces cinq éléments se marient pour former 3 forces dynamiques qu’on appelle les Doshas : Vata (Ether-Air), Pitta (Feu-Eau) et Kapha (Eau-Terre).

lls constituent chaque individu. En général, un Dosha ou deux prédomine chez chaque personne. Ainsi, on est Pitta, si Pitta domine fortement ; on est Pitta-Vata, si Pitta est prépondérant, mais Vata bien présent, lui aussi. Lorsqu’un Dosha est dominant dans la constitution, c’est lui qui aura tendance à se déséquilibrer en premier.

La constitution est déterminée à l’aide d’un questionnaire qui prend non seulement en compte les caractéristiques physiques de la personne, mais également ses habitudes et ses réactions émotionnelles. Cliquez sur ce lien pour accéder au questionnaire des doshas

La compréhension des types constitutionnels ayurvédiques aide à adapter sa diététique & sa pratique du Yoga (personnalisation de la pratique pour soigner par exemple) et à mesurer les effets de la pratique au niveau physique, mais aussi au niveau subtil. Les doshas permettent également de comprendre le fonctionnement du mental, par rapport à sa constitution.

Femme Vata : Circulation sanguine faible et variable – système immunitaire faible – Règles potentiellement irrégulières – Petit flux – douleurs vives ou crampes.

Femme Pitta : Bonne circulation sanguine et système immunitaire fort. Menstruations profuses, sang rouge foncé, accompagné parfois de douleurs. Tendance aux infections vaginales ou urinaires.

Femme Kapha : Souvent : mauvaise circulation sanguine. Système immunitaire bon. Menstruations régulières et flux moyen. Peu ou pas de douleur. En cas de douleur : douleur sourde et générale. Sujettes à des accumulations qui se transforment en fibromes ou tumeurs.

Femme Vata/Pitta : Circulation sanguine irrégulière. Règles à tendance irrégulières, parfois avec des douleurs et un flux régulier, parfois abondantes, parfois légères.

Femme Vata/Kapha : Mauvaise circulation avec mains et pieds froids. Règles régulières et peu de douleur ; flux minimal ou faible.

 

Femme Pitta/Vata : Règles lourdes assez régulières en général, mais sujettes aux infections et irritations vaginales

Pitta/Kapha : Règles plus souvent abondantes que légères, mais régulières avec peu ou pas de douleurs. Des infections peuvent se produire comme les infections vaginales avec sécrétion de mucus.

Kapha/Vata : menstruations régulières avec flux faible. Douleurs de temps en temps, de même que des blocages ou accumulations comme les fibromes ou des kystes.

Kapha/pitta : Menstruations régulières avec flux assez abondant. Pas de douleur, mais tendance aux infections comme les infections vaginales et tendance à l’accumulation.

Vata/Pitta/Kapha : Règles équilibrées et aucun problème.

Vata est la cause de la plupart des maladies et d’autant plus pour les problèmes hormonaux et reproducteurs. Un désordre de Vata est présent dans toutes les formes de problèmes menstruels, prémenstruels, pré-ménopause et post-ménopause.

 ——————————————————————————————————————————————————————————————————————————————-

Désagréments et Outils pour les soulager

Soulager les douleurs menstruelles-Féminité-YogafleurdelotusExercice : Il est recommandé de réaliser l’exercice respiratoire suivant plusieurs fois par jour

Le bénéfice de cet exercice simple se manifeste rapidement.

Les postures d’extension des bras et des jambes, les étirements, les activités qui « dénouent », les activités qui accroissent la circulation accroissent Vyana Vayu. Exemples: extension allongé des bras et des jambes écartées; répéter 5 cycles ou plus de Surya Namaskar (la Salutation au Soleil).

Remèdes simples et efficaces : 2 cuillères à café de viorne douce (viburnum punnifolium) à faire infuser dans 240ml d’eau chaude. Boire 2 tasses par jour (240ml à 480ml) pendant la durée des crampes. 


Exercices :  Nauli, Agnisara Kriya, Asvini Mudra et Mula Bandha servent à renforcer et à purifier Apana Prana. On peut résumer apana vayu en termes d’élimination. Les plantes faisant circuler apana vayu doivent être le point central du traitement : Tisanes de plantes qui facilitent l’élimination.

Agni sara kriya : Effectuer impérativement l’estomac vide. Purification par le feu : Se placer debout, jambes écartées, genoux légèrement pliés, bien en appui sur les pieds. Prendre appui sur les genoux avec les mains, les fesses partent bien en arrière pour protéger le dos. Gd Inspir, puis Gd Expir et dans la rétention qui suit rétracter le ventre contre la colonne vertébrale et baratter. Tenir aussi longtemps que cela reste confortable sachant que l’inspir qui va suivre devra être long et prolongé, tout en se relevant. Effectuer 3 x

Effets : stimule le feu intérieur, autour du 3e Chakra. Cette chaleur apporte différents bienfaits : stimule la digestion et le métabolisme (en réduisant de façon significative la graisse autour du ventre), réduits les problèmes de gaz et aide pour les problèmes d’hyperacidité. Normalisation de l’appétit. Les reins ainsi que les intestins sont stimulés et nettoyés. Excellent pour le diaphragme. Tonifie aussi le bas du dos (zone lombaire). Apporte la joie.

Contre-indications : Maladies du cœur, glaucome, ulcères de l’estomac et des intestins, femmes enceintes.

Nauli : Effectuer impérativement l’estomac vide. Dans le Hatha Yoga Pradipika : Nauli est considéré comme une pratique « royale » avec laquelle il serait possible de soulager tous les maux.

Se placer debout, jambes écartées, genoux légèrement pliés, bien en appui sur les pieds. Prendre appui sur les genoux avec les mains, les fesses partent bien en arrière pour protéger le dos. Gd Inspir, puis Gd Expir et dans la rétention qui suit rétracter le ventre contre la colonne vertébrale et basculer doucement sur la jambe droite, puis sur la jambe gauche ou effectuer des cercles avec les hanches. Tenir aussi longtemps que cela reste confortable sachant que l’inspir qui va suivre devra être long et prolongé, tout en se relevant. Effectuer 3 x

Effets :excellent massage des viscères (estomac, foie, pancréas, intestins…) des reins, de la vessie et des organes reproducteurs. Il faut savoir que Nauli est très efficace contre les problèmes de miction (difficulté à vider la vessie ou fuites urinaires). En outre le massage des reins va aider les personnes diabétiques. Nauli va énormément aider à réguler les règles, à soulager les douleurs et même à stimuler le travail ovarien pour avoir des enfants

Contre-indications : Maladies du cœur, glaucome, ulcères de l’estomac et des intestins, femmes enceintes.

.Asvini Mudra & Mula Bandha Cliquez ici pour accéder aux exercices

Les postures qui stabilisent et qui fortifient la base, les postures assises jambes croisées, les postures allongées, accroissent Apana Vayu. Exemples : Pavanamuktasana, Padmasana (le Lotus)

Pavanamuktasana 

Se coucher sur le dos et plier les deux jambes, rétroversion du bassin, menton contre le sternum. Dos bien à plat. Gd Inspir : Placer la jambe droite sur le ventre et la maintenir en plaçant les deux mains à l’extérieur sous le genou et la plaquer en tirant les bras vers soi. Retenir la respiration aussi longtemps que cela reste confortable (il est possible de placer un mulabandha), expirer et tirer la jambe un plus sur le ventre. Recommencer 3 x. Puis Gd Inspir et dans l’expir qui suit, relâcher la jambe au sol. Effectuer de l’autre côté. Puis avec les 2 Jambes. Pour être efficace, il est important de réaliser l’exercice 3 x de chaque côté. En cas de constipation, boire un demi-verre d’eau tiède avant la posture (le matin au lever, ventre vide). À la fin, relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation. Refaire 3X.

Concentration : à droite, foie et vésicule biliaire et à gauche, estomac et rate.

Effets : Excellent pour stimuler le système digestif – Une pratique régulière permet une élimination aisée et normale des selles. Permet de prévenir tous les désordres du foie, de la rate, de l’estomac, du pancréas, de la prostate, des ovaires et de l’utérus. Décongestionne le système lymphatique – Réduit la graisse au niveau de l’abdomen et augmente la souplesse des articulations des genoux et des hanches. Évite tous les ballonnements des intestins. Aide à réguler apana vayu, le « souffle qui dissipe ». Mouvement descendant et vers l’extérieur pour l’expulsion, l’élimination à la fois physique et psychique. V – – – ; P – – – ; K + +



Mise en cause : Pitta (en raison du stress, mode de vie ou alimentation). Ranjaka pitta : impuretés du sang donc problème de digestion (foie/vésicule biliaire ou rate) Traitement : Essentiellement Pitta  et en second Vata pour avoir une meilleure digestion et tonifier l’utérus.  Exercices : Ardha Matsyendrasana ; Dolasana  ; Nadi sodhana ; Méditation

Ardha Matsyendrasana (Posture assise avec demi-tour)

A – S’asseoir avec les jambes allongées – Tonique sur le bas du ventre et le bas du dos. Placer le pied gauche à droite du genou droit, l’autre jambe reste tendue. Bras en croix. Gd Inspir, puis Gd Expir, tourner le torse vers la gauche (depuis la base de la colonne), le bras droit prend appui et entoure le genou gauche tandis que la main gauche va se poser à côté de la fesse droite. La tête regarde vers l’arrière à gauche. Respiration normale (6 à 8 respirations) – Concentration : sur le travail du dos et de la colonne. Gd Inspir et relâcher dans le prochain Gd Expir. Relâcher et refaire de l’autre côté.

B – S’asseoir avec les jambes allongées – Tonique sur le bas du ventre et le bas du dos. Placer le pied gauche à droite du genou droit, l’autre jambe va se plier et le talon droit va toucher la fesse gauche. Bras en croix. Gd Inspir, puis Gd Expir, tourner le torse vers la gauche (depuis la base de la colonne), le bras droit prend appui et entoure le genou gauche tandis que la main gauche va se poser à côté de la fesse droite. La tête regarde vers l’arrière à gauche. Respiration normale (6 à 8 respirations) – Concentration : sur le travail du dos et de la colonne. Gd Inspir et relâcher dans le prochain Gd Expir. Relâcher et refaire de l’autre côté. 

C – S’asseoir avec les jambes allongées – Tonique sur le bas du ventre et le bas du dos. Placer le pied gauche à droite du genou droit, l’autre jambe va se plier et le talon droit va toucher la fesse gauche. Bras en croix. Gd Inspir, puis Gd Expir, tourner le torse vers la gauche (depuis la base de la colonne), le bras droit va passer dans le creux du genou de la jambe gauche, le bras gauche dans le dos. Les deux mains se rejoignent pour se tenir (éventuellement selon la souplesse : on peut utiliser une sangle). La tête regarde vers l’arrière à gauche. Respiration normale (6 à 8 respirations) – Concentration : sur le ventre. Gd Inspir et relâcher dans le prochain Gd Expir. Relâcher et refaire de l’autre côté. À la fin, relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation.

Effets :  Nourrit le corps tout entier – Bénéfique pour tout le système digestif (notamment, le foie, la rate et le pancréas), les reins, les surrénales et les organes génitaux, notamment pour l’utérus et la vessie – Stimule fortement le système digestif – Permet d’augmenter la capacité respiratoire. Excellent pour les intestins – Tonifie le système nerveux sympathique et revitalise l’organisme – – Stimulation énergétique globale et efficace – Réduit Pitta (aide à nettoyer le foie en débarrassant l’intestin grêle de la chaleur).  Contre-indications : Sciatique en crise

Dolasana

   

S’asseoir avec les jambes pliées, dos droit. Placer les mains sous la flexion des genoux et enlacer les doigts. Très important : La tête doit être ramenée menton contre le sternum afin de ne pas froisser la nuque durant l’exercice. Gd Inspir puis dans le Gd Expir, basculer vers l’arrière, Gd Inspir vers l’avant etc. (à faire en continu). Les jambes servent de balancier pour basculer vers l’arrière et basculer vers l’avant.

Concentration : sur la posture qui nécessite d’être vigilant.  A la fin relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation.

Effets : Massage, alignement et assouplissement de la colonne vertébrale – harmonise le système nerveux sympathique – Supprime les tensions du système digestif – Apporte la clarté mentale et permet de stimuler la mémoire. V- ; P – ; K – –

Nadi Sodhana

S’asseoir en Padmasana (ou assis jambes croisées ou en demi-lotus). Tonique sur le bas du dos et le bas du ventre – Dos droit – Tête droite – Épaules relâchées – Prendre la mesure de sa respiration – Respiration normale – Puis placer le pouce droit contre la narine droite, l’index et le majeur sur le point entre les deux yeux à la base du nez et l’annulaire sur la narine gauche – Gd Inspir à gauche – Rétention – Gd Expir à droite et Gd Inspir à droite – Rétention et Gd Expir à gauche et Gd Inspir à gauche, etc. À la fin, s’allonger en savasana.

 Effets : Purifiante – Apaisante – Équilibrante – Elle permet de développer la concentration et de préparer à la méditation. Équilibre les énergies Pingala (côté droit de la colonne) et Ida (côté gauche de la colonne – Élimine les éléments pathogènes au niveau des narines et prévient les troubles ORL. Nettoie et humidifie l’air qui rentre dans les poumons – Nettoie les poumons par une légère vibration des bronches – Permet une respiration plus profonde et augmente la capacité respiratoire. Excellent contre la nervosité – Favorise les échanges gazeux pour une meilleure oxygénation du corps. Anti-stress – Oxygénation du corps – Libération des tensions émotionnelles. V – – – ; P – – ; K –

Méditation Cliquez ici pour accéder aux exercices de méditation


 

 

 

 


Exercices : Salutation au Soleil ; Bhastrika

Salutation au soleil Cliquez ici pour accéder à la vidéo de la salutation au Soleil 

Pranayama – Bhastrika (soufflet de forge)

C’est une succession rapide d’inspirations et d’expirations forcées. Tout comme un forgeron utilise son soufflet avec des mouvements
rapides, l’air doit rentrer et sortir des poumons très rapidement.
– Asseyez-vous en position de méditation. Maintenez votre tête, votre cou et votre colonne vertébrale dans l’alignement. Fermez la bouche.
Inspirez et expirez rapidement 10 fois consécutives sans retenir votre souffle au milieu. Quand vous pratiquez ce pranayama, vous émettez
une sorte de sifflement. Petite pause. Reprenez. Ne dépassez en aucun cas vos capacités. L’exercice peut être comparé au mode de
fonctionnement d’un soufflet. Il suscite des mouvements rapides du diaphragme et de tous les muscles impliqués dans la respiration,
produisant ainsi un son qui peut être perçu dans la gorge et la tête. Après avoir expiré l’air pour la dixième fois, contractez la zone anale
(mulabandhamudra) et inspirez profondément. Appuyez ensuite le menton contre le sternum (jalandharabandhamudra)et retenez votre
souffle aussi longtemps que vous le pouvez sans effort. Fermez ensuite la narine gauche avec l’annulaire droit et expirez par la narine droite.
Ceci est une série.
Commencez en exécutant trois séries puis augmentez le nombre de série après deux ou trois semaines jusqu’à vingt. Vous pouvez aussi
augmenter le nombre de respirations rapides progressivement de dix à vingt par série.
Attention : Cet exercice doit être pratiqué très prudemment. Si vous notez le moindre signe de fatigue ou d’affaiblissement, vous devez
arrêter immédiatement. Les personnes souffrantes de troubles cardiaques ou d’hypertension ne doivent pas pratiquer bhastrika
Effets : bhastrika est un exercice puissant. Il produit une forte transpiration qui élimine toutes les impuretés du sang et améliore l’irrigation en
sang du cerveau. Il fortifie le feu digestif et élimine le mucus. Il soigne toutes les maladies naissant d’un excès de kapha (secrétions), pitta (bile) ou vata (air). Il produit de la chaleur corporelle, régénère le foie, la rate, le pancréas, fortifie les muscles du bas-ventre et du système respiratoire. C’est un très bon exercice pour les bronches, les poumons et le
coeur. Bhatrika possède un fort effet purificateur pour le corps physique et subtil, nettoyant particulièrement les nadis. 


50% des femmes n’éprouvent pas de problème. L’ostéoporose peut être facilement évitée par un régime alimentaire faible en protéines animales. En gros, les femmes ont intérêt à devenir végétariennes. Les autres facteurs de l’ostéoporose : café, caféine, sucre blanc, alcool, sel de table, phosphates, sodas, diurétiques, médicaments antiacides contenant de l’aluminium.

Cette période de vie n’est pas une maladie. Des changements extérieurs peuvent être nécessaires, mais des changements intérieurs sont essentiels pour éviter les problèmes physiques et psychologiques. C’est un moment fondamental pour la femme. La nature force la femme à retourner en elle-même pour découvrir la source de son être.

Notre société ne comprend pas ce processus et les traitements de substitution sont une violence contre les femmes.

Actions positives pour soi : exercice physique, manger sainement et biologique, et soutenir le corps à l’aide de plantes. L

Les bouffées de chaleur disparaissent rapidement après ces simples changements. Des études cliniques montrent qu’une combinaison entre un régime végétarien et des exercices réguliers est plus efficace qu’un traitement de substitution, sans les effets secondaires.

Il est conseillé de prendre du Shatavari et de faire des massages à l’huile de coco en cas de coups de chaleur.

Les plantes : dong quai ou angélique chinoise, racine de consoude, racine de guimauve, réglisse, ashwagandha, ginseng et shatavari. Par contre, on ne peut commencer le traitement que si le corps est détoxifié (nettoyage du foie) . Ces plantes sont excellentes pour préparer à la ménopause.

Exercices de Yoga : Tous les exercices de yoga sont bénéfiques lorsqu’ils sont pratiqués en conscience et dans la joie.


Entre 50 et 60 ans, les femmes entrent dans la période Vata de leur vie (qualités : créativité, intuition et perspicacité, communication, sagesse ;  Difficultés : dépression, peur de la mort, dégradation du corps et anxiété).

L’hygiène de vie est donc essentielle pour vivre en bonne santé jusqu’« à un âge avancé.

Vata est le dosha qui est le plus facile à déséquilibrer et qui peut créer des problèmes comme l’arthrose, l’ostéoporose et autres maladies dégénératives.

C’est une période de retour sur soi (Hommes & Femmes confondus). Il sera important d’avoir un régime alimentaire sain, se soutenir par des plantes et de faire de l’exercice et du yoga. Il est favorable de soutenir le système endocrinien par des exercices de yoga et des plantes douces qui favorisent les fabrications d’hormones. Après 60 ans, les plantes ne servent qu’à fortifier et nourrir et à équilibrer Vata qui augmente avec l’âge.

Régime alimentaire : peu ou pas de viande.

Nettoyage du côlon (si le côlon est obstrué par des aliments en décomposition de toute une vie, l’absorption de calcium est limitée et affaiblie : utiliser le triphala : ce produit est composé de trois fruits qui équilibrent chacun des doshas. Tonique général, efficace pour inhiber le virus HIV ainsi que d’autres virus, prévient le vieillissement avec ses propriétés antioxydantes, régénère les tissus et les cellules prévient le cancer, augmente l’absorption des vitamines B et d’autres nutriments, élimine les métaux lourds, aide à la perte de poids, régule la production des globules du sang, équilibre les fonctions digestives et favorise l’élimination quotidienne. Son effet laxatif s’avère plus puissant pour les femmes Pitta, moyen pour les Kapha et quasi inexistant pour les femmes Vata. Ne résout pas les constipations chroniques. On peut le remplacer par cumin, fenouil, fenugrec, gingembre, cannelle pour une action digestive. Mais ajouté à toutes les formules de soin aux plantes ayurvédiques ajoutent des qualités à ces formules. A raison d’1 g/jour, les effets sont très bénéfiques. On peut utiliser des doses plus fortes pour traiter certains problèmes.  L

Les autres plantes de la ménopause : dong quai, shatavari, ashwagandha.

Exercices de Yoga : Tous les exercices de yoga sont bénéfiques lorsqu’ils sont pratiqués en conscience et dans la joie. 


Les différentes phases du cycle – Préconisations

PHASE DE LA « SORCIÈRE » – LES RÈGLES – Hiver – Kapha

« À la nouvelle lune, les énergies de la « sorcière » correspondent au temps de l’intériorisation. La femme est connectée à ses instincts, son intuition. Elle ressent le besoin de s’isoler, de rêver, de dormir, de ralentir, d’être en soi, pour laisser partir le sang, accepter le passé, faire le tri, faire le deuil. »

Lors des menstruations, il faut essayer de ralentir le rythme si cela est possible ou bien faire une grande pause le soir  pour vous reconnecter à vous même. Point important : dormir suffisamment. Il faut essayer si possible pendant cette période de déléguer à votre conjoint qui pourra assurer les tâches familiales pendant que vous pourrez vous mettre à l’écoute de vos besoins et vous isoler et de vous relaxer.

Plantes amies : Framboisier (Convient à toutes les phases du cycle et à toutes les femmes, nourrissante, tonifiante, à utiliser au moins une semaine avant les lunes pour éviter les crampes menstruelles) , Grande Camomille (facilite la digestion, anti-inflammatoire contre les crampes, prise sur de longues périodes, elle aide à se débarrasser des migraines et régule le cycle hormonal), Armoise (Grand-mère des plantes qui porte la mémoire, une branche d’armoise sous l’oreiller a la réputation de régulariser les menstruations, harmonise le flux sanguin, aide à nettoyer le foie), Valériane officinale (sédative, utile contre les insomnies, aide à se relaxer, calme les douleurs (à utiliser avec parcimonie, peut quelquefois exciter si elle est utilisée en trop faible quantité). Cataplasme de gingembre sur le ventre pour réduire l’inflammation.

 Il faut éviter les postures inversées, et les torsions comme Ardha Matsyendrasana. Les inversions ont leurs propres caractéristiques. Cette catégorie de postures arrête les règles, mais pratiquées pendant la grossesse, elles  permettent de garder le fœtus en sécurité et en bonne santé. Pour celles qui ont des fausses couches fréquentes, ces postures s’avèrent être une bénédiction. Pour celles dont les règles se prolongent au-delà de 15 jours, il leur est permis de commencer les inversions après 12 jours, même si le flux continue. Les inversions vont stopper le flux. Il va de soi que l’on doit connaître la cause qui se cache derrière ce flux important et prolongé et traiter cette maladie avec d’autres postures en dehors de la période des règles. Si une femme a ses règles pendant l’ovulation, les inversions sont administrées comme un traitement

 À partir du premier jour des règles jusqu’à ce que celles-ci soient terminées (ce qui peut prendre de quatre à sept jours), effectuer des postures qui redonne de l’énergie comme :

Padangusthasana (Posture de la pince debout)

Se placer en tadasana, mains en namasté – Les jambes légèrement écartées (30 cm environ).

Gd inspir : se redresser en levant les bras et en étirant la colonne du coccyx jusqu’en haut.

– Gd Expir : basculer vers l’avant au niveau de l’articulation coxo-fémorale et attraper les deux gros orteils avec chacun des index (l’index se place entre le gros orteil et le second orteil), la tête contre les genoux. Garder les jambes droites.

– Rester dans la position sur 3 à 5 respirations normales.

– Gd Inspir et dans le Gd expir, relâcher en « Hastapadasana ». Revenir en se déroulant, genoux fléchis dans l’Inspir suivant.

Effets : Stimulation des organes digestifs, notamment le foie et la rate ; augmente la sécrétion des sucs digestifs. Soulage les ballonnements et les troubles gastriques. Tonifie les reins. Apaise les douleurs des règles. Soulage également les symptômes de la ménopause s comme les crampes et les douleurs dans le bas de l’abdomen, ainsi que par le flot d’oxygène qui irrigue tout l’organisme. Permet de ralentir le rythme cardiaque et favorise la régénération de la moelle épinière. C’est une posture extrêmement calmante, rafraîchissante et très bénéfique pour les personnes impatiente et à tendance colérique. Apporte la paix de l’esprit. Effet revitalisant. Stimule les fonctions cognitives par l’afflux du sang dans le cerveau. Stimule l’hypophyse et harmonise le système endocrinien. Aide à soulager l’anxiété ainsi que la dépression. V – – ; P – – ; K –

Ardha Chandrasana (Posture de la demi-lune)

1ère fois Se placer debout, les jambes collées, le dos droit, les mains en Namasté. Gd Inspir, puis dans le Gd Expir, il faut basculer vers l’arrière en se grandissant. Garder la posture en respiration normale. Gd Inspir et dans Gd Ixpir, plier les genoux, basculer totalement vers l’avant en pliant légèrement les jambes, tendre les jambes et laisser pendre, la tête et les bras. Bien relâcher et imaginer que les tensions s’écoulent des mains et des pieds. Rester un petit moment. Pour revenir, Gd inspir, plier les genoux, et remonter petit à petit en longeant les jambes avec les mains.

 

 2ème fois Se placer debout, les jambes collées, le dos droit. Gd Inspir, on monte les bras en étirant le dos depuis le coccyx jusqu’en haut et dans le Gd Expir, il faut basculer sur le côté droit, la main droite longe la jambe droite et le bras gauche reste collé à l’oreille gauche. Rester un petit moment en regardant la main droite et en restant concentré sur le ventre côté droit et l’étirement côté gauche. Gd Inspir et remonter dans le Gd Expir. Relâcher et refaire de l’autre côté. Concentration : Étirement à droite : sur le ventre côté droit et l’étirement côté gauche. À faire 2 fois de chaque côté. Étirement à gauche : sur le ventre côté gauche et l’étirement côté droit.

À la fin, relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation.

 Effets : Excellent étirement pour tout le corps – Travail des muscles intercostaux – Soulage les douleurs sciatiques – Détend la colonne vertébrale – Permet de décongestionner les organes digestifs et le plexus solaire – Permet le lâcher-prise – Action sur le pancréas – Évite tous les problèmes de constipation.  – Excellent pour les reins et les capsules surrénales (Gestion du stress) – Étirement et Gainage. Harmonisation de l’énergie d’Ida (la lune) et de Pingala (le soleil) : alliance du lâcher-prise (Sthira) et de la fermeté (Sukham). V- – – ; P – (effectué en douceur) ; K – –

Matsyasana (Posture du poisson)

   

Concentration : 1 – sur le cou (thyroïde), la nuque (parathyroïdes) ; 2 – idem ; 3 – l’ouverture de la cage thoracique et du plexus solaire.

Bien relâcher en savasana 10 respirations normales pour savourer la sensation entre chaque ronde.

Effets : Etirement de la colonne – Stimule la thyroïde et les parathyroïdes qui gèrent le taux de calcium dans le sang – Ouvre la cage thoracique (augmente la capacité respiratoire ; permet de s’ouvrir à soi et aux autres) – Calme le mental – Aide à gérer les émotions – Apporte une grande sérénité et tranquillise – Bénéfique pour l’estomac, le foie et l’intestin grêle. Permet de s’ouvrir aux autres – Stimulation générale (stimule vyana vayu) – Combat la dépression – Augmente la capacité respiratoire – Action sur les chakras : svadhisthana chakra, manipura, anahata. Augmente la capacité respiratoire – Relaxant et stimulant. Posture de réjuvénation. Avec la respiration complète, on rétablit la circulation énergétique dans le corps et un sentiment de paix et de plénitude va progressivement. V – – – ; P – – ; K –

 Contre-indications : Douleurs dans les cervicales et hernie cervicale. Migraine et insomnie (à éviter le soir).

 Konasana (Posture de l’Angle)

S’asseoir sur le sol – Poser les deux pieds l’un contre l’autre. Les mains passent sous les mollets pour attraper les pieds. Gd Inspir puis dans le Gd Expir, basculer sur l’avant. Ce sont les hanches (articulation sacro-iliaque) qui font le basculement et pas la tête – Le dos reste plat – La tête se pose en dernier. Rester dans la position et respiration normale (10 respirations). Gd Expir et se relever dans le Gd Inspir – Puis Savasana pour savourer la sensation. Effectuer 3x –

A la fin relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation.

Concentration : 1ère fois : se concentrer sur le coccyx/sacrum – relâcher un moment sur le ventre la tête sur l’un des côtés et les bras le long du corps – 2ème fois : se concentrer sur la colonne vertébrale – relâcher un moment sur le ventre la tête sur l’un des côtés et les bras le long du corps – 3ème fois : se concentrer sur la tête.

Effets : Étirement du dos et notamment la zone lombaire – Excellent pour alléger les douleurs du bas-ventre (utérus – Règles douloureuses) – Avec les coudes au sol : améliore les fonctions reproductives – Tonifie les organes abdominaux (améliore la digestion), ouvre les hanches (détend l’articulation coxo-fémorale) et grâce à cette ouverture, il y a prévention des hernies et sciatiques – Stimule les chakras inférieurs : Muladhara, Svadhistana, et Manipura. Le circuit d’énergie est montant : de la base vers Ajna chakra – Excellent contre la rétention d’eau, en  cas de lourdeur des seins, de crampes dues aux règles, de flux important, d’irritation…Tonifie le dos et délie la colonne vertébrale. Favorise l’élimination – Régule le sommeil, calme l’anxiété – Apaise le système nerveux. Stimule le plexus solaire. V – – – ; P – – – ; K + + +

 Contre-indications : Hernie discale sur la zone lombaire (en crise)

Adho Mukha Svanasana (Chien Museau Par Terre) 

Se placer en bout du tapis (tapis devant soi) – Écarter les jambes talons vers l’extérieur – Placer la main droite sur le ventre et la gauche dans le dos. Gd Expir, basculer vers l’avant et se plier en deux en regardant devant soi. Rester un moment, le temps de détendre tout le haut du dos (pour soulager des courbatures du sac à dos). Puis Gd Expir et descendre complètement les bras au sol et effectuer un V à l’envers. La tête rentrée, menton contre le sternum. Les pieds restent bien à plat (si possible). Cette posture peut remplacer Sirasana (posture sur la tête). Ne pas rentrer les épaules et ne pas arrondir le dos.

Ou encore, démarrer à quatre pattes comme dans Majrasana et prendre la posture à l’expir ; déplacer les talons légèrement vers l’extérieur.

Il peut être intéressant de pratiquer des respirations complètes dans la posture avec kumbhaka à l’inspir et kumbhaka à l’expir. Réaliser trois avec balasana entre chaque.

Concentration : sur l’étirement du dos – Sortir de la posture dans un gd Expir et en se mettant à genoux – Faire suivre de la posture de l’enfant ou savasana.

Effets : Grand étirement du dos et de la zone lombaire. Assouplit les ischio-jambiers, les mollets et les ligaments de chevilles.  Fortifie les épaules et les bras et assouplit toute la musculature à l’arrière des jambes.  Renforce les chevilles. Supprime toutes les raideurs au niveau des omoplates et soulage les arthroses de l’humérus. Excellent pour le système digestif. Soulage les troubles menstruels et les symptômes de la ménopause. Utile contre les maux de tête (ne pas pratiquer en douleur forte). Apporte la puissance et la stabilité, permet de détendre et d’apaiser. Irrigue le cerveau. Ralentit les battements du cœur. Permet de récupérer de la fatigue et allège le corps. Excellent exercice pour les sportifs. Augmente la capacité respiratoire et ouvre la poitrine. Le soir, pratiquée avec douceur, elle favorise le sommeil et prévient les insomnies. Rééquilibre l’énergie en lien avec la Terre. V- – – ; P – ou + ; K – –

Avec les 3 bandhas : Donne de la chaleur et concentre l’énergie dans le ventre. Chakras : Manipura (le ventre surtout avec uddiyana bandha), Anahata (ouverture) et vishuddhi avec Jalandhara

Contre-indications : glaucome ou toute autre affliction des yeux. En cas de douleurs des pignets, préférer Majrasana à la place. Hypertension. Forts maux de tête et dernier trimestre de la grossesse.

Gomukhasana (Posture de la tête de vache)

S’asseoir jambes tendues, bien placées sur les ischions. Plier la jambe droite pour la passer à gauche du genou gauche et replier la jambe gauche de manière à ce que le talon touche la fesse droite. Placer les bras en croix. Gd Inspir, puis dans le Gd Expir : placer le bras gauche derrière la tête et le bras droit dans le dos. Attraper les mains ou prendre une sangle ou une couverture pour joindre les mains s’il n’est pas possible de les attraper. Rester bien droit, bras droit, tête droite. Tenir de 6 à 8 respirations normales en restant concentré. Gd Inspir et dans le Gd Expir, relâcher. Exécuter de l’autre côté – si possible 3 x de chaque côté en alternance droite/gauche. Monter le bras opposé par rapport à la jambe du dessus, de sorte à rééquilibrer la posture.

 Concentration : 1ère ronde : sur les épaules – 2e ronde :  sur le bas du ventre et 3e fois – la poitrine.  A la fin relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation. 

 Effets : Permet d’ouvrir toute la zone de la cage thoracique – Assouplit les hanches, les épaules et les bras (meilleure circulation énergétique dans le bassin) – Action sur Ida & pingala – Stimulation d’Anahata chakra (chakra du cœur) – Développe la concentration – Prévient les rhumatismes et les douleurs sciatiques – Évite les troubles du sommeil – Contrôle les organes génitaux – Éloigne les mauvaises pensées et libère des cauchemarsStimule Prana Vayu (Force fondamentale) : apporte l’énergie positive, la motivation et la vitalité. Apporte l’inspiration et relie à notre moi intérieur. Excellent contre le stress et les gonflements…Si Prana Vayu est déséquilibré, le mental est agité et de mauvaises habitudes s’installent. V-, P-, K-

Les torsions comme Bharadvajasana 

 Effectuer doucement et en pleine conscience. ATTENTION : Effectuer la torsion depuis le coccyx jusqu’en haut de la colonne en étirant vers le haut, garder l’alignement (ne pas affaisser la zone lombaire).

Effets :  Excellent pour tout le système articulaire et notamment les articulations des chevilles, genoux, hanches et épaules. La torsion permet un « massage » des organes du ventre pour stimuler le système digestif. Permet de soulager le dos et surtout toute la zone lombaire (soulage les douleurs sciatiques) et soulage les cervicalgies. Stimule les plexus nerveux de la colonne pour une meilleure circulation énergétique. Permet l’élimination des toxines et des pensées parasites. Facilite l’épuration des énergies émotionnelles indésirables. Apporte de l’ancrage. Défait les énergies engrammées dans le second chakra et redonne de l’espace de liberté. Stimulation de Manipura Chakra pour développer la force, l’enthousiasme et la volonté. Renforce l’estime de soi. Redonne de la souplesse au corps et au psychisme.

 Kapalabhati 

La respiration de Kapalabhati est également recommandée pendant les règles et les périodes de préménopause et de ménopause (s’il n’y a pas de bouffées de chaleur,sinon, préférer la respiration d’Ujjayi qui apaise ou Nadi shodana qui aide à diminuer les bouffées de chaleur caractéristiques de la ménopause et qui calme le système nerveux.)

 

Exercice de respiration où l’expir est volontaire (mouvement sec du bas ventre pour expirer l’air) – Se pratique de 11 en 11 avec Gd Inspir et Gd Expir entre chaque série. Effets : Nettoyage du corps émotionnel – Réchauffe – Augmente le métabolisme – Facilite la digestion – Nettoie le système ORL – Nourrit le corps tout entier – Renforce le cœur – Effet remarquable sur le stress – Massage puissant des organes abdominaux – Favorise la concentration, la mémoire – Développe l’enthousiasme et la joie. Augmente le niveau d’énergie – Agit sur tous les chakras – Redonne de la vitalité.

 Ujjayi Pranayama – le souffle victorieux

S’asseoir dans une posture confortable – Padmasana (lotus) ou jambes croisées, sur un coussin ou sur une chaise pieds bien à plat. Vérifier que la posture est correcte – Dos droit, tête droite, épaules relâchées. Se concentrer sur la respiration qui est normale. Prendre conscience de l’air qui rentre dans les poumons et l’air qui en sort. Gd expir pour bien vider les poumons et Gd inspir en laissant l’air frotter contre la glotte (sans forcer) – Le bruit est doux et continu et on peut ressentir les vibrations dans la gorge. Continuer ainsi que 10 respirations. Effets : Nettoie et humidifie l’air qui rentre dans les poumons – Nettoie les poumons par une légère vibration des bronches – Permet une respiration plus profonde et augmente la capacité respiratoire. Excellent contre la nervosité – Favorise les échanges gazeux pour une meilleure oxygénation du corps. Anti-stress – Oxygénation du corps – Libération des tensions émotionnelles.

 

 Nadi Sodhana

S’installer assis de manière confortable (dos contre le dossier d’une chaise ou un mur), jambes pliées ou tendues. Tonique sur le bas du dos et le bas du ventre – Dos droit – Tête droite – Épaules relâchées – Prendre la mesure de sa respiration – Respiration normale – Puis placer le pouce droit contre la narine droite, l’index et le majeur sur le point entre les deux yeux à la base du nez et l’annulaire sur la narine gauche – Gd Inspir à gauche – Rétention – Gd Expir à droite et Gd Inspir à droite – Rétention et Gd Expir à gauche et Gd Inspir à gauche, etc.– rétention et refaire (5 x en tout – Relâcher et refaire 5x). Effets: Purifiante – Apaisante – Équilibrante – Elle permet de développer la concentration et de préparer à la méditation. Équilibre les énergies Pingala (côté droit de la colonne) et Ida (côté gauche de la colonne – Élimine les éléments pathogènes au niveau des narines et prévient les troubles ORL.

 

Autres postures bénéfiques :

Ahamkarasana

1-

2-

3-

 Effets : Effets sur Prana vayu (harmonisation). Anahata est relié à l’élément air et à la respiration. Organes associés : poumons et gros intestin. Harmonisation d’Anahata chakra qui donnera une capacité à rayonner la joie, la bonté, la chaleur humaine. Posture qui permet de transcender l’ego. V – – ; P – – – ; K +

S’asseoir en padmâsana . placer les mains avec les doigts repliés, sauf le pouce levé juste en dessous de la poitrine. Gd Expir et dans le Gd Inspir, lever les bras. Bras écartés. Respiration de Bhastrika. Respiration normale et relâcher. Puis placer les mains sur les épaules. Gd Inspir au centre, Gd expir à droite. Gd inspir au centre, Gd expir à gauche. X5 et respiration normale. Se placer sur les genoux et placer la tête front sur le sol devant les genoux. Gd Inspir, lever les bras. Respiration normale. Garder la concentration sur la cage thoracique. Pratiquer 3 respirations complètes. Gd Inspir , dans le Gd expir, poser les bras au sol. Respiration normale et relâcher avec les bras le long du corps. Effets : Effets sur Prana vayu. Anahata est relié à l’élément air et à la respiration. Organes associés : poumons et gros intestin. Un dysfonctionnement de Anahata provoquera beaucoup de souffrance intérieure, un déficit de communication et un repli sur soi L’excès inverse provoquera un comportement hyperémotif, trop aimant et généreux au point de peser sur les proches. Un fonctionnement harmonieux donnera une capacité à rayonner la joie, la bonté, la chaleur humaine. À la fin, relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation

Virabadhrasana /Janusirasana /Khumbhirasana/Setubandhasana/Majrasana/Tadasana/ Uttanasana

Ardha Salabhasana et Purna Salabhasana (Posture de la sauterelle)

Se coucher sur le ventre, menton au sol, jambes allongées et collées. Placer les poings dans le creux de l’aine. Commencer par prendre conscience de la respiration. Pratiquer 3 respirations profondes en se concentrant sur le ventre, au dernier expir, lever la jambe droite, sans basculer sur le côté gauche. Tenir 5 à 6 respirations normales. Gd Inspir et reposer sur le Gd Expir. Refaire avec la jambe gauche. Puis les 2 jambes. x 3. À la fin relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation.  Effets : Permet d’éliminer les douleurs au niveau du bassin et fortifie toute la région des reins et des lombaires. Évite les problèmes sciatiques et soulage les douleurs des règles par une détente du bas du ventre. Prévient la constipation (péristaltisme accru) et stimule les organes digestifs,  le plexus solaire et Manipura Chakra (cultive la joie et l’enthousiasme). Tonifie la partie pelvienne du parasympathique ( activité organique végétative). Permet de lutter contre l’apathie et la dépression. Facilite la mémoire et la concentration.Nettoyage des psoas. Tonification du plancher pelvien. Salabhasana permet également de stimuler Apana Vayu qui gouverne les fonctions d’élimination, la circulation énergétique vers le bas et vers l’extérieur. Sur un plan plus subtil, Apana Vay élimine non seulement les déchets du corps, mais tout ce qui menace notre santé en général, et plus particulièrement ce qui menace notre santé psychique. Quand Apana Vayu est faible, la peur, les doutes et l’insécurité s’installent. Quand il est bien équilibré, il permet de cultiver les racines et d’avoir une vision positive de la vie.

Mudra contre les saignements trop abondants

Mais aussi : Cliquez sur ce lien pour retrouver les postures

PHASE DE LA VIERGE – Printemps – Kapha/Pitta

Puis la muqueuse utérine se reconstitue tout doucement : la femme ressent les « énergies de la vierge » (elle ne court pas de risque de procréer), elle se sent fraîche, neuve et pétillante. Elle est pleine d’ambition, c’est le moment de lancer des projets. »

À la fin de vos règles, vous pouvez reprendre progressivement un rythme, une organisation, effectuer ce que vous avez laissé en attente durant la phase de la sorcière.  Vous pouvez profiter de ce regain d’énergie, cette joie de vivre pour faire du sport. Nourrissez votre sang après chaque menstruation. Selon la médecine ayurvédique, les femmes ne perdent pas que du sang lors des menstruations, elles perdent aussi du Prana. Afin d’équilibrer cette perte, Il faut prendre soin de nourrir le  sang. Cela peut être fait en consommant des bonnes protéines et de la nourriture riche en fer, durant les jours 4 à 8 du cycle menstruel. Les femmes végétaliennes ou celles qui ont des menstruations abondantes peuvent bénéficier d’utiliser des remèdes au plantes spécifiques pour supporter leur sang (comme l’ortie ou l’angélique), ou d’autres suppléments naturels de fer, après chaque menstruation.

 L’Ayurvéda recommande de pacifier Kapha mais en faisant bien attention à ne pas aggraver Pitta, surtout si ce dosha prédomine dans votre constitution.

 Une routine qui vivifie et qui allège :

Il vaut mieux faire de l’exercice pendant une demi-heure chaque jour. Il faut continuer à vous coucher avant 22 h, c’est-à-dire pendant le deuxième cycle Kapha de la journée afin de bénéficier d’un sommeil profond et réparateurLe repas principal sera composé également d’aliments chauds et légers. Exemples : légumes verts fraîchement cuits, céréales entières comme l’orge et le millet, légumineuses (lentilles ou dhal), produits laitiers légers comme le lassi. Favorisez les goûts amers et astringents et limitez selon votre constitution le sel et le goût piquant à cause du Pitta de la mi-journée. L’édulcorant le plus adapté est le miel, excellent pour réduire Kapha. Les fruits doivent être consommés en dehors des repas. Favorisez les pommes et les poires et réduisez les fruits lourds ou acides. Terminez la journée par un dîner léger comme une soupe de légumes de printemps. Dînez tôt dans la soirée afin de laisser suffisamment de temps pour la digestion soit terminée avant d’aller vous coucher.

Il est conseillé d’ajouter plus de piquant à votre alimentation afin d’aider la digestion. Dans ce cas, faites cuire vos aliments avec du gingembre frais, du cumin, du poivre noir et du fenouil. Autre idée : pimentez votre routine quotidienne avec une nouvelle activité qui stimulera votre mental. En toute saison, l’Ayurvéda recommande de réduire ama, de renforcer la digestion et de diminuer le niveau de stress, ce qui implique de modifier son régime alimentaire, de faire appel aux plantes et préparations ayurvédiques pour réduire ama et renforcer le feu digestif et enfin de réduire le stress en pratiquant yoga, méditation et exercice physique. Dans cette perspective, le Triphala est une préparation à base de trois fruits très prisée en Ayurvéda. C’est un puissant tonique pour le système digestif qui élimine ama sur une base quotidienne. Si vous vous sentez parfois apathique ou constipé, c’est le signe d’une accumulation d’ama dans votre physiologie. Le Triphala, qui peut être pris sur une base régulière, est la préparation la plus consommée de l’Ayurvéda.

Plantes amies : ortie (fer et magnésium – augmente la vitalité du corps) – avoine (redonne de l’énergie ; avant de dormir, elle favorise l’endormissement ; le matin, elle donne de l’énergie ; apporte la stabilité intérieure) –  camomille (alliée des femmes ; soutient le système nerveux ; favorise le sommeil ; calmante ; anti-inflammatoire ; bonne pour le foie) – romarin (stimulante, augmente l’acuité intellectuelle, concentration et mémoire) – Gingko Biloba ( stimulant circulatoire ; clarifie les pensées ; bon en période d’examen, contre les maladies dégénératives ; stimulante sans nuire aux surrénales) (Ne pas utiliser avec des médicaments fluidifiants sanguins) – Eleuthéro ou Ginseng sibérien (vitalité ; endurance ; adaptogène ; après un mois d’utilisation : équilibre hormonal et nerveux, énergie renouvelée, système immunitaire renforcé).

Boisson de la Vierge : pour 500ml d’eau : ½ cuillère à café d’Eleuthéro en morceaux ou en poudre, 1 cuill à café d’ortie, i/2 cuill à café de romarin et 1 cuill à café d’avoine fleurie. Infuser 10mn. À boire le matin.

 Exercices de yoga : Respiration du complète/ Bhastrhika/ Massage des pieds/ Massage du périnée/ Massage de la poitrine/ Massage des Lombaires/Salutation au soleil/Janusirasana…

 Respiration Complète

S’asseoir en Padmasana ( jambes croisées ou en lotus ou demi lotus). Dos droit. Épaules relâchées. Tête droite, main droite sur le ventre. Prendre conscience de sa respiration, l’air qui rentre dans les poumons et l’air qui sort. Prendre conscience de la température de l’air qui rentre et de l’air qui sort des poumons. Puis Gd Inspir (lent et doux et contrôlé), on remplit le ventre, la cage thoracique et le haut du thorax. Gd Expir, on vide le haut du thorax, la cage thoracique et le ventre qui se rentre, rentre et rentre. Recommencer ainsi le plus doucement et lentement possible pendant au moins 10 minutes. Jusqu’à 15 mn, dès que l’on se sent confortable avec cette respiration. Effets : permet la détente, le lâcher-prise. Oxygène parfaitement le corps. Calme le mental et amène la sérénité. Permet de prendre du recul.Cette respiration est la clé pour détendre complètement et pacifier le mental et le corps.  Augmente la capacité respiratoire – Permet la détente physique et psychique – Calme le mental – Induit des ondes alpha signifiant un état de relaxation – Apporte de l’énergie. En état de veille normal, nous réagissons fort souvent de façon automatique à ce que nous expérimentons autour de nous. Notre image habituelle de l’environnement domine et nous supposons que les choses demeurent telles que nous les connaissons. Par contre, en état de relaxation ou de méditation, caractérisé par les ondes alpha, cette image de la réalité est beaucoup plus faible. Maintenant, nous ne réagissons plus automatiquement aux pensées et impressions. Nous pouvons les observer d’un regard neuf et voir à travers les filtres à travers lesquelles nous expérimentons la vie normalement. Vous pourriez appeler cela une expérience directe.

Bhastrika Pranayama – La respiration de la forge

S’asseoir en Padmasana (assise jambes croisées ou en lotus ou demi lotus). Dos droit. Épaules relâchées. Tête droite. Prendre conscience de sa respiration, l’air qui rentre dans les poumons et l’air qui sort. Prendre conscience de la température de l’air qui rentre et de l’air qui sort des poumons. Expirez par les 2 narines, puis pratiquez 5 fois la  respiration de Bhastrika (l’inspir et l’expir sont « forcés » et la  paroi abdominale bouge d’avant en arrière comme un soufflet. Un bruit de forge sort des narines. Gd Inspir, puis gd expir – Refaire 5 x – Gd Inspir, puis gd expir – Refaire 5 x – Gd Inspir, puis gd expir. Relaâcher en savasana pour savourer la sensation. Effets :Bhastrika Pranayama rafraîchit l’esprit et le corps (effet de nettoyage profond) . Action régénérante et rajeunissante de l’ensemble du corps. Améliore la mémoire. L’accroissement du flux sanguin dans la tête améliore la vue, l’audition et les fonctions cognitives. Bénéfique pour les bronches par le nettoyage profond du système respiratoire. Stimulation de la digestion et activation du métabolisme général. Permet d’éliminer les graisses. Stimulation du plexus solaire et de Manipura chakra.Ne pas pratiquer en cas de bouffées de chaleur pour les femmes ménopausées.

 

Bhujamgasana (Posture du Cobra)

 1re fois – Se placer sur le ventre – Garder les jambes serrées et poser le front sur le sol – Les mains se placent juste au des dessus de la poitrine dans l’axe des épaules – Gd Inspir et Gd Expir sans bouger pour sentir le ventre contre le sol – Gd Inspir : relever le buste en décollant les bras – Tenir 8 à 10 respirations normales – Gd Inspir et dans le Gd Expir, relâcher un moment sur le ventre la tête sur l’un des côtés et les bras le long du corps. Concentration : se concentrer sur le dos

2e fois – Se placer sur le ventre – Garder les jambes serrées et poser le front sur le sol – Les mains se placent juste au des dessus de la poitrine dans l’axe des épaules – Gd Inspir et Gd Expir sans bouger pour sentir le ventre contre le sol – Gd Inspir : relever le buste en poussant sur les bras, mais garder les bras légèrement pliés – – Tenir 8 à 10 respirations normales – Gd Inspir et dans le Gd Expir, relâcher un moment sur le ventre la tête sur l’un des côtés et les bras le long du corps. Concentration : se concentrer sur le ventre.

3e fois – Se placer sur le ventre – Garder les jambes serrées et poser le front sur le sol – Les mains se placent juste au des dessus de la poitrine dans l’axe des épaules – Gd Inspir et Gd Expir sans bouger pour sentir le ventre contre le sol – Gd Inspir : relever le buste en poussant sur les bras complètement, le bassin reste collé au sol. Effectuer 3 x. A la fin relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation. Concentration : se concentrer sur la cage thoracique et le cœur. Effets : Renforce les poignets, les bras, les épaules et les muscles du dos / Stimule le système digestif / Ouvre la poitrine, renforce les poumons / Détend le système nerveux / Aide à soulager les troubles menstruels ainsi que les douleurs dorsales et abdominales liées à la ménopause / Contribue à l’alignement de la colonne vertébrale / Développe la confiance en soi – Apporte de la force et de la volonté – Lutte contre les peurs – Donne de la puissance et la capacité à affronter les événements- Posture qui permet de lutter contre l’hypertension. Stimulation d’Anahata Chakra.

Phase de la Mère – Eté – Pitta

« Les « énergies de la mère » culminent, elles,  à la pleine lune autour de l’ovulation. La femme est ancrée dans la terre et rayonne. Elle est au maximum de sa puissance de création et de l’ouverture vers l’extérieur. Elle est pleine d’énergie sexuelle, très réceptive aux autres personnes et aux idées nouvelles. »

Au moment de l’ovulation, vous pouvez profiter de ce temps pour rencontrer, appeler des personnes chères à votre cœur. Profitez de ce temps pour vous consacrer pleinement à vos enfants (temps d’écoute active) ou votre conjoint. C’est le moment d’être créative: peinture, écriture, cuisine. Plantes amies : Shatavari  (augmente la libido ), Trèfle rouge  (nourrit de l’intérieur), gingembre (amène le sang dans l’utérus et oxygène, ne pas prendre en début de grossesse), dong Quai  (tonique et régularise les hormones, favorise la fertilité, ne pas prendre dès la conception et pendant le grossesse)

Tisane de la mère pour favoriser la fertilité : /3 d’eau de rose de qualité, 2/3 de lait végétal, une cuillère à soupe de shatavari en poudre et 1 cuillère à soupe de miel.

 

Ovulation perturbée : Les pranayamas rafraîchissants comme Kaki Mudra, Ida Pranayama ou la Salutation à la Lune qui est calmante et rafraîchissante à condition de la pratiquer en douceur ; peu de postures debout (car elles sont échauffantes) ; de nombreux étirements favorables au rafraîchissement… comme Paschimottasansa ou konasana, kurmasana, konasana et des torsions assises comme Ardha Matsyendransa. Il faut privilégier les relaxations longues pour le calme.

 

Kaki Mudra

S’asseoir en Padmasana (assis jambes croisées ou en lotus ou demi lotus). Dos droit. Épaules relâchées. Tête droite, la main droite dans le creux des jambes et l’autre main dessus. Prendre conscience de la température de l’air qui rentre et de l’air qui sort des poumons. Placer la bouche « en cul de poule », Gd Inspir (lent et doux et contrôlé) en faisant du bruit, on remplit le ventre, la cage thoracique et le haut du thorax. Petite rétention. Gd Expir par les 2 narines, on vide le haut du thorax, la cage thoracique et le ventre qui se rentre, rentre et rentre. Recommencer ainsi 20 x le plus doucement et lentement possible. Effets :Nettoyage du système digestif. Stimulation du système nerveux parasympathique. Aide à se débarrasser des schémas mentaux indésirables.

Respiration Ida pranayama

S’asseoir avec les jambes croisées ou en lotus/demi-lotus Prendre conscience de sa posture, mains posées sur les genoux dos droit – tonique sur le bas du ventre et le bas du dos – épaules relâchées – tête droite – Prendre conscience des parties du corps en contact avec le sol –  Prendre conscience de sa respiration qui est normale – Puis boucher la narine droite avec le pouce droit : Gd inspir avec la narine gauche – petite rétention – et Gd Expir sachant que l’expir est plus long que l’inspir – En faire 2 puis respiration normale. En faire 2 et respiration  normale. Ceci 3 x et voir ce que vous ressentez. Effets :  Concentration – Calme intérieur – Tranquillité d’esprit – Augmente le taux vibratoire. Respirer par la narine gauche permet de refroidir le corps et de calmer le mental. Activation du nadi Ida (La Lune). Ida : relié à la narine gauche, représente en nous l’aspect féminin, lunaire, et le passé. C’est le canal qui gère nos émotions. Sur le plan physique, il contrôle la partie gauche de notre corps et l’hémisphère droit de notre cerveau, siège de l’intuition, de la créativité mentale et de l’orientation dans l’espace. Cette respiration pratiquée régulièrement va permettre de rétablir l’équilibre entre le contrôle et le lâcher-prise

 Kurmasana (Posture de la tortue)

Se placer assis sur le sol, jambes écartées et légèrement pliées, talons au sol. Placer les bras sous les genoux, paumes vers le ciel. Gd Inspir, puis dans Gd Exoir, basculer vers l’avant sachant que c’est l’articulation de la hanche qui effectue la rotation vers l’avant. Les gras glissent vers l’arrière et la tête tombe vers le sol. Rester 8 à 10 respirations normales. Gd Inspir et se relever dans l’expir. (Réaliser 3x). À la fin relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation.  Se concentrer sur la colonne vertébrale, puis sur le ventre. Effets : Asana euphorisante, qui permet de faire le plein d’énergie. Stimule le plexus solaire, soulage l’anxiété. Masse les viscères et stimule le fonctionnement des organes digestifs. Libère des soucis, des émotions fortes, des passions, de la peur et de la colère. Permet d’augmenter la patience, la tolérance et la résistance à tout type de tensions corporelles et mentales. Facilite l’ancrage.

 

Ovulation en plénitude : on peut tout se permettre, si on est en accord avec son corps et ses capacités. C’est le moment où les articulations sont les plus stables et où on est au mieux de sa force, en raison des hormones présentes. Les inversions sont alors bénéfiques, car elles régulent le système hormonal.. Les salutations au soleil, les postures d’équilibre et les flexions arrière sont également recommandées : « en période d’ovulation, il est important de fairte des exercices énergiques et de prendre contact sa force et sa puissance.

 Huit Infini des Tibétains

Se placer debout, jambes légèrement écartées. Genoux relâchés, dos droit, tête droite et les bras qui pendent le long du corps. Mettre la conscience au niveau des chevilles. Puis doucement former des « 8 » avec les 2 chevilles en même temps en partant vers la droite. Bien respirer et garder la concentration sur les chevilles tout en essayant de relâcher au maximum les tensions. Une fois les tensions relâchées, revenir au centre et exécuter le même exercice en partant de la gauche. Puis refaire avec les genoux, les hanches et enfin les épaulesEffets : Assouplit les articulations – Élimine parfaitement toutes les tensions corporelles et mentales – Favorise la circulation énergétique dans tout le corps.

 

 

 

Uttan Mandukasana

S’asseoir à genoux sur le sol, puis écarter les jambes de façon à s’asseoir directement sur le sol et laisser les orteils toucher l’arrière des fesses. Se tenir droit et prendre le coude droit avec la main gauche. Expir et dans le Gd Inspir, il faut lever les bras et les placer derrière la tête. Rester 5 à 8 respirations normales et redescendre dans un Gd Expir. Effectuer de l’autre côté avec le coude gauche maintenu par la main droite.
Effets : étire complètement la colonne vertébrale – Excellent contre les douleurs dans le dos. Étire les chevilles, les mollets les genoux, les cuisses et les hanches. Stilule le système articulaire. Ouvre la cage thoracique pour une meilleure circulation énergétique dans le haut du corps. Purifie Anahata Chakra.Spoulage le système émotionnel. À la fin, relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation

 

 

Yoga vitalité et métabolisme

– S’asseoir sur le sol, le dos aligné.

Jalandhara Bandha Mudra & Mula Bandha Mudra

  Se placer assis sur le sol – Jambes croisées ou en lotus (Padmasana) – Gd Inspir, descendre la tête menton contre le sternum, Rétention : contracter la zone périnée/anus, relâcher et remonter doucement dans un Gd Expir. Ne pas oublier que l’expir est plus long que l’inspir, il faut donc garder une rétention modérée. La concentration se fait sur Ajna chakra – le point entre les 2 yeux à la base du nez. Faire 5 à 10 x et progressivement jusqu’à 20x.  Effets : Agit directement sur le système endocrinien pour le stimuler et apporte une joie profonde et « sans raison », permet de garder la santé – Stimule le système digestif – Évite la constipation – Fortifie le plancher pelvien – Agit sur tous les chakras, mais principalement sur le chakra racine pour plus de stabilité, le chakra Manipura pour une meilleure énergie et une meilleure protection. Aide aux relations sexuelles harmonisées ainsi qu’une plus grande créativité – Le travail sur vishuddhi chakra qui permet d’exprimer clairement et sans violence nos désirs profonds – Permet aussi la parole juste, etc. Jalandhara Bandha Mudra associé à Mula Bandha permet de stimuler la thyroïde, les parathyroïdes, les ganglions lymphatiques et les amygdales. Il produit de la chaleur dans le corps et permet d’éviter les refroidissements et la toux. Action sur Vishuddhi Chakra et le fait d’exprimer les émotions. Mula agit sur les racines et la confiance dans la vie et en soi. Les deux associés permettent de conserver un esprit calme et serein.

Shank Mudra Anahata Chakra ( à placer sur le point entre les deux seins – Région du coeur et se connecter à l’instant présent

Effets : Shank Mudra, ou Mudra de la conque, est en lien avec l’élément « Akash », l’Espace. Si le majeur est le doigt de l’élément Espace, le pouce, lui est le doigt de l’élément Feu. Ainsi, à gauche, le Feu est « enveloppé », comme protégé ou « dominé ». À droite, l’extrémité du pouce (Feu), en contact avec l’extrémité du  majeur (Espace), vient activer l’élément Espace. La philosophie du Samkhya, commune au Yoga et à l’Ayurveda, rattache l’Espace au principe sonore et à la voix, ainsi qu’à la capacité d’expression ; l’Éther dans le corps subtil au niveau du Vishuddha Chakra, le Chakra de la gorge. Shank Mudra apaise et rassure. Élimine les problèmes de gorge, améliore la qualité de la voix et diminue les défauts du langage, tels que le bégaiement. En lien avec l’énergie Ojas :  nourrit l’énergie des reins, et les gonades (glandes sexuelles). De plus, elle nourrit aussi Asthi Dhathu, le tissu osseux et les cheveux ; amélioration de la respiration. Connexion avec le centre du nombril (Nabhi, Manipura Chakra : améliore la digestion. Régule les 3 doshas. Calme le système nerveux parasympathique. De ce fait, les capacités de récupération, ainsi que fonctions digestives, d’assimilation et de construction des tissus, sont améliorées. La conque représente le temple intérieur où brille la lumière du Soi, notre nature profonde et sacrée

Dans l’hindouisme, La conque est l’attribut du Dieu Vishnu. Symbole de la création, elle vient de l’Océan primordial, sa spirale interne exprime l’expansion, le son qu’elle produit est l’image du son primordial ». Le son de la conque, Shankha, représente le chuchotement de la conscience intérieure qui appelle à arrêter la vie matérielle faite de passions et donc de déception…

 

 

Mandukasana –  Posture de la Grenouille

S’asseoir sur les talons, en écartant au maximum les genoux. Les pieds se tournent et les orteils se rejoignent. Mains en Namasté – Gd Inspir et dans le Gd expir, laisser les mains glisser vers le bas, glisser sur les cuisses, puis vers l’avant du tapis tout en se penchant vers l’avant et en faisant pivoter le bassin. Poser les mains au sol, au-dessus de la tête et faire glisser le buste en avant, jusqu’à ce que la poitrine et le front touchent le sol. Rester dans la posture de 4 à 6 respirations normales en restant concentré sur les hanches. À la fin, relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation. Effets : Développe la souplesse des hanches et des adducteurs (intérieur des cuisses). Permet d’éviter la rétention énergétique dans le bas du ventre. La grenouille est symbole de transformation et de résurrection et liée à l’élément eau (Jala). C’est un animal lunaire, féminin, issu de la Terre. Elle est en lien avec les premiers chakras, notamment Svadhisthana, le chakra de la sexualité et créativité. Elle est le support du monde. Dans Mandukasana, le bassin est mobilisé dans le sens de l’ouverture. Le bassin est source et réceptacle de vie. En lui grandit la vie. Un bassin dans lequel l’énergie vitale (Prana) circule est source de santé pour le corps entier.

PHASE DE L’ENCHANTERESSE –  Automne – Vata

Évitez les stimulants, comme l’alcool, les drogues et le café. C’est particulièrement important lors de la dernière semaine du cycle, puisque le Prana prend de l’ampleur afin de permettre l’arrivée des menstruations. Les stimulants, à ce moment-là, bloquent le Prana, ce qui résulte en des crampes menstruelles et de l’instabilité émotionnelle. Le café peut aussi causer des crampes sévères à celles qui ont déjà expérimenté de la douleur, il est donc préférable de l’éviter durant cette période. « C’est quand la lune se retire et décroît qu’apparaissent les « énergies de l’enchanteresse ». La femme prend conscience d’elle-même, expérimente sa force et son pouvoir personnel. Un ovule a été libéré, mais n’a pas été fécondé. Les énergies accumulées doivent être libérées d’une façon ou d’une autre. »

Il peut y avoir beaucoup de nervosité et d’agitation durant cette phase. Il conviendra de libérer cette énergie en douceur en pratiquant des méthodes de relaxation, comme la méditation.  Vous pouvez aussi profiter de cet afflux d’énergie pour préparer la phase sorcière : rangement de la maison, préparation de repas… (ce qui vous permettra d’être plus au repos lors de vos règles). Pour mieux vivre les fluctuations du cycle et accepter ses émotions, il convient d’en prendre conscience pour rendre créatrices ces énergies. Soyez à l’écoute de votre corps, de votre cycle. Prenez le temps de noter comment vous vous sentez et où en êtes-vous dans votre cycle.  Les postures en flexion arrière ouvrent la poitrine et le coeur et dirigent l’esprit vers l’extérieur. Elles gardent la colonne vertébrale souple et favorisent la vitalité et l’énergie. Elles relâchent les tensions dans la région du bassin et activent une sexualité dormante. Elles combattent l’anxiété et la dépression. Les ouvertures des hanches favorisent la décongestion du bassin et la circulation du vayu* du bas du corps (dénommé apana) qui gouverne le flux menstruel. Les extensions arrière de la colonne vertébrale présentent l’avantage de stimuler le foie et d’aider à métaboliser les hormones et les toxines. Ces postures détoxifiantes contribuent à diminuer les maux de tête, les étourdissements et les nausées. Seulement, il ne faut pas en abuser en cas de migraines.

 Plantes amies : Mélisse ( apaise et calme les gaz en cas de ballonnement prémenstruel), pissenlit (donne un coup de fouet au foie pour gérer les oestrogènes et la progestérone, diminue ainsi l’irritabilité, favorise le transit), Achillée ( équilibre le cycle hormonal, diminue les maux de tête, diminue aussi les crampes et les saignements trop abondants, ne pas utiliser pendant la grossesse), Reishi (champignon qui pousse sur l’écorce des arbres : Ganoderma Lucidum – adaptogène, tonique immunitaire, tue les virus et bactéries, fluidifie le sang, régularise la glycémie, calme le système nerveux agité, apporte la clarté mentale et recentre. En quantité, il est euphorisant ; femme enceinte ne pas consommer sans l’avis d’un thérapeute), Gattilier (agit sur l’hypophyse, calme le syndrome prémenstruel, à prendre tout au long du cycle et s’arrêter 5 jours pendant les règles/ sur 2 à 3 mois pour des effets réellement positifs. Ne pas administrer à des femmes enceintes et aux jeunes femmes de moins de 18 ans (début des règles). Angélique ( Plante de la femme : Prépare le corps aux menstruations, aide en cas de rétention d’eau, évite les ballonnements prémenstruels, ramène le sang et la chaleur dans l’utérus pour favoriser l’écoulement, donne du tonus en cas de fatigue, régularise le cycle, contient beaucoup de fer, ne pas utiliser pendant la grossesse), Framboisier (Convient à toutes les phases du cycle et à toutes les femmes: nourrissante, tonifiante, à utiliser au moins une semaine avant les lunes pour éviter les crampes menstruelles.

Dans la plupart des dérèglements d’Apana Vayu, il y a un besoin d’une rééducation, réanimation, renforcement, tonification, stabilisation et relaxation de la partie inférieure du tronc, de l’abdomen et de la zone pelvienne. On utilise :

Udarakarshanasana

S’asseoir sur les orteils avec les mains sur les genoux. En expirant, il faut tourner la hanche de manière à ce que le genou droit touche le pied gauche. Retourner dans la position de départ en inspirant, puis dans l’expir suivant, tourner la hanche de manière à ce que le genou gauche touche le pied droit. A la fin relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation.

Effets : Excellent pour garder la souplesse des orteils, chevilles, genoux et pour muscler les jambes. Mis à part les points d’acupuncture activés par la position assise sur les orteils, cet exercice créé un mouvement de l’intestin qui aide le système digestif complet. Il permet de stimuler l’estomac et les intestins . Un e pratique régulière de cette posture aide à soulager durablement de la constipation. L’effet est encore plus puissant après avoir bu un verre d’eau tiède à jeun le matin. On pousse l’eau vers le bas de votre corps, ce qui stimule Apana Vayu, l’air dans les intestins, de sorte qu’une pression est créée pour favoriser l’expulsion des selles. Il y a également une stimulation de la vessie, des voies urinaires et du foie pour un meilleur fonctionnement. Si vous souffrez d’incontinence urinaire ou de rétention d’eau, cette posture peut aider à soulager les symptômes. Troubles digestifs, articulations, Manipura. Conseils et Aide :  Assurez-vous que votre poids est sur vos orteils et portez des vêtements amples de sorte à ne pas exerce de pression sur le ventre.  Effectuer le mouvement avec la respiration pour obtenir un bon effet de la posture. Si vous souhaitez un effet soulageant, prenez une boisson à l’eau chaude avant d’effectuer la posture et assurez-vous que vous êtes à proximité des WC. Cela fonctionne généralement toujours !

La  formule Triphala est un mélange de 3 fruits secs réduits en poudre. C’est peut-être l’un des meilleurs remèdes naturels pour protéger et revivifier les intestins, la peau, les yeux et les os, mais particulièrement le grand intestin. C’est un excellent tonique. Une utilisation quotidienne d’1-2 grammes par jour avant le coucher est sans risque. Cela aidera à rendre l’élimination de l’intestin saine.

Toutes les postures suivantes sont excellentes pour les femmes en préménopause ou ménopausées – Agissent contre les troubles de l’humeur et les bouffées de chaleur. Stimulent le système hormonal pour garder une belle peau, de beaux cheveux et un squelette en bonne santé…

 Mouvements croisés dynamiques

Se placer debout, jambes légèrement écartées de la largeur du bassin. Bien sentir les pieds en contact avec le sol. Gd Inspir, monter la jambe gauche et Gd expir la redescendre au sol. Gd Inspir, monter la jambe droite et Gd expir la redescendre au sol – x3 – Puis refaire en dynamique. Effets : Relance la circulation de l’énergie dans le bon sens et obligent les deux cerveaux à travailler ensemble.Permet de calmer les effets de surcharge de la vésicule biliaire. (À fleur de peau, impatience, faisant tout rapidement) Combat l’insomnie et permet un meilleur endormissement.On peut pratiquer le soir également.

 

Eka Pada Rajakapotasana

  Se placer à quatre pattes. Puis avancer le genou droit près du poignet droit. La jambe droite en diagonale et le pied droit touche le genou gauche. Ensuite, il suffit de faire glisser la jambe droite vers l’arrière. Rester ainsi bras tendus 5 à 6 respirations. Puis Gd Inspir et dans le Gd Expir, poser les avant-bras au sol parallèles et le front. Rester dans cette posture 5 à 6 respirations en restant concentré sur l’articulation de la hanche. Essayer de relâcher au maximum. Puis revenir bras tendus dans un Gd Inspir. Et relâcher complètement. Réaliser de l’autre côté et s’installer en savasana.

Effets : Ouverture des hanches, facilite la circulation énergétique avec la Terre. Ouvre la cage thoracique et stimule Anahata Chakra. Équilibre le système endocrinien. Stimule toute la région du bas du ventre (excellent pour les femmes). À la fin, relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation.

 Ardha Ustrasana (Posture du demi-chameau)

1ère fois Seplacer à genoux, les cuisses perpendiculaires au sol, jambes légèrement écartées. Mettre les mains sur les hanches. Gd Expir et dans le Gd Inspir, basculer sur l’arrière en laissant la tête « pendre » doucement (ne rien retenir) – Respiration normale (8 respirations) Gd Inspir et dans le Gd expir, revenir doucement vers l’avant. Seconde fois : Seplacer à genoux, les cuisses perpendiculaires au sol, jambes légèrement écartées. Mettre les mains sur les hanches. Gd Expir et dans le Gd Inspir, basculer sur l’arrière et saisir les talons avec les mains, tendre la cage thoracique le plus possible vers le haut pour former un arc avec le dos. – Respiration normale (8 respirations) Gd Inspir et dans le Gd expir, revenir doucement vers l’avant, un bras après l’autre pour éviter les tensions dorsales.  À la fin relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation. 

Concentration : la nuque, le cou.

Effets : Renforce la colonne vertébrale pour faciliter la circulation énergétique – Permet de garder une colonne souple jusqu’à un âge avancé – Ouvre la cage thoracique, libère le plexus solaire et augmente les capacités respiratoires – Stimule les poumons, les reins, les surrénales, le thymus. Permet de prévenir les troubles de la constipation – Élimine les excès de graisse à la taille – Excellent pour les parathyroïdes (responsables de la gestion du calcium dans le sang)- Libération émotionnelle – Développe la volonté, la détermination et la compassion. Cette posture est très efficace pour libérer : Manipura chakra (Plexus solaire – Confiance, autorité, énergie rayonnante, enthousiasme, force, purification spirituelle, relations sociales harmonieuses et constructives, captation et compréhension des énergies ambiantes positives ou négatives, protection, sensation de paix, et acceptation du plan de vie et du rôle social.) Anahata Chakra (le chakra du cœur – Amour inconditionnel, tendresse, acceptation, guérison, compassion, énergie transformatrice, lien avec l’âme, la joie, la confiance, et la serviabilité.) Vishuddi chakra (Communication, expression de l’intellect, chant, musique, art, danse, écoute de la voix intérieure, facilité d’expression, sincérité, langage clair et imaginatif, voix mélodieuse, intégrité et poésie.)

 Dhanurasana

Se placer à plat ventre, plier les jambes (jambes écartées) vers le dos et saisir les chevilles par l’arrière avec les mains. Gd Inspir et dans le Gd Expir, monter le haut du corps et relever les jambes avec les bras Effectuer 3x. Concentration : 1re fois : sur le sacrum – 2e fois : sur le ventre – 3e fois : sur la colonne vertébrale.  À la fin relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation

Effets : Stimule le système digestif – fortifie le système endocrinien  et le système immunitaire – Travaille les vertèbres en relation avec le foie/ la rate et le pancréas – Excellent contre la rumination – Développe la ténacité – Permet de digérer les pensées parasites – Recharge le plexus solaire en énergie vitale. Stimulation de Manipura Chakra.

Ardha Matsyendrasana (Posture assise avec demi-tour)

 A – S’asseoir avec les jambes allongées – Tonique sur le bas du ventre et le bas du dos. Placer le pied gauche à droite du genou droit, l’autre jambe reste tendue. Bras en croix. Gd Inspir, puis Gd Expir, tourner le haut du corps vers la gauche, le bras droit prend appui et entoure le genou gauche tandis que la main gauche va se poser à côté de la fesse droite. La tête regarde vers l’arrière à gauche. Respiration normale (6 à 8 respirations) – Concentration : sur le travail du dos et de la colonne.

Gd Inspir et relâcher dans le prochain Gd Expir. Relâcher et refaire de l’autre côté.

B – S’asseoir avec les jambes allongées – Tonique sur le bas du ventre et le bas du dos. Placer le pied gauche à droite du genou droit, l’autre jambe va se plier et le talon droit va toucher la fesse gauche. Bras en croix. Gd Inspir, puis Gd Expir, tourner le haut du corps vers la gauche,  le bras droit prend appui et entoure le genou gauche tandis que la main gauche va se poser à côté de la fesse droite. La tête regarde vers l’arrière à gauche. Respiration normale (6 à 8 respirations) – Concentration : sur le travail du dos et de la colonne.

Gd Inspir et relâcher dans le prochain Gd Expir. Relâcher et refaire de l’autre côté.

C – S’asseoir avec les jambes allongées – Tonique sur le bas du ventre et le bas du dos. Placer le pied gauche à droite du genou droit, l’autre jambe va se plier et le talon droit va toucher la fesse gauche. Bras en croix. Gd Inspir, puis Gd Expir, tourner le haut du corps vers la gauche,  le bras droit va passer dans le creux du genou de la jambe gauche, le bras gauche dans le dos. Les deux mains se rejoignent pour se tenir (éventuellement selon la souplesse !) La tête regarde vers l’arrière à gauche. Respiration normale (6 à 8 respirations) – Concentration :sur le ventre.

Gd Inspir et relâcher dans le prochain Gd Expir. Relâcher et refaire de l’autre côté. À la fin relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation.

Effets : Permet d’assouplir la colonne vertébrale et les épaules, notamment les épaules « gelées » et de stimuler tous les plexus nerveux de la colonne ainsi que le plexus solaire – Étirement des fessiers et des piriformes – Stimule toute la zone des lombaires – Fait disparaître les douleurs des hanches, des piriformes, les lumbagos et toutes les tensions dorsales – Renforce toute la musculature de la nuque – Nourrit le corps tout entier – Bénéfique pour tout le système digestif (notamment, le foie, la rate et le pancréas), les reins, les surrénales et les organes génitaux, notamment pour la prostate, l’utérus et la vessie – Stimule fortement le système digestif – Permet d’augmenter la capacité respiratoire. Excellent pour les intestins – Tonifie le système nerveux sympathique et revitalise l’organisme – Évite la sacralisation de la 5e lombaire – Stimulation énergétique globale et efficace – Très importante dans l’éveil de la Kundalini Shakti – Réduit Vata (aide à nettoyer le foie en débarrassant l’intestin grêle de la chaleur).   

 À noter : du fait que le diaphragme est comprimé par la torsion, la respiration au début sera assez difficile, mais après un certain temps, cette zone va se relâcher et la capacité respiratoire s’en trouvera améliorée. En effet, par cette pression, l’air va forcer le passage dans les plus petites bronchioles des poumons et permettre leur ouverture. D’autre part, il est possible d’expérimenter le « non souffle » dans cette posture, le « non souffle » étant la possibilité d’atteindre un état de calme total propice à la montée de la Kundalini Shakti. (Le souffle de la transformation : du plan physique au plan le plus subtil).

Viparitakarani mudra

Comme sarvangasana (la chandelle) sauf que les jambes se placent à 45°avec le sol (au lieu de 90°). Le lieu de Surya (le soleil) se trouve à la racine du nombril et le lieu de Candra (la lune) se trouve à la racine du palais. Une force stimulante appelée nectar descend de sahasrara chakra (fontanelle). Surya boit ce nectar et cela conduit à la mortalité. Si ce nectar (amrta) est bu par candra, nous accédons à l’immortalité. C’est pourquoi il est important de conduire le flux solaire vers le haut et le flux lunaire vers le bas.

Gd Inspir. Rétention aussi longtemps que cela reste confortable.

Gd Expir (de 3 à 5 x) jusqu’à 10 lorsque l’on est confortable.

Effets de Sarvangasana

Effets : Évite les descentes d’organes. Permet d’harmoniser tout le système endocrinien et pacifie le mental – Repose le cœur  – Facilite la circulation sanguine dans tout le corps – Facilite le retour veineux et lutte donc contre les varices et les hémorroïdes – Stimulation du système digestif – évite la constipation – Facilite le retour de la lymphe au niveau des jambes  – Soulage certains maux de tête – Facilite l’expulsion des sécrétions bronchiques – Stimule la thyroïde- posture efficace pour perdre du poids  – Oxygénation du cerveau : facilite l’épanouissement des facultés mentales et la mémoire. Bienfaits énergétiques puissants, notamment par le fait de la modification de la circulation du Prana dans le corps – Les pieds reçoivent l’énergie qui émane du ciel et la tête, celle de la terre. Udana vayu : depuis le centre de la nuque jusqu’à la fontanelle. Lié à l’élément Éther. Il siège dans le centre de la gorge et est l’expression de la parole. Aide à la communication non violente et à l’état de transcendance. La fonction d’udana est de produire la chaleur dans le corps. À la fin, relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation

Badhrasana – Posture du papillon

 

S’asseoir avec les jambes écartées, les deux plantes de pied l’une contre l’autre, les mains les maintiennent ensemble et servent à rester tonique dans l’exercice. Les pieds devraient être en contact avec la zone du périnée. Grand inspir, redresser la colonne vertébrale à partir du coccyx jusqu’à la nuque sans soulever les épaules ni la nuque. Expir – Gd Inspir – Grand Expir, les genoux s’abaissent pour toucher le col. Respiration normale. On essaie de baisser de plus en plus et sans violence les genoux vers le sol. Réaliser trois rondes. Réaliser avec Mulabandha pour plus d’effets et de puissance.

Concentration : Sur les hanches et l’aine ainsi que le bas du ventre.  À la fin, relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation. 

Effets : Étire toute la région pelvienne. Renforce les cuisses, les muscles des hanches et les fessiers. Étire les muscles des ischio-jambiers, de l’aine et des genoux. Étire la colonne vertébrale. Assouplit le bassin et débloque les hanches. Renforce la musculature du dos. Permet de décongestionner tout le bas du ventre. Évite les douleurs des règles et les congestions de l’utérus. Permet de garder la prostate en bonne santé. Facilite la circulation énergétique dans tout le corps. Prévient la sciatique. Augmente la souplesse de la hanche. Stimule la fonction des organes digestifs et du système reproducteur. Aide en cas de cystite, de douleurs à la prostate. Symbolise à la fois l’ancrage et l’envol (l’étirement de la colonne vertébrale encourageant l’énergie à monter) dans la stabilité, car c’est une posture qui stimule Muladhara chakra et qui relie la base à Anahata et Ajna chakra. Donne de la vitalité. Elle a également pour effet de purifier Svadhisthana chakra et permet d’alléger les densités liées aux traumas. Donne de la liberté dans la créativité. Posture auspicieuse qui réalise les souhaits, qui permet de transcender l’énergie sexuelle en énergie spirituelle. V- – ; P – – ; K –

Contre-indications : douleurs dans les genoux ou problèmes de ligaments aux genoux

Trikonasana (Posture du triangle)

Se placer debout jambes écartées. Le pied droit est ouvert de 90° vers la droite. Le pied gauche revient légèrement vers la droite. Gd Inspir, lever les bras au-dessus de la tête, bras toniques collés aux oreilles, étirer le dos – Gd Expir, basculer sur la droite en approchant la main droite de la cheville droite. Le bras gauche est tendu vers le haut et forme une ligne avec le bras droit. Regarder cette main gauche – Respiration normale (10 secondes) – Gd Expir, laisser pendre tout le corps vers l’avant jambes pliées et Gd Inspir, se relever vertèbre après vertèbre doucement. Relâcher et recommencer de l’autre côté (gauche).Effectuer 3 x de chaque côté. 

Concentration : Sur le dos et le ventre.

Effets : Tonifie et assouplit les muscles des jambes. Étirement de la colonne vertébrale (soulage les douleurs dorsales). Stimule les plexus nerveux de celle-ci. Renforce les mouvements péristaltiques de l’intestin pour éviter la constipation.  Ouvre la cage thoracique. Renforce la concentration- Calme le stress et l’anxiété – Permet de se recentrer. Bon pour les chevilles. Excellent pour équilibrer les énergies d’Ida et de Pingala. V – ; P – ; K –

 Setubandhasana (Posture du demi-pont)

1- S’installer sur le dos, jambes pliées, rétroversion du bassin, menton contre le sternum, bras le long du corps, paumes sur le tapis (les pieds sont bien ramenés contre les fessiers). Bien appuyer les pieds et les mains contre le sol pour se relier à l’énergie de la terre. Gd Expir et dans le Gd Inspir, monter les bras doucement et les placer sur le sol, collés aux oreilles, paumes vers le ciel. Laisser bien glisser la nuque – Respiration normale (3 respirations). Puis Gd Inspir et dans le Gd Expir, monter les fessiers et le bassin et laisser glisser le haut du corps sur le sol. Maintenir la posture durant 6 à 8 respirations. Gd Inspir et dans le Gd Expir, les bras reviennent le long du corps tandis que le dos se dépose sur le sol vertèbre après vertèbre, les fessiers se posent au sol. Bien appuyer les pieds et les mains sur le sol pour se relier à l’énergie de la terre. Relâcher en savasana.

2- S’installer sur le dos, jambes pliées, rétroversion du bassin, menton contre le sternum, bras le long du corps, paumes sur le tapis (les pieds sont bien ramenés contre les fessiers). Bien appuyer les pieds et les mains sur le sol pour se relier à l’énergie de la terre – Gd Inspir et dans le Gd Expir, monter les fessiers et le bassin en maintenant le bas du dos avec les mains placées de chaque côté des hanches, le haut des bras et les coudes posés sur le sol, bien parallèles afin de soutenir parfaitement le bassin vers le haut (le ventre qui s’offre au ciel !) Gd Inspir et dans le Gd Expir, les bras reviennent le long du corps tandis que le dos se dépose sur le sol vertèbre après vertèbre puis les fessiers se posent au sol. Bien appuyer les pieds et les mains sur le sol pour se relier à l’énergie de la terre. Relâcher en savasana.

3-S’installer sur le dos, jambes pliées, rétroversion du bassin, menton contre le sternum, bras le long du corps, paumes sur le tapis (les pieds sont bien ramenés contre les fessiers). Bien appuyer les pieds et les mains sur le sol pour se relier à l’énergie de la terre. Gd Inspir et dans le Gd Expir, monter les fessiers et le bassin en maintenant le bas du dos avec les mains placées de chaque côté des hanches, le haut des bras et les coudes posés sur le sol, bien parallèle afin de soutenir parfaitement le bassin vers le haut ; cette fois-ci les pieds montent également et l’appui se fait sur les orteils. Maintenir la posture durant 6 à 8 respirations. Gd Inspir et dans le Gd Expir, les bras reviennent le long du corps tandis que le dos se dépose sur le sol vertèbre après vertèbre et les fessiers se posent au sol. Bien appuyer les pieds et les mains sur le sol pour se relier à l’énergie de la terre. Relâcher en savasana.

À la fin, relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation.

Concentration : sur le dos et l’étirement.

Effets : Décomprime les disques intervertébraux de la zone lombaire ; assouplit les muscles du dos et tonifie la zone lombaire.  Draine les muscles de l’avant du corps, stimule les jambes fatiguées, l’abdomen, les psoas (ces derniers se chargent de toxines émotionnelles et sont rarement étirés). Stimule les organes abdominaux, la thyroïde, les poumons. Effet dynamisant. Développe la confiance en soi, la volonté et la stabilité mentale. Réduit l’anxiété. Régularise les périodes menstruelles et les symptômes de ménopause. Agit profondément sur le 2e chakra pour libérer les densités liées aux traumas ; stimule toutes les glandes endocrines et de ce fait tous les chakras. Expansion de l’avant du corps : le ventre s’offre au ciel, ce qui permet de s’abandonner en confiance à la vie. Ouvre la poitrine et stimule Anahata chakra. V – – ; P – ou + (pratiquer en douceur) ; K – –

Contre-indications : Les enfants de moins de 12 ans ne devraient pas pratiquer cette posture, car la thyroïde serait stimulée trop tôt. Ne pas pratiquer en cas de dérèglement thyroïdien.

Le poids du corps ne doit pas reposer sur la nuque, mais bien sur la ceinture scapulaire (épaules). La tête doit pouvoir tourner librement de gauche à droite.

Ujjayi Pranayama – le souffle victorieux

S’asseoir dans une posture confortable – Padmasana (lotus) ou jambes croisées, sur un coussin ou sur une chaise pieds bien à plat. Vérifier que la posture est correcte – Dos droit, tête droite, épaules relâchées. Se concentrer sur la respiration qui est normale. Prendre conscience de l’air qui rentre dans les poumons et l’air qui en sort. Gd expir pour bien vider les poumons et Gd inspir en laissant l’air frotter contre la glotte (sans forcer) – Le bruit est doux et continu et on peut ressentir les vibrations dans la gorge. Continuer ainsi que 10 respirations. Effets : Nettoie et humidifie l’air qui rentre dans les poumons – Nettoie les poumons par une légère vibration des bronches – Permet une respiration plus profonde et augmente la capacité respiratoire. Excellent contre la nervosité – Favorise les échanges gazeux pour une meilleure oxygénation du corps. Anti-stress – Oxygénation du corps – Libération des tensions émotionnelles.

Ménopause – Vata

La ménopause, les menstruations et tout autre dérèglement hormonal peuvent rendre irascible, de mauvaise humeur, et donner des sensations d’irritation. Quand il est difficile de gérer ses émotions, il est important de pratiquer régulièrement le yoga et de s’aider avec les plantes. Le dérèglement principal vient souvent de l’énergie du foie et de la vésicule biliaire.:

Plantes amies : Mélisse ( apaise et calme les ballonnements, pissenlit (donne un coup de fouet au foie pour gérer les oestrogènes et la progestérone, diminue ainsi l’irritabilité, favorise le transit), Achillée ( équilibre le cycle hormonal, diminue les maux de tête, diminue aussi les crampes et les saignements trop abondants, ne pas utiliser pendant la grossesse), Reishi (champignon qui pousse sur l’écorce des arbres : Ganoderma Lucidum – adaptogène, tonique immunitaire, tue les virus et bactéries, fluidifie le sang, régularise la glycémie, calme le système nerveux agité, apporte la clarté mentale et recentre. En quantité, il est euphorisant ; femme enceinte ne pas consommer sans l’avis d’un thérapeute), Gattilier (agit sur l’hypophyse, calme le syndrome prémenstruel, à prendre tout au long du cycle et s’arrêter 5 jours pendant les règles/ sur 2 à 3 mois pour des effets réellement positifs. Ne pas administrer à des femmes enceintes et aux jeunes femmes de moins de 18 ans (début des règles). Angélique ( Plante de la femme : Prépare le corps aux menstruations, aide en cas de rétention d’eau, évite les ballonnements prémenstruels, ramène le sang et la chaleur dans l’utérus pour favoriser l’écoulement, donne du tonus en cas de fatigue, régularise le cycle, contient beaucoup de fer, ne pas utiliser pendant la grossesse), Framboisier (convient à toutes les phases du cycle et à toutes les femmes: nourrissante, tonifiante, à utiliser au moins une semaine avant les lunes pour éviter les crampes menstruelles.

Nettoyage du foie : Prendre 5 jours pour un nettoyage complet. La semaine précédente, manger sainement sans alcool, ni viande. Puis 2 jours de carottes cuites, 2 jours de pommes cuites et 1 journée de tisane uniquement. Le soir du 5e jour, manger des carottes cuites.

Tisanes : pissenlit (racines) / Framboisier/camomille. Soutenir avec le Triphala pour bien évacuer les toxines.

Les postures recommandées en plus de celles qui précèdent et de celles qui suivent : Prasarita Padottanasana –  Paschimottanasana –  Janusirasana Matsyasana (thyroïde) – Pédalage sur le dos (pour la peau et les cheveux) –  Pawanmuktasana (stimule les ovaires/troubles du sommeil) –  Prithivi (troubles du sommeil).

Bouffées de chaleur : manger sainement, pas d’alcool, sucre limité, éviter les épices, Ida pranayama, relaxation, stimulation ovarienne par les exercices et les massages. Respiration complète, Ujjayi et Nadi Sodhana

Maha Mudra (Le Grand Geste)

A – S’asseoir sur le talon gauche, plier la jambe droite et la presser-la avec vos mains contre la partie droite du ventre Maintenir la colonne vertébrale dans l’alignement ; presser le menton contre la poitrine (jalandhara). En cas de dérèglement thyroïdien, il est conseillé de laisser un espace entre le menton et la poitrine en gardant la tête droite. Inspir et expir profond deux fois, puis inspir léger, retenir la respiration et tendre la jambe droite vers l’avant. Saisir le gros orteil droit avec les deux index. Toucher le genou droit avec le front, les coudes reposent sur le sol. Rester dans cette posture en retenant la respiration entre cinq et dix temps. Se redresser, ramener la jambe droite contre le ventre et exercer une forte pression sur le côté droit de du ventre durant l’expir.

B – Répéter cet enchaînement de l’autre côté

C – S’asseoir sur le sol, les deux jambes pliées – Les presser fermement avec les 2 mains contre le ventre. Exercer une pression sur la partie médiane du ventre. Presser le menton contre la poitrine (en cas de dérèglement thyroïdien, laisser un espace entre le menton et la poitrine) et maintenez votre colonne vertébrale droite). Inspir et expir profond : deux fois. Prendre ensuite une petite inspiration en tendant les deux jambes vers l’avant, et saisir le gros orteil droit avec l’index droit et le gros orteil gauche avec l’index gauche. Toucher les deux genoux avec le front, les coudes reposent sur le sol. Rester dans cette position en retenant la respiration entre cinq et dix temps. Ramener ensuite les deux jambes contre le ventre, exercer une forte pression sur la partie médiane du votre ventre pendant l’expir. Ceci correspond à une ronde. Effectuer trois rondes, puis détendre en savasana. Il est important de commencer ce bandha mudra par une pression sur le côté droit du ventre, dans la mesure où le mouvement péristaltique intestinal se fait de droite à gauche, et que sinon, les déchets de l’intestin se trouveraient repoussés vers l’arrière.

Durant la bascule, il est possible de tenir avec mula bandha et jalandhara – on peut aussi basculer poumons vides et prendre les trois bandhas

 Effets : Il est le seul bandha mudra profitable à la fois pour les parties intérieures et extérieures du corps, et particulier pour le système endocrinien : il provoque une sécrétion hormonale exacte de l’hypophyse, de la thyroïde, des parathyroïdes, du thymus, des capsules surrénales, du pancréas, des ovaires et des testicules. L’exercice régulier de maha mudra permet également de maintenir en bonne santé les amygdales, le foie, l’estomac, la rate et l’utérus, dans la mesure où ce bandha mudra produit une bonne irrigation sanguine de ces organes. Les affections de la thyroïde et des parathyroïdes peuvent être guéries. Il guérit également les affections des yeux et de la gencive. Libère le système ORL et favorise des échanges gazeux au niveau des poumons. Nourrit le système nerveux et favorise la circulation sanguine. Assouplit la colonne vertébrale ainsi que les articulations des hanches et des genoux. Aide en cas de diabète et de tout autre déséquilibre du système digestif. Il provoque un mouvement péristaltique intestinal bénéfique et prévient la constipation. Prévient les hémorroïdes. Il est excellent contre les descentes d’organes et évite les problèmes de prostate. Par ailleurs, Maha Mudra donne l’éclat du corps. Accroit les facultés mentales grâce à la stimulation de la circulation sanguine dans le cerveau. Aide la kundalini Shakti à s’éveiller.

 Concentration : Lors de la pratique de tous les mudras, l’on se concentre normalement sur ajna chakra, à moins que ne soit indiqué autre chose.

« Maha Mudra purifie le réseau de tous les nādis, équilibre le côté solaire (pingala) et le côté lunaire (Ida), (Yoga Chudamani Upanishad) ». « Maha Mudrā détruit la mort et supprime de nombreuses souffrances… » (Hatha Yoga Pradipika chapitre 3 versets 14) ». Maha Mudrā se pratique tous les jours, pendant 2 à 3 mois pour bénéficier de ses nombreux bienfaits. Dans un premier temps, les énergies d’Ida, de Pingal et de Susumna se rééquilibrent, ainsi que celles d’Agni (le feu) pour une harmonisation complète, plus de stabilité & d’équilibre intérieur. Permet de réduire le conflit entre le souffle inspiré et le souffle expiré, entre les énergies d’apana – énergies de la base, de la terre, animales – et les énergies de prana – énergies du cœur, énergies psychologiques, intuitives et spirituelles – souvent en conflit. Apana tire toutes les énergies vers l’extérieur, vers le sol, vers la terre. Prana tire toutes les énergies vers le haut, vers le ciel, vers la pensée, vers la conscience. Maha Mudra, les réunit dans le ventre pour permettre l’alchimie de la transformation.

 Indications : Ne pas trop appuyer sur le ventre pendant les règles ; idem pour les femmes enceintes et ne plus pratiquer après le quatrième mois de grossesse, reprendre la pratique deux mois après l’accouchement. Pas pour les enfants en dessous de 12 ans.

Yoga Bandha Mudra

S’asseoir en siddhāsana ou padmasana ou de manière à être confortable. Placer les mains dans le dos en anjali mudra (Namaste) ou la main gauche qui entoure la main droite en jnana mudra (pouce et index l’un contre l’autre, les trois autres doigts sont joints) : Gd expir, basculer le torse vers l’avant jusqu’à ce que le front touche le sol. Kumbhaka aussi longtemps que cela reste confortable et dans le Gd Inspir, se redresser. Effectuer 7 rondes et relâcher en savasana. On peut aussi le réaliser avec la respiration inverse.

 Concentration : se concentrer sur le point situé entre les sourcils à la base du nez (ajna chakra).

 Effets : Permet de garder une colonne souple et de stimuler l’énergie de la colonne vertébrale. Permet de prendre conscience intrinsèquement de l’unité entre le corps, l’esprit et l’âme. Stimulation de l’hypophyse. Stabilité physique et mentale. Unit le corps et le Prana (énergie cosmique). Union des énergies de la Terre et de l’Univers à travers tous les Nadis (méridiens énergétiques). Apaise le mental. En outre, ce mudrā ouvre le sușumnā nādī (le canal central de la colonne vertébrale) pour permettre la montée de la kuņdalinī śakti.

Yoga signifie « unité ». La pratique de ce mudrā permet de prendre conscience de l’unité entre le corps, l’esprit et l’âme ; c’est pourquoi on l’appelle yogamudrā.

Sarvangasana

 Allongé sur le dos, placer les genoux sur le ventre, monter en chandelle dans l’EXPIR et soutenir le dos avec les bras – Les jambes n’ont pas besoin d’être parfaitement droites. Bien contracter les fessiers pour maintenir la posture – ne pas creuser la nuque et placer le menton contre le sternum – Tenir la posture environ 3 minutes sans douleur – À la fin, relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation. Concentration : sur le cou et la gorge – La posture nécessite obligatoirement une contre-posture vers l’avant. Essayer de maintenir la posture sans bouger et de temps en temps, bouger un peu les orteils. Et la garder pendant trois minutes et augmentez la durée selon vos possibilités.

Puis roulez doucement vers l’avant, menton contre le sternum, vertèbre après vertèbre, pour vous relever. S’installer en savasana pour savourer les sensations.

Concentration : au niveau de la tête, du visage et de la gorge puis sur le cœur, les bronches et les poumons.

Effets : De nombreux avantages : C’est un des plus grands cadeaux des anciens sages. Permet d’harmoniser tout le système endocrinien (stimulation de l’hypophyse et de l’épiphyse) et pacifie le mental (action sur tout le système nerveux central) – Redonne de l’énergie et de la force – Évite tous les problèmes d’inflammations des amygdales – Facilite l’expulsion des sécrétions bronchiques (excellent contre l’asthme) – Soulage les maux de gorge – Prévient tous les problèmes de rhumes – Repose le cœur  – Facilite la circulation sanguine dans tout le corps – Facilite le retour veineux et de la lymphe dans les jambes  et lutte donc contre les varices et les hémorroïdes – Stimulation du système digestif et soulage les problèmes de constipation – Évite les descentes d’organes et soulage les règles douloureuses – Excellent pour les reins et les surrénales –  Soulage certains maux de tête– Stimule la thyroïde (conseillé pour l’hypothyroïdie) – Posture efficace pour perdre du poids  – Apaise le mental, un effet très positif sur les personnes colériques ou irritable – Soulage l’hypertension (attention quand même en cas d’hypertension trop importante), l’insomnie, la dépression nerveuse – En convalescence, c’est une posture qui permet de retrouver rapidement des forces. Oxygénation du cerveau : facilite l’épanouissement des facultés mentales et la mémoire. Bienfaits énergétiques puissants, notamment par le fait de la modification de la circulation du Prana dans le corps – Les pieds reçoivent l’énergie qui émane du ciel et la tête, celle de la terre. V— ; P – ; K —

À noter : Ramener les coudes le plus possible contre le corps pour éviter le poids sur la nuque. Bien rentrer le menton contre le sternum. Détendre les pieds pour favoriser le retour veineux. Éviter les tensions dans la tête. « Sarvanga » signifie « Tout le corps » et comme cette posture est bénéfique pour tout le corps, elle s’appelle « Sarvangasana ».

Après sarvangasana, il est conseillé de pratiquer une posture comme matsyasana (le poisson), Ustrasana (le chameau), bhujangasana (le cobra) qui permettent de presser les parathyroïdes et « d’ouvrir » la thyroïde et une qui sont également des contre-postures pour le dos. Pour les personnes souffrant d’hypertension, pratiquer Halasana avant Sarvangasana évitera la sensation de pression dans la tête.

Contre-indications : les enfants en dessous de 12 ans ne doivent pas maintenir la posture pour éviter une croissance trop rapide de l’hypophyse, la thyroïde et les parathyroïdes (maturation sexuelle trop précoce et retardement du développement mental). Éviter également en cas, d’hyperthyroïdie et de maladies aiguës des yeux. Les personnes souffrant de problèmes cardiaques doivent également être vigilantes. En cas d’hyperthyroïdie il est avant tout nécessaire de pratiquer Uddiyana bandha et sirsasana pour normaliser les fonctions de la thyroïde avant de pratiquer sarvangasana.

Méditation Shambhavi – Mudra de Shiva

S’asseoir en Padmasana (assis jambes croisées ou en lotus ou demi lotus) ou sur un tabouret. Dos droit. Épaules relâchées. Tête droite, la main droite dans le creux des jambes et l’autre main par-dessus, les 2 pouces l’un contre l’autre pour les femmes (Bhairavi Mudra) et inversement pour les hommes (Bhairava Mudra). Légère contraction de la zone périnée/anus et langue roulée contre le palais mou. Se concentrer sur le point entre les 2 yeux « Ajna Chakra » (Shambhavi mudra). Et visualisez ce point durant toute la méditation.

Les Mudras (gestes du corps ou encore « sceaux » ou encore restreint ou met fin aux douleurs) sont conçues pour canaliser ou sceller l’énergie, par là même, l’esprit (citta).

Dans le cas de la Shambhavi Mudra, la canalisation de l’énergie s’effectue par le regard. La Shambhavi Mudra stimule directement Ajna Chakra et permet la résorption du prana et de ce fait entraîne la résorption du citta (conscience ou esprit).

Comment effectuer Shambhavi Mudra ?  Le regard est dirigé sur Ajna chakra (le point entre les deux yeux, à la base du nez, à hauteur des sourcils), mais les paupières restent légèrement entrouvertes. Le regard est fixe. Les paupières légèrement haussées.

En sanskrit, Shambu est l’un des nombreux noms de Shiva. Il signifie « demeure de joie ».  Shambhavi est un des noms de Durga, la « compagne » de Shiva. En effet, le mythe raconte que l’épouse de Shiva, Sati, après s’être immolée dans le feu sacrificiel, renaît sous la forme de Parvati, fille de l’Himalaya. Comme elle veut reconquérir Shiva, elle pratique de nombreuses ascèses et notamment cette méditation.

Shambhavi Mudra est généralement utilisée pour les méditations, mais les sages du kriya yoga l’utilisent aussi dans les exercices de bandha mudras.

Dans le texte du Hatha Yoga Pradipika : « Dans cette attitude, la cible (peut-être l’une des formes de Shiva ou encore Brahman) qui est à l’intérieur va absorber la conscience et le soi individuel devient la conscience cosmique. »

Pourquoi les effets de cette mudra sont-ils si puissants et immédiats ? Cet effort continu des yeux sur le plan physique dirige le regard vers l’intérieur de la tête et induit une grande concentration psychique.la force qui s’en dégage est hors de la pensée. Le regard se croise entre les sourcils et dans la tête, l’œil droit dirigé vers le cerveau gauche et l’œil gauche dirigé vers le cerveau droit. Ce croisement est le même que celui qui s’opère au niveau de l’influx nerveux. Cette action persistante et simultanée sur les deux hémisphères semble harmoniser les deux hémisphères, sur un plan plus subtil que le plan mental.

La Hatha Yoga Pradipika explique cet état : « Avec une concentration parfaite, les pupilles fixées sur la lumière en haussant un peu les sourcils, comme on l’a décrit précédemment (shambhavi), le mental est lié et instantanément naît unmani. » IV.39.[1] La lumière est le point qui apparaît intérieurement, lorsque l’on se concentre sur Ajna Chakra.
«Unmani», en sanskrit, c’est l’état de « non-mental» ou l’état au-delà du mental. C’est l’état de concentration dans lequel le mental se dissout dans la concentration.

En conclusion, on peut dire que la Shambhavi Mudra est une aide puissante pour la pratique yogique. Elle lui confère une dimension remarquable d’intériorité.

Massage des pieds :  Avant d’aller au lit, massez vos pieds pendant quelques minutes avec de l’huile de sésame, du ghee fondu ou de l’huile d’olive. Si vous êtes du type pitta, prenez plutôt de l’huile de noix de coco qui est refroidissante. Essuyez avec un linge frais. Cela aura un effet calmant sur le centre du sommeil du cerveau. Ou bien, massez-vous avec de l’huile de jojoba ou d’amande douce agrémentée de quelques gouttes d’huile essentielle de lavande : prenez une très petite quantité d’huile dans votre paume de main, et massez-vous des genoux jusqu’aux orteils, et des coudes jusqu’au bout des doigts, de haut en bas.

  KALESWARA MUDRA Le maître du Temps : 

Ce mudra calme le flot et le tourbillon des pensées et des émotions. Dans un état de calme, il est plus facile de s’observer et de trouver des solutions dans des situations difficiles. Kaleswara Mudra améliore l’estime de soi et aide à se débarrasser de vieilles habitudes et même de dépendances.  On peut affirmer en pratiquant cette mudra : « Je prends plaisir à exister ».

Triphala : Favorise la digestion, calme les douleurs du ventre et favorise le transit. Le Triphala a un effet laxatif, mais ne crée pas de dépendance pas plus qu’il ne perturbe la flore intestinale.

Le Triphala régénère le colon et régule la digestion.

Le Triphala aide à normaliser le métabolisme général et contribue à éliminer les toxines.

Source de vitamine C naturelle, c’est également un excellent antioxydant avec des effets toniques.

Il rééduque le colon en nettoyant ses parois, de ce fait celles-ci assimilent mieux les nutriments et vitamines contenus dans les aliments.

Son action bénéfique contribue à la perte de poids grâce à une meilleure élimination des toxines et une reprise de l’énergie.

La présence d’antioxydants dans la composition du Triphala permet de renforcer les défenses immunitaires de l’organisme,mais également de prévenir le vieillissement et les maladies.

Ceci se remarque notamment dans l’amélioration du tonus et de la couleur de la peau.

Le Triphala ne provoque pas d’accoutumance, il peut être utilisé très régulièrement sans aucun danger.

Le Triphala, utilisé à raison de 4 à 8 gélules le soir selon l’état de constipation purifie et désintoxique l’intestin en douceur et sans l’agresser, l’utilisation de deux gélules à chaque repas midi et soir est régénérant reconstituant et tonifiant.

Shatavari : Le shatavari à la ménopause : Permet d’éliminer les bouffées de chaleur, les palpitations, les insomnies, la prise de poids. Effets rajeunissants

 

Pour écrire cet article, je remercie mes sources : « L’Ayurveda pour les Femmes » de Vaidya Atreya Smith ; « Yoga Joyau de la Femme » de  Gita S. Iyengar ; « Sagesse et Pouvoirs du cycle féminin » de Marie Pénélope Pérès & Sarah Maria LeBlanc ; « La Divinités des Plantes »  du Dr David Frawley & Dr Vasant Lad ainsi que mon Modèle : Emmanuelle Moulin Professeur de Hatha-Yoga Ayurvédique à Plouhinec et Audierne (https://www.plouhinec.bzh/loisirs/sport-loisirs/associations-sportives-loisirs)

Féminité & Yoga

2 réflexions sur “ Féminité & Yoga ”

Lynda B.

Très bon article, j’adore.
J’ai une question, j’ai 60 ans et je fais du yoga régulierement. Ma pression est souvent basse et j’ai la thyroidite d’Hashimoto. Hier, j’ai fait du yoga Kundalini avec beaucoùp de Kapalabhati, 30 mts, et après je me sentais faible et cette nuit mon coeur tremblait, ce main je me sens un peu faible. Qu’en pensez-vous?

    admin

    Bonjour Lynda,
    Effectivement la respiration de Kapalabhati doit être pratiquée dans une zone de confort et 30 mn, c’est bien trop. Il vaut mieux fractionner la pratique. Mais je recommanderais plutôt des pratiques de respiration douces comme Nadi Sodhana pour harmoniser le système endocrinien. La thyroïde régule des fonctions vitales comme le rythme cardiaque, la respiration… Il est important de vous faire traiter par votre homéopathe et médecin. Je pense que vous pourriez essayer la posture de la Sarvangasana (la chandelle) au début 3 respirations compètes et ensuite tenir jusqu’à 8 respirations complètes si vous sentez que cela reste agréable. Il faut toujours commencer avec modération et observer les conséquences. Il faut toujours après cette posture, effectuer un exercice comme Majrasana (le chat) pour détendre la colonne. Il y a aussi Matsysana (le poisson) qui est un excellent exercice pour la thyroïde. Toujours accompagnée d’une posture vers l’avant comme Paschimottanasana. Surtout : La respiration complète et tranquille ainsi que la méditation. N’oubliez pas que le yoga est une aide, mais ne remplace pas un traitement.
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.