Archives par étiquette : amour

Dynamique du Feu – Purification – Pacification

Dynamique du Feu/Purification/Pacification

Je vous propose un résumé d’un article très intéressant de David Frawley sur Agni (https://vedanet.com/…/06/13/agni-and-the-fire-of-self-inqu…/)

La recherche du Soi (Atma-Vichara), enseigné  par le sage Bhagavan Ramana Maharshi est considéré comme étant le chemin le plus direct à la Réalisation du Soi (l’objectif du Yoga). Cependant cette recherche du Soi peut s’avérer assez difficile, même après plusieurs années de pratique. Elle requiert une grande puissance de concentration ainsi que d’un très fort désir de libération. On peut dire que la recherche du Soi demande une certaine flamme. Cela demande que nous devenions cette flamme et que notre manière de vivre lui soit dédiée. Sans ce feu intérieur, la réalisation du Soi pourrait nous échapper quoi que  nous puissions tenter. Cependant, il est important de comprendre que la Recherche du Soi est pas seulement une pratique de l’esprit, mais surtout un mouvement énergétique de conscience qui s’élève comme un grand feu.

 La Recherche du Soi Universel

Aujourd’hui, il est très facile de confondre la recherche du Soi avec une recherche introspective, une exploration intérieure temporelle de l’ego avec ses peurs et ses désirs. Et de confondre la compréhension de nos propres traumas pour trouver un état de paix, de clarté et de joie avec la vraie réalisation du Soi. Toutefois, selon le Vedanta, le Vrai Soi que nous recherchons à réaliser n’est pas un soi réduit à l’humain, mais un soi présent dans tous les êtres vivants, et dans l’univers entier. Ce soi, témoin de tous les temps et de tous les espaces qui transcende notre psychologie. Le vrai Soi ressemble plus aux grands éléments de la nature comme le feu, le vent ou le soleil qu’à nos pensées ou émotions personnelles.  Cette recherche transcendantale du Soi est bien différente d’une étude psychologique même si cette dernière participe dans un stade préliminaire à cette recherche. Il arrive que notre approche se réduise également à des concepts philosophiques comme s’il était possible d’appréhender les phénomènes cosmiques avec un esprit rationnel. Ces deux manières d’aborder la question ne prennent pas en considération le fait que le Soi a le pouvoir de consumer l’esprit et qu’il ne peut être approché ni avec un esprit logique, ni dans la dialectique.

Pour questionner profondément ce que nous sommes réellement, il est important de créer une friction au cœur du mental qui va naturellement provoquer le feu intérieur. La question de « qui suis-je ? » est finalement l’embrasement ultime de l’esprit, qui va attiser la flamme intérieure qui consume toutes les autres questions ou doutes, comme un feu qui se répand sur de l’herbe sèche. Ce qui va nous entraîner au coeur du feu dans le cœur de l’esprit, pour se révéler une lumière indestructible dans le OM (le son originel). Le Soi universel de pure lumière réside profondément en nous  et est le but de notre recherche.

La Recherche du Soi comme un Yajna ou Sacrifice par le Feu

Le Soi dans les textes des Vedas et des Upanishads est souvent symbolisé par le Feu (Agni). Le « Rig Veda » commence par la célébration d’Agni, qui la déité de la célébration. Mais qui est cet Agni et quelle est la nature de cette célébration ?

Il existe de nombreuses formes d’Agni dans la philosophie védique. Agni extérieurement est considéré comme le feu ou la lumière et intérieurement comme la vie. Du point de vue védique, Agni possède trois formes cosmiques (adhidaivic)  comme le feu, l’éclair et le soleil qui sont les forces dominantes des trois mondes : la terre, l’atmosphère et le ciel. Ce sont les trois lumières de la nature et les trois manifestations de Paratman, le Soi suprême, la lumière de tous les mondes.

De plus, Agni possède trois formes intérieures (adhyatmic)  que sont la parole (vak), le prana et l’intelligence (Buddhi), qui sont les forces dominantes des trois aspects du corps, de la vie et de l’esprit. Ce sont les trois lumières de notre nature intérieure et les trois manifestations de notre âme ou Jivatman, la conscience ou lumière intérieure.

Ces trois formes intérieures d’Agni créent les trois chemins principaux de la pratique du Yoga. La parole d’Agni est le Mantra Yoga ou la répétition de sons sacrés comme le « OM » ou Gayatri mantra. La pratique des mantras créée un feu intérieur qui participe à la purification du subconscient et rend l’esprit réceptif à la méditation. La forme d’Agni dans le prana est la base de la pratique du Prana Yoga qui va défaire les nœuds (granthis) du cœur. La forme d’Agi dans l’intelligence s’exprime par le yoga de la méditation ou Dyana Yoga. Cette intelligence du feu va favoriser notre esprit de discernement et nous permettre de distinguer la vérité de l’imposture, la réalité de la non-réalité, du Soi et du non-soi. Ces trois formes d’Agni et leurs expressions yogiques nous mènent à Jivatman, le Soi individuel et nous aident à comprendre que son origine réside dans Paramatman ou le Soi Supreme.

Il existe de nombreux yajnas védiques ou pratiques de célébration par le feu, à la fois extérieures et intérieures. Les Yajnas extérieurs sont souvent réalisés sous forme d’offrande (Bois, ghee, lait ou riz) dans un feu sacré. Les Yajnas intérieurs consistent en des offrandes de la parole (mantra), respiration (prana) et intelligence (méditation) à nos feux intérieurs. Les pratiques védiques du yoga dans le mantra, le pranayama et la méditation sont les trois principaux yajnas intérieurs. Le yoga lui-même est une célébration intérieure dans toutes ses formes. Le quatrième chapitre de la Bhagavad Gita explique ces différentes célébrations intérieures qui reflètent les différentes pratiques du yoga incluant le pranayama (prana yajna), pratyahara (Indriya-yajna), dharana (Mano-yajna) et dhyana (Buddhi-yajna). Chacune d’elle étant liée à une certaine forme ou aspect d’Agni.

La célébration la plus élevée est Atma-yajna dans laquelle nous offrons notre ego au Soi. C’est également la forme la plus élevée de méditation ou de célébration de Buddhi, étant donné que l’ego est à la base de l’esprit. Pour cette célébration, Agni devient Atman ou le vrai Soi dans le cœur. La recherche du Soi est peut-être la forme ultime d’Atma-yajna ou la célébration du Soi, dans laquelle l’ego va se consumer directement. Il est également appelé sacrifice de la connaissance (Jnana-yajna) qui s’opère dans la puissance du feu de la connaissance du soi (Jananagni).

Ainsi que la Gita l’explique : Le sacrifice de la connaissance (Jnana-yajna) est de loin préférable à toutes les autres célébrations. Toutes les actions sont contenues dans la connaissance. Tout comme le feu enflamme le bois sec et le transforme en cendres, le feu de la connaissance transforme tous les karmas en cendres. Bhagavad Gita IV. 33, 37

Brahman est le processus de l’offrande. Brahman est la substance offerte. Brahman est celui qui fait l’offrande et celui qui place l’offrande dans le feu de Brahman. Brahman est seulement atteint dans l’action d’absorption de Brahman. Gita IV.24.

Si nous considérons la recherche du Soi du point de vue  du sacrifice du Soi ou Atma-yajna, nous obtenons une nouvelle perspective qui va permettre d’approfondir notre pratique au-delà des complications qu’entraîne notre mental.

La flamme dans le cœur

Non seulement les Vedas assimile le Soi avec le Feu, mais ils l’assimilent également avec le coeur., qui est l’assise du Soi. Le Soi disent les textes existent comme une flamme de la taille d’un puce dans le cœur. Cette petite flamme dans le cœur est la personne réelle, la puissance et la présence qui permet au cœur et à l’esprit de fonctionner. Elle est comme la veilleuse d’une cuisinière qui allume tous les brûleurs. La lumière du Soi allume tous les feux du corps, du prana, des sens et de l’esprit. Même le feu digestif ne peut fonctionner que grâce à son support.

Cette flamme du Soi nous soutient dans tous les états de notre existence : l’éveil, le rêve et le sommeil profond et dans le processus entier de la naissance et de la mort. Même le prana et les forces de vie ne sont rien d’autre que sa manifestation. Cette flamme quitte le corps lors de la mort et transporte les samskaras (les tendances résiduelles subconscientes) qui vont nous propulser vers une autre naissance. Ce n’est que lorsque le Soi est totalement réalisé et a complètement fusionné avec le feu intérieur que l’on peut échapper à ce processus.

Le Soi dans le cœur est clairement expliqué dans le Narayana Sukta :

 « Au centre du cœur se trouve un grand feu (Mahan Agni) qui contient toutes les lumières et voientde tous les côtés. C’est le premier mangeur et la demeure de toute nourriture, le voyant impérissable. Il apporte la chaleur au corps entier, des pieds à la tête.

David Frawley

Dynamique du Feu – Purification – Pacification

 

Cultiver l’énergie positive

«  Cultiver l’énergie positive » 

Nous désirons tous être heureux et avoir un esprit positif. Pourtant, nous continuons à souffrir et faire souffrir autour de nous. Heureusement, il existe des disciplines très efficaces comme le yoga qui permettent de transcender cette souffrance. Le texte référence du yoga s’appelle « Yoga-sutras de Patanjali ». Sous forme d’aphorismes, il donne des indications très claires sur les capacités dont nous disposons pour dépasser notre condition de victime. 

Les Yoga Sutras de PATANJALI

Bhagavad-Gita

 Les Yoga-sutras de Patanjali constituent les règles de base du yoga. Patanjali serait pour les Indiens l’avatar d’Ananta, le serpent (l’éternité). En Inde, le serpent représente la sagesse. Par sa capacité à muer, il est le symbole de la renaissance initiatique.Selon Patanjali, le yoga est un système scientifique qui à travers la discipline et l’auto-analyse permet à l’homme de se réaliser complètement. 

 Les Yoga Sutras de PATANJALI

Les YOGA SUTRAS de PATANJALI sont dégagés de toute appartenance à une croyance particulière, et constituent un texte UNIVERSEL et INTEMPOREL qui répond à la demande d’une véritable connaissance de soi (ou spiritualité).

« Ne croyez pas sur la foi les traditions, bien qu’elles soient en honneur depuis de nombreuses générations et en beaucoup d’endroits ; ne croyez pas une chose parce que beaucoup en parlent ; ne croyez pas sur la foi les sages des temps passés ; ne croyez pas ce que vous vous êtes imaginé pensant qu’un Dieu vous l’a inspiré ; ne croyez rien sur la seule autorité de vos maîtres ou des prêtres, Après examen, croyez ce que vous-même aurez expérimenté et reconnu raisonnable, qui sera conforme à votre bien et à celui des autres ». Extrait du KAMALA SUTTA

Il existe six systèmes philosophiques en Inde qui proposent différents points de vue et tous ces systèmes cohabitent; la vérité étant trop vaste et trop complexe à appréhender dans sa totalité et sa globalité. C’est le même objet qui est décrit, mais avec un point de vue différent.

 La philosophie du yoga est liée à celle du Samkya (un système qui sépare le principe de Pakriti et de Purusha). Pakriti est la matière primordiale (le principe féminin) qui fécondée par Purusha devient la création. Purusha étant la conscience universelle, immobile et éternelle (spectateur impassible). Le travail spirituel consiste donc à délivrer l’esprit, le « Soi » immobile et de ne plus l’assimiler aux mouvements du psychisme. La Pakriti est structurée par 3 forces : sattva, rajas et tamas (tendance ascendante lumineuse, tendance au mouvement et la dernière tendance descendante et inerte). Ces trois forces se retrouvent aussi bien dans la nature que dans le psychisme humain.

ORIGINES DES CONNAISSANCES CONDENSÉES DANS LES YOGA-SUTRAS

VedaI – LES VEDAS – (Sources of the Patanjali Yoga-Sutras take place in the Veda)

 Les chercheurs spirituels des Védas transmettaient leurs connaissances à partir de symboles, de métaphores, le vocabulaire de l’époque (pas plus que celui d’aujourd’hui) ne disposant de vocables capables d’évoquer « l’Indicible »… C’est ainsi que dès le départ, se dégagent deux niveaux de compréhension que nous croiserons constamment

– 1er niveau de compréhension : celui de personnes aux facultés d’abstraction, qui peuvent percevoir et comprendre les symboles,  les métaphores, et  qui sont capables de s’en servir, de « les vivre » dans l’expérimentation personnelle.

– 2e niveau de compréhension : celui du plus grand nombre, ceux qui prennent « à la lettre » les discours, les images proposées, qui éprouvent le besoin de s’en remettre à des Dieux, des clergés, des hiérarchies pour être guidés, sauvés…

vedantaPuis vient le Vedânta : Mot composé de Veda et de anta : « fin ». 

Le Vedānta définit la nature de l’Existence et enseigne que le Soi  (atman) est de même nature que le Brahman, la Réalité ultime indifférenciée. La perception de cette réalité est obscurcie en l’homme par la fausse idée qu’il a de lui-même et du monde par l’intermédiaire de l’ego, l’empêchant de vivre la plénitude de l’unité. 

atmanLe premier des trois systèmes de pensée du Vedânta enseigne l’Unité de la Conscience-EnergieOu Advaïta : Littér. « non-dualisme » : état qui ne peut être attribué qu’à l’Absolu, à l’UN originel. Ce concept est assez difficile à concevoir en raison de l’ego qui a des difficultés à se soustraire à la dualité de la relation : « Cela » qui voit/Ce qui est vu. Cette philosophie également appelée Monisme : (gr. monos, seul), Philos. Système selon lequel le monde est constitué d’une seule substancedans laquelle la pensée et l’objet auquel elle s’applique ne font qu’un. Il existe une Unité à partir de trois grands plans de manifestation à travers l’être humain: 

1 – BRAHMAN : Réalité non dualiste (énergie immuable)

2 – ATMAN : Conscience absolue (étincelle de l’énergie immuable)

3 – JIVATMAN : conscience du moment, l’ego, le mental qui perçoit le monde d’une manière illusoire dans la dualité. 

(On constate avec intérêt que le concept de l’Absolu/Brahman devance les découvertes de la physique atomique. (D’après J.Duquette, les allégations de compatibilité avec l’Advaïta impliquent généralement deux principaux problèmes théoriques en physique quantique : (1)  le rôle de l’observateur dans la mesure : la place de la conscience (ou de l’esprit) serait fondamentale pour notre description de la réalité (2)   la totalité de la réalité physique, c’est à dire l’idée que l’univers est un tout indivisible ou tout est interconnecté.) http://indecise.hypotheses.org/149

brahman BRAHMAN… l’impensable vibration. Symboliquement, analogiquement on peut penser que le concept de Brahman et ses déclinaisons en Atman puis Jivatman correspondent à… L’explosion initiale – ou Big Bang. (Avant le Big Bang, il n’y avait aucune différence entre les forces fondamentales de l’univers – électromagnétisme, gravitation, interactions – elles ne formaient qu’une seule). Le Big Bang ne fut pas réellement une « explosion », mais un mouvement de propagation d’énergie un peu partout à la fois rejoignant l’idée d’Infini, d’Absolu se manifestant dans le flamboiement de la lumière du feu primordial, qui en se refroidissant crée les solides/terre, les gaz/l’air, les fluides/l’eau, éléments qui en s’organisant en une arborescence étincelante explose en étincelles/Atman, « noyaux » qui animent les formes multiples de la manifestation originelle.

Dans le fond des océans les premières bactéries évoluent en algues bleues, puis apparaissent les poissons, qui avec des pattes embryonnaires se hissent sur les berges où leurs descendants en se développant encore deviendront (si l’on s’attache à observer « la branche » qui plus tard nous verra apparaître tels que nous sommes…) des mammifères, qui commenceront à « penser » pour devenir ce bipède/Jivatman qui se demandant d’où il vient ? Où il va ? Et surtout « qui suis-je? »   

Tat Tvam asiÀ cette interrogation les Védas lui répondent: « Tat tvam asi » Tu es Cela ! cette Conscience/Énergie première ! À toi de la retrouver en toi et nulle part ailleurs !

De même que la physique moderne a découvert, au cours de ses recherches sur les composants de l’atome, que la matière était constituée de champs magnétiques chargés d’énergie et soumis à un changement perpétuel, de même les Sages (Rishi) de l’Advaïta enseignaient que la Réalité n’est rien d’autre que de l’énergie présente sous forme de conscience et que l’être humain perçoit cet univers grossier par l’intermédiaire du mental.

À quoi se réfèrent les YOGA-SUTRAS ?  To what refers Patanjali Yoga-Sutras ?

1 – à des états de conscience fonctionnant au-delà de l’intelligence ordinaire, à celle qui se manifeste lorsque le mental est stabilise. 

2 – à l’élimination des spéculations intellectuelles qui font obstacle à la réalisation spirituelle.

3 – à l’expérimentation personnelle, le seul moyen d’évolution préconisé.

Les YS enseignent l’unité intérieure, de la vie extérieure vers la vie intérieure, le passage naturel d’un plan de conscience à un autre, du plus dense au plus subtil, l’ensemble perçu comme un cheminement, un glissement continu jusqu’à la Libération ultime…

Patanjali expose en premier le contexte, le fonctionnement du mental et termine en indiquant une procédure en huit points permettant de se dégager de la souffrance.

atha yoga anusam1 – atha yoga anusasam – Maintenant voici les instructions du yoga – ou commence la voie du Yoga – Cela induit le fait que d’autres choses ont été expérimentées précédemment.

Pourquoi la voie du Yoga ? La souffrance et son origine l’ignorance 

La souffrance est inhérente à la condition humaine. La plupart d’entre nous veulent l’éviter à tout prix, mais on ne pas se dérober, on ne peut que la transcender. Ne pas reconnaître notre souffrance nous évite de penser à notre propre responsabilité dans le processus, et à ne pas remettre en question notre mode de vie, nos habitudes.

Alors on se détourne, on s’étourdit dans le travail, les « joies » familiales, les mondanités, une passion quelconque, politique, sportive… ou encore dans la dépression. L’être humain cherche généralement à tout prix à ne pas être seul avec soi-même, face à ses frustrations, ses rêves incertains, ses peurs et l’obligation de changer et de grandir ! D’ailleurs les psychotropes sont les symboles de ce déni.

Quand on soulève ne serait-ce que le pied d’une table, l’ensemble du plateau se soulève un peu! Quand on commence un travail sur soi-même, on cesse d’être une charge pour les autres. Mieux même, quand on est passé par ces désarrois, ces peines, il est possible de comprendre et d’aider ceux qui éprouvés se mettent en route à la recherche de réponses, aux fameuses questions : pourquoi moi ? Qu’ai-je fait pour « mériter » cela? Pourquoi tant de souffrance ? Apporter quelques réponses, un peu de lumière.

Dès que l’on s’attaque à la souffrance on rencontre immédiatement l’Ignorance la plus grande ennemie de l’espèce humaine, qu’il va falloir combattre.

Nous seuls pouvons modifier nos conditions de vie. « Notre destin » consiste à prendre conscience de nos manques, de nos failles afin de les combler, et non de nous dérober en restant englués dans une ignorance des mécanismes fondamentaux qui jamais ne s’avère être protectrice, car elle aggrave les situations « non traitées » qui toujours finissent « par produire leurs fruits nauséabonds » puisque nous les avons laissés pourrir

Il ne reste qu’à reconnaître, qu’à oser se dire, « je suis malheureux ! je suis malheureuse ! » Quelles sont mes véritables aspirations? Pourquoi ai-je mal ? Où ai-je mal ? Comment ai-je mal? D’où me vient cette souffrance ? Qu’ai-je fait ou négligé de faire pour me retrouver ainsi ? Et surtout reconnaître que ce n’est pas de la faute des autresCes «schémas» nous condamnent et nous entraînent à la« distanciation » de façon accélérée, pour pouvoir « tenir, coûte que coûte » parce qu’il y a la vie courante, le loyer, les échéances à payer…Loin de nos sensations, loin de nous-mêmes.

Il est possible de se débarrasser de nos crispations en recherchant :

1 – leur origine – 2 – leurs manifestations matérielles – 3 – le « désamorçage possible » – en mettant en œuvre les moyens susceptibles de les corriger, la fin des situations douloureuses sur le plan matériel concret s’organisera d’elle-même. Vous pourrez progressivement mettre de l’ordre dans le chaos sans trop souffrir, puis d’autres opportunités se présenteront presque « miraculeusement » qui viendront remplacer comme par hasard et plus «intelligemment » ce qui obscurcissait votre existence…

Aussi faut-il reconnaître, puis empoigner chaque douleur pour « l’exorciser » lui retirer son côté venimeux, dû à notre ignorance, afin d’y mettre fin ! C’est un travail quotidien auquel nous ne pouvons nous dérober, puisque de toute façon, nous devrons immanquablement nous confronter à cette souffrance.

—————————————————

 Yoga : «  Cultiver l’énergie positive » 

 savasana_yogafleurdelotus1 – Relaxation : Relaxation :  Relaxation guidée ici 

Effets : La relaxation permet de se reconnecter à soi-même, à ses sensations et à son corps. Elle permet de faire le plein d’énergie ainsi que de provoquer le lâcher-prise. Quand un récipient est plein, il ne peut se remplir. Si nous accumulons les tensions, il est impossible de garder l’énergie et de voir les choses sereinement.

 

 

yofafleurdelotus 2 – Respiration Complète S’asseoir en Padmasana ( jambes croisées ou en lotus ou demi-lotus). Dos droit. Épaules relâchées. Tête droite, main droite sur le ventre. Prendre conscience de sa respiration, l’air qui rentre dans les poumons et l’air qui sort. Prendre conscience de la température de l’air qui rentre et de l’air qui sort des poumons. Puis Gd Inspir (lent et doux et contrôlé), on remplit le ventre, la cage thoracique et le haut du thorax. Gd Expir, on vide le haut du thorax, la cage thoracique et le ventre qui se rentre, rentre et rentre. Recommencer ainsi le plus doucement et lentement possible pendant au moins 10 minutes. Jusqu’à 15 mn, dès que l’on se sent confortable avec cette respiration. Effets : permet la détente, le lâcher-prise. Oxygène parfaitement le corps. Calme le mental et amène la sérénité. Permet de prendre du recul.Cette respiration est la clé pour détendre complètement et pacifier le mental et le corps. 

Pour réduire l’anxiété et parvenir à la tranquillité, la respiration complète devrait être pratiqué tous les jours, au moins huit fois par jour pendant 3 à 5 minutes par séance. Cela devrait donner des résultats optimaux en une semaine.

majrasana33 – Majrasana 1ère phase : Se placer à quatre pattes – Mains vers l’extérieur – Tonique sur les bras et les épaules. Gd Inspir sans bouger – Gd Expir, lever la jambe droite le plus haut possible, jambe pliée. Se concentrer sur le rein droit – Rester 5 ou 6 respirations. Gd Expir reposer la jambe et faire de l’autre côté et se concentrer sur le rein gauche.2ème phase : Gd Inspir, faire dos rond, bien rentrer le menton contre le sternum. Dans la rétention rester concentré sur le dos et bien pousser sur les bras. Dans le Gd Inspir revenir sans camber, bien tonique sur les bras et les épaules. Effectuer 5 fois – la dernière fois, bien lâcher l’expir en remontant d’un seul coup. Concentration : sur le mouvement et l’étirement du dos. Effets : Majrasana permet de détasser les disques intervertébraux et de stimuler les plexus nerveux de la colonne. Permet de garder une colonne souple et saine. Évite les douleurs sciatiques et libère le coccyx et le sacrum. On a également un effet sur les fonctions digestives et respiratoires. Apporte une grande stabilité mentale. Stimule les reins. Permet également d’ouvrir la cage thoracique pour plus de détente, une plus grande capacité respiratoire et la stimulation d’Anahata Chakra (ouverture à soi-même et aux autres dans la justesse). Permet de voir la vie avec plus d’optimisme et de sérénité.

Gomukhasana 4 – Gomukhasana S’asseoir jambes tendues, bien placées sur les ischions. Plier la jambe droite pour la passer à gauche du genou gauche et replier la jambe droite de manière à ce que le talon touche la fesse droite. Placer les bras en croix. Gd Inspir, puis dans le Gd Expir, il faut placer le bras droit derrière la tête et le bras gauche dans le dos. Attraper les mains ou prendre une sangle ou une couverture pour joindre les mains s’il n’est pas possible de les attraper. Rester bien droit, bras droit, tête droite. Tenir de 6 à 8 respirations normales en restant concentré. Gd Inspir et dans le Gd Expir, relâcher. Exécuter de l’autre côté – si possible 3 x de chaque côté en alternance droite/gauche. Concentration : 1ère ronde : sur les épaules – 2e ronde:  sur le bas du ventre et 3e fois également sur le bas du ventre. Concentration : 1ère ronde : sur les épaules – 2e ronde:  sur le bas du ventre et 3e fois également sur le bas du ventre. Effets : Permet d’ouvrir toute la zone de la cage thoracique – Assouplit les hanches, les épaules et les bras – Stimulation d’Anahata chakra (chakra du cœur) – Développe la concentration – Prévient les rhumatismes et les douleurs sciatiques – Évite les troubles du sommeil – Contrôle les organes génitaux – Éloigne les mauvaises pensées et libère des cauchemars. Stimule Prana Vayu (Force fondamentale) : apporte l’énergie positive, la motivation et la vitalité. Apporte l’inspiration et relie à notre moi intérieur. Si Prana Vayu est déséquilibré, le mental est agité et de mauvaises habitudes s’installent.

 Ardha Salabhasana1_fleurdelotus Ardha Salabhasana2_fleurdelotus Purna Salabhasana_fleurdelotus Ardha et Purna Salabhasana (Posture de la sauterelle) Se coucher sur le ventre, menton au sol, jambes allongées et collées. Placer les poings dans le creux de l’aine. Commencer par prendre conscience de la respiration. Pratiquer 3 respirations profondes en se concentrant sur le ventre, au dernier expir, lever la jambe droite, sans basculer sur le côté gauche. Tenir 5 à 6 respirations normales. Gd Inspir et reposer sur le Gd Expir. Refaire avec la jambe gauche. Puis les 2 jambes. Concentration : sur les hanches et le dos.  Effets : Permet d’éliminer les douleurs au niveau du bassin et fortifie toute la région des reins et des lombaires. Évite les problèmes sciatiques et soulage les douleurs des règles par une détente du bas du ventre. Prévient la constipation (péristaltisme accru) et stimule les organes digestifs,  le plexus solaire et Manipura Chakra (cultive la joie et l’enthousiasme). Tonifie la partie pelvienne du parasympathique ( activité organique végétative). Permet de lutter contre l’apathie et la dépression. Facilite la mémoire et la concentration.Nettoyage des psoas. Tonification du plancher pelvien.

Le muscle iliopsoas : il correspond au méridien du rein dont une partie de la symbolique concerne les peurs et comprend avec un côté positif « Je m’abandonne positivement à l’exploration de la vie »  et un côté négatif « J’ai peur de la vie ». C’est un muscle qui garde les toxines et les émotions négatives. Les taoïstes l’appellent « muscle de l’âme », un muscle holistique et sensible, en permanence à l’écoute de tout ce que lui communique notre système nerveux central.

Salabhasana permet également de stimuler Apana Vayu qui gouverne les fonctions d’élimination, la circulation énergétique vers le bas et vers l’extérieur. Sur un plan plus subtil, Apana Vay élimine non seulement les déchets du corps, mais tout ce qui menace notre santé en général, et plus particulièrement ce qui menace notre santé psychique. Quand Apana Vayu est faible, la peur, les doutes et l’insécurité s’installent. Quand il est bien équilibré, il permet de cultiver les racines et d’avoir une vision positive de la vie. Purna Salabhasana – Fortifie les hanches et les reins – fortifie le bas du dos notamment les muscles para-vertébraux et évite les problèmes sciatiques – fortifie le système digestif – La source d’énergie de la posture se trouve dans Muladhara Chakra, le Chakra racine et stimule Manipura Chakra. Très équilibrante. Elle met en évidence l’énergie sattvique, une énergie sereine et pure. Elle réduit Rajas, la tendance à l’action et à l’agitation et diminue aussi Tamas, la tendance à l’inertie: la Sauterelle lutte contre la gravité et dissout Tamas. Salabhasana développe la concentration. La pratique de Salabhasana engendre une stimulation vibratoire qui développerait le champ magnétique.

Jalandhara6 –  Jalandhara bandha Mudra S’asseoir sur le sol, jambes croisées, en lotus ou demi-lotus. Tonique sur le bas du dos et le bas du ventre – Placer les mains sur les cuisses – Détendre les épaules –  Respiration normale  – Fermer les yeux. Expir pour vider les poumons, puis Gd Inspir, Rétention : se concentrer sur la zone  pubis – périnée – anus et contracter cette zone –  Gd Expir. Ne pas oublier que l’expir est plus long que l’inspir, il faut donc garder une rétention modérée. Effectuer 10 fois. La concentration se fait sur Ajna chakra – le point entre les 2 yeux à la base du nez. Faire 5 à 10 x et progressivement jusqu’à 20x. Effets : Agit directement sur le système endocrinien pour le stimuler et apporter une joie profonde et « sans raison », permet de garder la santé – Équilibre la thyroïde et les parathyroïdes – Lutte contre l’hypertension – Permet de ralentir le rythme cardiaque – Calme le mental – Utile en cas de maux de gorge ou extinction de la voix – Libère les blocages émotionnels – Diminue le stress, l’anxiété et la colère – Équilibre Vishuddhi chakra qui permet d’exprimer clairement et sans violence nos désirs profonds – Permet aussi la parole juste  Développe l’introspection propice à la méditation et à la focalisation du mental.Evite la constipation – Fortifie le plancher pelvien – Agit sur tous les chakras, mais principalement sur le chakra racine pour plus de stabilité. Permet de stimuler Muladhara Chakra pour un meilleur ancrage.

 Tadasana27 – Tadasana : Se placer debout les pieds écartés de la largeur du bassin – tonique sur le bas du ventre et le bas du dos – épaules relâchées – tête droite – les bras pendent le long du corps. Prendre conscience des pieds en contact avec le sol – Se placer parfaitement en équilibre au milieu, le poids également réparti sur les 2 pieds – il faut garder les genoux et le bassin souples – Fermer les yeux, puis visualiser des racines qui partent des pieds (qui les englobent) et qui descendent dans la terre. Ce sont de belles et grosses racines, comme celles d’un arbre. Elles sont très belles et certaines s’enfoncent très profondément dans la terre. Elles sont devant, derrière, sur les côtés et partent aussi de l’intérieur des pieds. Il faut laisser faire cet ancrage et sentir la stabilité qui en émane, à l’intérieur de soi et tout autour de soi. Gd Expir pour vider les poumons – Gd Inspir, monter sur la pointe des pieds. Gd Expir pour vider à nouveau les poumons et dans Gd Inspir suivant, monter les bras en étirant la colonne du bas jusqu’en haut comme un petit serpent – Placer les bras collés aux oreilles, les mains se regardent, doigts collés. Respiration normale. Garder l’attention au niveau des racines et des pieds, puis placer l’attention au niveau du ventre – Rester au moins ainsi pendant 6 à 8 respirations normales. Puis Gd Inspir en pleine conscience et dans le Gd Expir suivant, descendre les bras en ramenant l’énergie dans le ventre (comme un ballon jaune, chaud et doux). Effets : Renforce les chevilles, les genoux, les hanches, les épaules et le cou / Amène le corps dans un alignement postural approprié /Affermit les muscles des jambes et les abdominaux / Augmente la confiance en soi, la stabilité et l’enracinement / Développe la concentration, la coordination, l’équilibre et le maintien / Améliore la respiration et la circulation du sang et de la lymphe / Tonifie les reins et les surrénales. /Stimule la digestion et aide à soulager la constipation. / Donne de la stabilité et de l’endurance / Dynamise tout le corps. Stimulation de Muladhara Chakra.

  Ardha Candrasana1 (1)  Salutation au soleil 3 ArhaCandrasana1 Ardha candrasana28 – Ardha Candrasana (Posture de la demi-lune)  1ère fois Se placer debout, les jambes collées, le dos droit, les mains en Namasté. Gd Inspir, puis dans le Gd Expir, il faut basculer vers l’arrière en se grandissant. Garder la posture en respiration normale. Gd Inspir et dans Gd Ixpir, plier les genoux, basculer totalement vers l’avant en pliant légèrement les jambes, tendre les jambes et laisser pendre, la tête et les bras. Bien relâcher et imaginer que les tensions s’écoulent des mains et des pieds. Rester un petit moment. Pour revenir, Gd inspir,  plier les genoux, et remonter petit à petit en longeant les jambes avec les mains. 2ème fois Se placer debout, les jambes collées, le dos droit. Gd Inspir, on monte les bras en étirant le dos depuis le coccyx jusqu’en haut et dans le Gd Expir, il faut basculer sur le côté droit, la main droite longe la jambe droite et le bras gauche reste collé à l’oreille gauche. Rester un petit moment en regardant la main droite et en restant concentré sur le ventre côté droit et l’étirement côté gauche. Gd Inspir et remonter dans le Gd Expir. Relâcher et refaire de l’autre côté. Concentration : Étirement à droite : sur le ventre côté droit et l’étirement côté gauche. À faire 2 fois de chaque côté. Étirement à gauche : sur le ventre côté gauche et l’étirement côté droit .  Effets : Excellent étirement pour tout le corps – Permet de décongestionner les organes digestifs et le plexus solaire – Permet le lâcher-prise pour éviter le trac et l’appréhension – Action sur le pancréas – Travail des muscles intercostaux – Excellent pour les reins et les capsules surrénales (Gestion du stress) – Étirement et Gainage. Excellent pour le système digestif, les reins et les surrénales. Permet de décongestionner le foie et la vésicule biliaire. Action sur le pancréas et le gros intestin. Amélioration de la souplesse de la colonne pour une meilleure circulation énergétique

Vkrsasana1 Vkrsasana2 Vkrsasana5 Vkrsasana6 Vkrsasana2 Vkrsasana19 – Vrkrasana Se placer debout, jambes légèrement écartées de la largeur du bassin. Prendre appui sur la jambe gauche et placer le pied droit au niveau de la cheville, du genou, de la cuisse ou en demi-lotus. Placer les mains en Namasté. Gd Expir, puis Gd Inspir, monter les bras, placer les bras collés aux oreilles, les mains se regardent, les doigts sont joints. Respiration normale, bien étirer le dos. Gd Inspir, puis dans le Gd Expir, ouvrir le bras droit, le placer dans l’alignement de l’épaule, main vers le ciel. Gd Inspir puis dans le prochain Gd Expir, ouvrir l’autre bras, le placer dans l’alignement de l’épaule, main vers le ciel. Les deux bras sont ouverts et écartés. Gd Inspir, remonter les bras, au-dessus de la tête, et Gd Expir, les redescendre en Namasté.  Effets : Effacement des courbures vertébrales et étirement des disques intervertébraux – Faire disparaître certaines tensions dorsales – Stimule la digestion – Combat la fatigue – Étirement des épaules – Tonification de la zone du périnée avec la contraction – permet d’activer la circulation énergétique – Cette posture permet de fortifier le corps dans son ensemble et renforce la résistance. Elle permet d’équilibrer les énergies et renforce la concentration, la tolérance et la volonté. Stimulation d’Anahata Chrakra (chakra du cœur).

 —————————————————

Seconde Partie 

Yoga Citta Vrtti Nirodhah2 – yogas citta-vrtti nirodhah – Le yoga est la cessation de la fragmentation mentale. Seule l’expérience personnelle, résultante d’une pratique assidue et ininterrompue est préconisée, le reste ne présentant aucune importance, quand il ne constitue pas une entrave à l’évolution, au développement de l’être, à la Libération ultime… 

– Alors par l’anéantissement des fluctuations, l’être humain retrouve sa nature originelle, Atman. Sinon, il y a identification aux fluctuations du mental.

La pratique du « détachement »  supprime les fluctuations du mental, permettant ainsi l’accès à Atman, la Conscience pure

– La pratique assidue ayant pour objet le détachement, constitue l’effort nécessaire pour acquérir cet état. Atman (le Spectateur dans « Jivatman ») demeure non touché par la souffrance, les empreintes laissées par les actes passés. L’intériorisation à partir de la vibration OM

OM est la vibration qui représente Brahman. – Sa répétition (OM – AUM) induit son assimilation. À partir de cette pratique, la conscience se tourne vers l’intérieur et les obstacles disparaissent.

Les « obstacles » – leurs symptômes :

yogafleurdelotus_medecineayurvédiqueVyâdhi-styâna-samsaya-pramâdâlasyâvirati-bhrântidarsanâlab dhabhumikatvânavasthitatvâni chittaviksepâsteantarâyâh

– Vyâdhi : maladie, douleur, souci, – styâna : apathie, inertie, sans volonté, sans énergie – samsaya : doute, incertitudes – pramâda : procrastination, (tendance à tout remettre au lendemain, à ajourner, à temporiser) – âlasya : la paresse, léthargie – avirati : l’avidité, le désir de jouissance, intempérance – bhrântidarsana : l’égarement – alabdhabbhûmikatva : l’incapacité à progresser, à trouver une raison d’avancer – anavasthitatvâ : incapacité de se concentrer, instabilité, déséquilibre, inconstance, – chittaviksepâh : difficultés psychologiques entravant la réflexion – antarâyâh : les obstacles

Les symptômes inhérents aux obstacles précités sont : les souffrances physiques, la dépression, la nervosité, la respiration perturbée, l’incapacité de réfléchir.

L’élimination (d’un obstacle) s’exerce par la prise de conscience de la nature réelle de l’obstacle.

Ayant une perception lucide en ce qui concerne le bonheur, le malheur, la vertu, le vice, le mental demeure dans une attitude de distanciation bienveillante.

Pranayama_yogaretreatPar l’expiration et la suspension du souffle (à vide et sans contrainte), on peut contrôler, stabiliser le mental. L’attention posée sur les informations perçues par les sens stabilise le mental. Sans activité mentale, la mémoire purifiée apparaît complètement vide d’objets (empreintes, fluctuations). La cessation de l’activité mentale induit l’expérience spirituelle pure, l’illumination. Cette Connaissance est différente de celles acquises par le témoignage ou la déduction. Effectuez un exercice de respiration :  respiration complète + respiration alternée (narine droite puis narine gauche)

Le yoga implique de s’investir dans l’étude de soi, des textes. Pour obtenir l’’anéantissement des fluctuations du mental il faut commencer par l’amoindrir les souffrances. La souffrance qui n’est pas encore là peut et doit être évitée. 


yoga-sutras3 –  Les huit piliers du yoga :
 – yama niyama asana pranayama pratyahara dharana dhyana samashayo stav angani – Le yoga est constitué en huit parties – Pour obtenir un résultat, il faut reconnaître le sens de notre propre démarche et effectuer un travail à tous les niveaux…

1 – Yama – auto-discipline – discipline / 2 – Niyama Le contrôle de soi / 3 – Asana la pratique des postures / 4 – Pranayama. Le contrôle du souffle / 5 – Pratyahara Le retrait des sens / 6-Dharana Concentration / 7 – Dhyana La méditation / 8 – Samadhi L’illumination

Chacun de huit piliers favorise en quelque sorte le suivant, mais pas forcément. Le samadhi est un état avancé de la méditation, la méditation elle-même un état avancé de la concentration qui n’est possible quand nous ne sommes pas dérangés par les sens extérieurs. Mais cela n’est possible que si l’on maîtrise le souffle (l’énergie vitale), qui ne peut se faire que si l’on rester assis confortablement (les postures). On ne peut pratiquer les postures que si l’on a un certain contrôle de soi et de la discipline.

yama21 – YAMA (auto-discipline – discipline) – Cinq Règles organisent nos relations avec le monde :      Ahimsâ satyâ asteya brahamacharyâ parigrahâ yamâh

1) Ahimsâ : non-nuisance, respect de la vie, non-violence. L’idée est de travailler à faire disparaître les pensées nocives de violence issues de l’envie,  de la colère, de l’égarement. Elles produisent des résultats sans fin, tant qu’elles demeurent. La souffrance engendre la souffrance.

2) satya : réalité authentique, véracité, exactitude, La vérité non-illusion.

3 asteya : abstention d’une appropriation indue, ne pas voler

4) brahma + charya (carya) : mode de vie de brahman, de conduite selon le Veda, Brahman, (dont l’abstinence,). 

5) aparigrahâ : indépendance, refus de toute possessivité, vis-à-vis des êtres comme des biens et la mesure en toute chose. 

niyama 2 – Niyama Le contrôle de soi  Les NIYAMAS – cinq règles encadrent et  structurent la vie Personnelle.                    Sauca samtosa tapah svadhyaya isvara Pranidhanani niyamah

1) Sauca : propreté, hygiène de vie physique, alimentaire, mais aussi la purification des pensées. 

2) Samtosa : le contentement, la capacité de garder sa sérénité en toutes circonstances. Satisfaction.

3) Tapah : ascèse positive – La pratique soutenue élimine progressivement les problèmes de santé et améliore le fonctionnement du corps et des sens. Centrage de l’énergie. 

4) Svadhyaya : l’étude de soi, l’étude des textes, le questionnement intérieur, l’étude par la méditation. 

5) Isvara : Grande attention à ses pratiques – l’amour, la loyauté.

 3 – Asana – 4 – Pranayama – 5 – Pratyahara sont des vecteurs qui facilitent la prise de conscience du corps, à la fois au niveau physique et psychique et de la Conscience elle-même, quand dans l’instance « spectateur ». L’Énergie originelle prend conscience d’elle-même ; c’est par la pratique que nous comprenons ce qui se passe dans notre corps et notre psychisme.

Rekha Gati Garudasana Sarvangasana 

3) Asana  – Asana sthira sukham asanam La posture doit être stable et confortable. Avec les postures, on travaille l’assise physique, mais également psychologique. Le relâchement continu de la tension musculaire facilite la perception du schéma corporel (sans tension). Les flux énergétiques de polarité différente ne se heurtent plus, l’énergie circule harmonieusement. Les postures visent à la fois un développement corporel, mental et spirituel. La stimulation de l’hypophyse favorise la vie spirituelle.

Nadi Sodhana 4 ) Pranayama – Prânayama tasmin sati svasa-prasvasayor gati-vicchedah paranayamah – Contrôle de l’énergie vitale. 1- Équilibre entre les 4 phases du souffle expir/pose/inspir/pose et maîtrise de l’énergie. 2 – Véritable « interface » entre la matière/visible et le mental/invisible. Alors ce qui cache la Lumière (au sens spirituel du terme) disparaît. Aide à la disparition des tensions émotionnelles. 

 

yofafleurdelotus 5)  Pratyahara- pratyahara desa-bandhas cittasya dharana : Le retrait des sens est une étape essentielle dans le processus d’intériorisation. Lorsque le mental est séparé des sens, il est plus facile de se concentrer.

 Les trois dernières instructions traitent de l’accession à la Liberté par la méditation

Dharana Dhyana Samadhi

Dharana  La focalisation/dharana consiste à poser son attention sur un seul sujet. Fixer le mental sur un lieu ou un objet permet de restreindre le mental à un champ donné. La « concentration » évoquant dans notre éducation (« Mais concentre-toi un peu… ») une notion d’effort soutenu, de tension, absolument contraire à l’état de méditation, le terme de focalisation est moins connoté. Le principe étant de « poser délicatement », dans la détente la plus absolue, une parfaite neutralité, sans aucune implication personnelle son attention sur « un seul » objet/concept… Les distractionsdharana spontanées sont à écarter tranquillement, sans violence. Progressivement elles se feront plus rares, à mesure du développement de nos facultés de focalisation. Il faut laisser les pensées passer comme des nuages dans le ciel. Ne pas retenir…

 DyanaDhyanatatra paratyaya-ekatanata dhyanam Quand le mental coule de façon ininterrompue avec un objet, quand la concentration est totale on parle de méditation.

 samadhiSamadhi : tad eva arthamatra-nirbhasam svarupa-sunyam iva samadhih Dans la méditation, il reste la conscience de celui qui médite. Cette conscience disparaît dans le samadhi. Plus aucune souffrance ne peut être créée. La maîtrise de la Conscience permet d’accéder à l’invisible. L’accès, la mise en œuvre des plans subtils se font progressivement. Il n’y a plus d’attachement.

—————————————————

paixIl est important de rester en paix avec soi-même autant que possible, sans ignorer et traiter les problèmes qui nous incombent. Cela permettra l’ouverture (à soi et aux autres). Il est important de prendre du recul, de s’accorder des pauses pour ne pas sombrer dans l’hyperactivité et le déni de ce que l’on est intrinsèquement. Lorsque l’on doit faire face à des difficultés majeures (maladie d’un proche…) , il faut essayer de prendre du temps pour méditer et s’extraire de l’émotionnel pour redynamiser le corps et le psychisme afin de faire face le plus sereinement possible.

—————————————————

Exercices de Yoga 

La concentration dans les postures est importante pour deux raisons : La première parce que l’exercice devient bien plus efficace et deuxièmement, l’afflux énergétique dans la région concernée est beaucoup plus important et permet de « résoudre » certaine tensions ou gênes.

respiration alternée1 – Respiration Alternée : S’asseoir avec les jambes croisées ou en lotus/demi-lotus Prendre conscience de sa posture, mains posées sur les genoux dos droit – tonique sur le bas du ventre et le bas du dos – épaules relâchées – tête droite – Prendre conscience des parties du corps en contact avec le sol –  Prendre conscience de sa respiration qui est normale – Puis boucher la narine droite avec le pouce droit : Gd inspir avec la narine gauche – petite rétention – et Gd Expir sachant que l’expir est plus long que l’inspir – 5x – Reposer les mains sur les genoux – Rester en contact avec la respiration  Puis boucher la narine droite avec l’annulaire gauche : Gd inspir avec la narine droite – petite rétention – et Gd Expir sachant que l’expir est plus long que l’inspir – 5x. Effets : Équilibrage énergétique – Grande concentration – Calme intérieur – Tranquillité d’esprit – Augmente le taux vibratoire. Respirer par la narine gauche permet de refroidir le corps et de calmer le mental. Activation du nadi Ida (La Lune). Respirer par la narine droite permet de rechauffer le corps et d’apporter une grande énergie. Activation du nadi Pingala (Le Soleil).

 2 _ So Ham : S’asseoir dans la posture du Lotus ou les jambes croisées, dos droit, tonique sur le bas du ventre et le bas du dos. Tête droite (peut aussi se pratiquer allongé sur un tapis). Prendre conscience de sa respiration qui est normale. Sentir l’air qui rentre dans les narines et l’air qui en sort. Puis Gd Inspir (remplir le ventre, So hamla cage thoracique et le haut du thorax). Gd Expir (vider le haut, vider la cage thoracique et vider le ventre en le rétractant). Au prochain Gd Inspir, visualiser le souffle qui descend le long de la colonne vertébrale (au centre) depuis les narines jusqu’au coccyx (Muladhara Chakra). Puis dans le Gd Expir, visualiser le souffle qui monte le long de la colonne vertébrale (au centre) depuis le coccyx jusqu’à la fontanelle, sachant que l’expir est plus long que l’inspir. (faire 10 x). Gd Inspir, visualiser le souffle qui descend le long de la colonne vertébrale (au centre) depuis la fontanelle jusqu’au coccyx (Muladhara Chakra). Faire 3 à 4 x, puis ajouter Soooooo dans l’inspir et Haaaam dans l’expir. SoHam. Effets : «So» est un son qui va vers l’intérieur. On reçoit l’énergie universelle qui est intériorisée dans le «o» (Cela). C’est la perception intériorisée du «Grand Tout». «Ham» est un son qui contient une énergie d’expression subtile, qui va vers l’extérieur: dans le «h» aspiré et dans le «a» ouvert. C’est le conscience de l’intériorité. «Soham» signifie  «Je suis Cela». Le souffle met en relation la conscience individuelle et la conscience cosmique. Conscience de soi, de son intériorité.

—————————————————

 1 – Relaxation Effets : La relaxation permet de se reconnecter à soi-même, à ses sensations et savasanaà son corps. Elle permet de faire le plein d’énergie ainsi que de provoquer le lâcher-prise.

 

 

 

 2 – Ardha Matsyendrasana A – S’asseoir avec les jambes allongées – Tonique sur le bas du ventre et le bas du dos. Placer le pied gauche à droite du genou droit, l’autre jambe reste tendue. Bras en croix. Gd Inspir, puis Gd Expir, tourner le haut du corps vers la gauche, le bras droit prend appui et entoure le genou gauche tandis que la main gauche va se poser à côté de la fesse droite. La tête regarde vers l’arrière à gauche. Respiration normale (6 à 8 respirations) –Concentration : sur le travail du dos et de la colonne. Gd Inspir et relâcher dans le prochain Gd Expir. Relâcher et refaire de l’autre côté. B – S’asseoir avec les jambes allongées – Tonique sur le bas du ventre et le bas du dos. Placer le pied gauche à droite du genou droit, l’autre jambe va se plier et le talon droit va toucher la fesse gauche. Bras en croix. Gd Inspir, puis Gd Expir, tourner le haut du corps vers la gauche,  le bras droit prend appui et entoure le genou gauche tandis que la main gauche va se poser à côté de la fesse droite. La tête regarde vers l’arrière àArdha Matsyendrasana gauche. Respiration normale (6 à 8 respirations) – Concentration : sur le travail du dos et de la colonne.Gd Inspir et relâcher dans le prochain Gd Expir. Relâcher et refaire de l’autre côté. C – S’asseoir avec les jambes allongées – Tonique sur le bas du ventre et le bas du dos. Placer le pied gauche à droite du genou droit, l’autre jambe va se plier et le talon droit va toucher la fesse gauche. Bras en croix. Gd Inspir, puis Gd Expir, tourner le haut du corps vers la gauche,  le bras droit va passer dans le creux du genou de la jambe gauche, le bras gauche dans le dos. Les deux mains se rejoignent pour se tenir (éventuellement selon la souplesse !) La tête regarde vers l’arrière à gauche. Respiration normale (6 à 8 respirations) – Concentration : sur le ventre. Gd Inspir et relâcher dans le prochain Gd Expir. Relâcher et refaire de l’autre côté. A la fin relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation. Effets : Permet d’assouplir la colonne vertébrale et de stimuler tous les plexus nerveux de la colonne ainsi que le plexus solaire. Stimule toute la zone des lombaires – Nourrit le corps tt entier – Bénéfique pour tt le système digestif, les reins, les surrénales et les organes génitaux. Tonifie le système nerveux sympathique et revitalise l’organisme-  Évite la sacralisation de la 5e lombaire – Stimulation énergétique globale et efficace.

3 – Konasana (Posture de l’Angle) Se placer au sol, assise – Poser les deux pieds l’un contre l’autre. Les mains passent sous les mollets et vont attraper les pieds. Gd Inspir puis dans le Gd Expir, basculer sur l’avant. Ce sont les hanches qui font le basculement et pas la tête – la tête se pose en dernier. Rester dans la position et respiration normale (10 respirations). Gd Expir et se relever dans le Gd Inspir – Puis Savasana pour savourer la sensation. Effectuer 3x  – Concentration : 1ère fois : se concentrer sur le coccyx/sacrum – relâcher un moment sur le ventre la tête sur l’un des côtés et les bras le long du corps – 2ème fois : se concentrer sur la colonne vertébrale – relâcher un moment sur le ventre la tête sur l’un des côtés et les bras le long du corps – 3èmKonasana1e fois : se concentrer sur la tête. Effets : Étire le bas du dos, tonifie les organes abdominaux, ouvre les hanches/ Stimule les chakras inférieurs: Muladhara, Svadhistana, et Manipura. Le circuit d’énergie est montant: de la base vers Ajna chakra (va permettre de placer l’énergie dans le ventre et de soulager le mental) / tonifie le dos et délie la colonne vertébrale. Favorise l’élimination /Régule le sommeil, calme l’anxiété /apaise le système nerveux. Stimule le plexus solaire.

Bhujamgasana 1  4 – Bhujamgasana (Posture du Cobra) 1re fois – Se placer sur le ventre – Garder les jambes serrées et poser le front sur le sol – Les mains se placent juste au des dessus de la poitrine dans l’axe des épaules – Gd Inspir et Gd Expir sans bouger pour sentir le ventre contre le sol – Gd Inspir : relever le buste en décollant les bras – Tenir 8 à 10 respirations normales – Gd Inspir et dans le Gd Expir, relâcher un moment sur le ventre la tête sur l’un des côtés et les bras le long du corps.2e fois – Se placer sur le ventre – Garder les jambes serrées et poser le front sur le sol – Les mains se placent juste au des dessus de la poitrine dans l’axe des épaules – Gd Inspir et Gd Expir sans bouger pour sentir le ventre contre le sol – Gd Inspir : relever le buste en poussant sur les bras, mais garder les bras légèrement pliés – – Tenir 8 à 10 respirations normales – Gd Inspir et dans le Gd Expir, relâcher un moment sur le ventre la tête sur l’un des côtés et les bras le long du corps. 3e fois – Se placer sur le ventre – Garder les jambes serrées et poser le front sur le sol – Les mains se placent juste au des dessus de la poitrine dans l’axe des épaules – Gd Inspir et Gd Expir sans bouger pour sentir le ventre contre le sol – Gd Inspir : relever le buste en poussant sur les bras complètement, le bassin reste collé au sol. Effectuer 3 x – Concentration : 1re fois : se concentrer sur le dos – 2e fois : se concentrer sur le ventre – 3e fois : se concentrer sur la cage thoracique et le cœur.Bhumjangasana Effets : Renforce les poignets, les bras, les épaules et les muscles du dos / Stimule le système digestif / Ouvre la poitrine, renforce les poumons / Détend le système nerveux / Aide à soulager les troubles menstruels ainsi que les douleurs dorsales et abdominales liées à la ménopause / Contribue à l’alignement de la colonne vertébrale / Développe la confiance en soi – Apporte de la force et de la volonté – Lutte contre les peurs – Donne de la puissance et la capacité à affronter les événements- Posture qui permet de lutter contre l’hypertension. Stimulation d’Anahata Chakra.

 Kapalabhati5 – Kapalabhati  Magnifique exercice de respiration où l’expir est volontaire (mouvement sec du bas ventre pour expirer l’air) – Se pratique de 11 en 11 avec Gd Inspir et Gd Expir entre chaque série. Effets : Cet exercice respiratoire enlève toutes les tensions du plexus solaire. C’est l’exercice le plus puissant pour réveiller rapidement les énergies au réveil le matin ou après une journée fatigante. Kapalabhati veut littéralement dire « crâne brillant ». Après trois cycles de cet exercice, on peut sentir une vague d’énergie monter jusqu’à la tête. Nettoyage du corps émotionnel – Réchauffe – Augmente le métabolisme – Facilite la digestion – Nettoie le système ORL – Nourrit le corps tout entier – Renforce le cœur – Effet remarquable sur le stress – Massage puissant des organes abdominaux – Favorise la concentration, la mémoire – Développe l’enthousiasme et la joie. Augmente le niveau d’énergie – Agit sur tous les chakras – Redonne de la vitalité.

Résumé : La philosophie du yoga est liée à celle du Samkya (un système qui sépare le principe de Pakriti et de Purusha). Pakriti est la création (la nature, les éléments que nous « percevons »). Purusha étant la conscience universelle, immobile et éternelle (spectateur impassible). Lorsque l’esprit est attaché à Pakriti (le mouvement et souvent le mouvement incontrôlé), il perd son essence. Retrouver sa propre essence peut se réaliser de deux manières : par la discrimination et l’absence des fluctuations du mental.

Lorsque les empreintes venues du passé émergent, les fluctuations du mental empêchent de discerner le soi. Nous percevons toujours notre environnement avec un filtre – (lié au désir, au bonheur, à la souffrance et à l’ignorance).

Seul le détachement nous permet d’accéder à ce qui est immuable en nous : notre nature suprême. Nous avons le choix de diriger notre psyché vers le soi ou vers l’extérieur et le monde des illusions. Le détachement naît lorsque nous prenons conscience du caractère insatisfaisant des objets du monde. Mais ce détachement ne peut s’accomplir que dans la joie de la contemplation. Le détachement est le fruit d’une joie supérieure aux plaisirs des sens. Ainsi la discipline sera plus facile à mettre en place. Mais l’idée est que nous ne réussirons que par la persévérance. C’est seulement par la pratique  que nous aurons accès à nous-mêmes, au soi immuable . Se détacher, c’est également reconnaître l’unicité et de considérer nos expériences juste comme des expériences pour éviter de s’identifier avec elle. Pour cela, il est important de cultiver la gratitude : La gratitude permet l’accès à notre cœur. Nous sommes très choyés, nous avons des maisons confortables, l’eau à volonté, des salles de bain… et nous oublions à quel point nous avons de la chance. La chance d’avoir de la nourriture en abondance… Nous oublions d’être reconnaissants pour cela. Le matin en se levant, nous pouvons faire une liste des choses pour lesquels on est rempli de gratitude ! On peut également l’exprimer en remerciant les autres pour leur générosité, leur sens de l’humour, leur sourire… Toute gratitude est source de joie.

Le second point à cultiver est le pardon. Le pardon défait les liens qui nous attachent au passé. Y a-t-il quelqu’un envers qui vous ressentez du jugement, du ressentiment, de la haine ou un manque de pardon? Si oui, pensez à cette personne et, dans votre cœur, ressentez les émotions qu’elle génère en vous. Qu’arrive-t-il à votre respiration? Comment vous sentez-vous dans votre corps? Comment votre énergie voyage-t-elle?   Après avoir pris le temps de ressentir vos émotions profondes envers cette personne, prenez un moment pour penser aux leçons que vous avez tirées de votre expérience avec elle. Essayez de voir ce que cette expérience a essayé de vous apprendre. Avez-vous été forcé de vous ouvrir à d’autres horizons? Avez-vous approfondi votre relation avec vous-même? Pouvez-vous imaginer que la personne qui vous a trahi était là pour vous apporter un enseignement inestimable?  

Aussi longtemps que vous tiendrez cette personne responsable de votre blessure, vous resterez connecté à votre expérience et à la souffrance qui en résulte, et ni vous ni l’autre ne pourrez avancer. En lui pardonnant, vous la libérerez de ses mauvaises actions et vous l’éveillerez à agir de façon plus consciente. Surtout, vous vous sentirez libéré et vous pourrez continuer votre cheminement en paix et dans la joie.  

Toutefois, le pardon ne se produit pas toujours naturellement, facilement ou rapidement. Il y a des actions qui semblent difficiles, voire impossibles à pardonner, surtout lorsque nous avons grandement souffert du résultat de ses actions. Lorsque nous pardonnons, cela ne signifie pas que les actions étaient correctes et acceptables. Cela ne signifie pas que ces actions ne nous ont pas dérangés. Cela ne signifie pas que nous laisserions ces actions se reproduire. Cela signifie simplement que vous avez tiré des leçons importantes de cette expérience. Le pardon nous permet d’accepter ce qui nous est arrivé et de continuer à avancer.  

 Le troisième point important à cultiver est la générosité : une énergie supérieure se développe lorsque nous donnons sans retour, gratuitement et avec amour. Les actes de générosité envers nos proches, nos amis, un sans-abri… élèvent la conscience supérieure et ouvre le cœur. 

—————————————————

 JalandharaJalandhara – Mula – Uddiyana Bandha Mudra Se placer assis sur le sol – Jambes croisées ou en lotus (Padmasana) : Contracter la zone du périnée/anus – Gd Inspir sans bouger puis dans le Gd Expir, descendre la tête menton contre le sternum, une fois l’air expiré, pratiquer Uddiyana dans la rétention, c’est-à-dire plaquer le ventre contre la colonne – Relâcher la contraction périnée/anus et Uddiyana et remonter doucement dans un Gd Inspir. La concentration se fait sur ajna chakra – le point entre les 2 yeux à la base du nez. Faire 5 à 10 x et progressivement jusqu’à 20x. Effets : Agit directement sur le système endocrinien pour le stimuler et apporte une joie profonde et « sans raison », permet de garder la santé – Stimule le système digestif – Evite la constipation – Fortifie le plancher pelvien – Agit sur tous les chakras, mais principalement sur le chakra racine pour plus de stabilité, le chakra Manipura pour une meilleure énergie et une meilleure protection. Aide aux relations sexuelles harmonisées ainsi qu’une plus grande créativité – Le travail sur vishuddhi chakra qui permet d’exprimer clairement et sans violence nos désirs profonds – Permet aussi la parole juste, etc.

méditationMéditation : Concentration sur la respiration : Prendre conscience de sa respiration. La respiration est normale. Sentir l’air qui rentre dans les narines et l’air qui en sort. Noter la différence de température entre l’air qui sort et l’air qui rentre. Noter également le petit instant d’immobilité entre l’inspir et l’expir et entre l’expir et l’inspir. Restez concentré sur cette respiration et les instants d’immobilité (10 min à 20 minutes). Effets :  un haut niveau d’activité dans les parties du cerveau qui contribuent à former les émotions positives, comme le bonheur, l’enthousiasme, la joie et la maîtrise de soi ; un niveau d’activité moindre dans les parties du cerveau reliées aux émotions négatives, comme la dépression, l’égocentrisme, le manque de bonheur ou l’insatisfaction ; un apaisement de la zone du cerveau qui déclenche la peur et la colère ;  la capacité à atteindre un état de paix intérieure même lorsqu’on est confronté à des circonstances extrêmement perturbantes ; une aptitude inhabituelle à l’empathie et à l’écoute profonde des émotions d’autres personnes…Le développement de capacités supérieures.

—————————————————

Maintenant nous allons revenir sur deux règles très importantes : la non-violence et le contentement.

samkhya1) Ahimsâ : non-nuisance respect de la vie, non-violence (Les pensées nocives de violence venant de soi ou des autres, issues de l’envie, la colère, de l’égarement accompagnent (faiblement, moyennement, intensément) la souffrance, l’ignorance et produisent des résultats sans fin, tant qu’elles demeurent. 

 ContentementSantosa : le contentement : la capacité de garder sa sérénité en toutes circonstances.

Contentement : État, sentiment de quelqu’un qui ne désire rien de plus ; satisfaction vive et durable ; plaisir, joie. Sommes-nous heureux avec ce que nous avons ? Acceptons-nous chaque moment pour lui-même dans l’instant présent sans sans cesse nous dire que le passé était meilleur et que futur le sera aussi. Sommes-nous capable de comprendre l’impermanence des choses (que ce soit dans les périodes difficiles que dans les périodes plus faciles ? 

Comment pratiquer Santosa dans la vie ? Avec les gens que nous côtoyons : La première chose est d’essayer de les considérer comme ils sont, sans projection mentale de notre part, sans attente spécifique. La même chose avec les personnes avec lesquels nous vivons : il est impossible de tout contrôler, le bonheur de nos proches dépendent également d’eux et de leurs expériences. Le contentement est lié aussi au concept d’acceptation : accepter ne va dire se soumettre, mais reconnaître la situation dans la laquelle nous nous trouvons, lui faire face et chercher des solutions si elle ne nous satisfait pas. C’est aussi exprimer qui nous sommes avec justesse et sans agressivité.

————————————————-

Relaxation1 – Relaxation

mula bandha2 – Mula Bandha Mudra S’asseoir sur le sol, jambes croisées, en lotus ou demi-lotus. Tonique sur le bas du dos et le bas du ventre – Placer les mains sur les cuisses – Détendre les épaules –  Respiration normale  – Fermer les yeux. Expir pour vider les poumons, puis Gd Inspir, Rétention : se concentrer sur la zone  pubis – périnée – anus et contracter cette zone –  Gd Expir. Ne pas oublier que l’expir est plus long que l’inspir, il faut donc garder une rétention modérée. Effectuer 10 fois.  Effets : Fortifie toute la zone du périnée pour éviter les descentes d’organes et les fuites urinaires. Stimule Muladhara chakra pour un meilleur enracinement, plus de stabilité, plus de sécurité intérieure, de tranquillité d’esprit. Apporte un sentiment de joie et ré-énergise le corps. Sollicite le système nerveux parasympathique qui permet la détente physique et mentale. L’alternance tension/relâchement a également une incidence sur le phénomène de détente profonde. Incidence sur le mouvement péristaltique pour éviter la constipation, pour soulager les hémorroïdes, maîtriser l’activité sexuelle (éjaculation précoce, la frigidité, tension physique…) Spirituellement, Mula Bandha éveille et réoriente l’énergie spirituelle vers le haut. La région du périnée régit la création, les instincts, la procréation, la peur, le besoin de nourriture et de dormir. C’est le niveau reptilien de la conscience, primitif. Tout un passé y reste bloqué, enfoui, c’est donc un exercice très utile. (muladhara)

Mandukasana3 – Mandukasana (variante) la posture de la Grenouille :  S’asseoir sur les talons, en écartant au maximum les genoux. Les pieds se tournent et les orteils se rejoignent. Mains en Namasté – Gd Inspir et dans le Gd expir, laisser les mains glisser vers le bas, glisser sur les cuisses, puis vers l’avant du tapis tout en se penchant vers l’avant et en faisant pivoter le bassin. Poser les mains au sol, au-dessus de la tête et faire glisser le buste en avant, jusqu’à ce que la poitrine et le front touchent le sol. Rester dans la posture de 4 à 6 respirations normales en restant concentré sur les hanches. Effets : développe la souplesse des hanches et des adducteurs (intérieur des cuisses). La grenouille est symbole de transformation et est liée à l’élément de l’eau. C’est un animal lunaire, féminin, issu de la Terre. Elle est en lien avec le second chakra : Svadhisthana chakra, le siège de l’énergie sexuelle, de la fertilité et de la création. 

Posture de la table inversée34 – Posture de la table inversée Se placer allongée sur le dos et plier les jambes (elles restent légèrement écartées), pieds au sol. Les bras sont le long du corps, paumes sur le tapis. Gd Expir, puis dans le Gd Inspir suivant, les bras montent et se placent au sol de chaque côté des oreilles, paumes vers le ciel. On profite de l’étirement de la nuque. Gd Inspir  et dans l’expir suivant, monter les deux jambes sur le ventre. L’étirement s’accentue, Gd Inspir, les bras et les jambes montent et se font face. Rester ainsi 6 à 8 respirations normales. Effets : Cet exercice permet un échauffement pour étirer le dos et stimuler les plexus nerveux de la colonne vertébrale. Pour l’étirement de la nuque, c’est la panacée. Cette posture étire et décongestionne les jambes. Stimule les organes du ventre et du bas-ventre. Renforce la sangle abdominale. Nourrissante, elle améliore la santé en général, réduit l’anxiété, le stress et favorise la confiance en soi. Bénéfique sur les capacités mentales.

 Matasyasana15 – Matsyasana (Posture du poisson) Se placer assis jambes tendues – Placer le bout des doigts sous les fesses. Gd Inspir et dans l’expir placer les coudes au sol, s’allonger, laisser glisser les mains sous les fesses et poser la fontanelle au sol. Le dos forme un arc –Les orteils pointent vers l’avant.  Rester 10 respirations normales ou pratiquer Kapabhalati (5x). Gd inspir puis rétention et dans le Gd Expir, glisser sur le sol et dégager les bras. Bien relâcher en savasana 10 respirations normales pour savourer la sensation. Effectuer 3 x  Concentration : Vertèbres cervicales – le cou et les glandes parathyroïdes. Effets : Stimule les parathyroïdes qui gèrent le taux de calcium dans le sang – Ouvre la cage thoracique – Calme le mental – Aide à gérer les émotions – Apporte une grande sérénité et tranquillise – Bénéfique pour l’estomac, le foie et l’intestin grêle. Permet de s’ouvrir aux autres – Stimulation générale – Combat la dépression – Augmente la capacité respiratoire – Ouverture d’Anahata chakra .Avec la respiration de Kapalabhati, on rétablit la circulation énergétique dans le corps et un sentiment de paix et de plénitude va progressivement s’installer.

Tadasana26 – Tadasana Effets : Renforce les chevilles, les genoux, les hanches, les épaules et le cou / Amène le corps dans un alignement postural approprié /Affermit les muscles des jambes et les abdominaux / Augmente la confiance en soi, la stabilité et l’enracinement / Développe la concentration, la coordination, l’équilibre et le maintien / Améliore la respiration et la circulation du sang et de la lymphe / Tonifie les reins et les surrénales. /Stimule la digestion et aide à soulager la constipation. / Donne de la stabilité et de l’endurance / Dynamise tout le corps. Stimulation de Muladhara Chakra.

 

Le Guerrier1 Le Guerrier27 – Virabhadrasana (Posture du guerrier) :  Se placer debout, la jambe droite tournée vers la droite, ainsi que le haut du corps dans l’alignement, et la jambe gauche tendue, pied gauche vers l’extérieur. Gd Inspir, lever les bras en étirant le dos. Bras collés aux oreilles. Puis Gd Expir, placer le bras droit vers l’avant dans l’alignement de l’épaule droite et placer le bras gauche vers l’arrière dans l’alignement de l’épaule gauche. Paumes de la main droite et de la main gauche vers le ciel. Vérifier que les deux bras sont bien alignés et regarder le bout de la main droite. Dire en se concentrant sur le ventre et d’une vois assurée : « Je suis le Guerrier, je suis fort » – redire trois fois – Concentration : sur le ventre et la stabilité de la posture. Effets :Idéal pour la musculature des jambes et la colonne vertébrale – Améliore l’équilibre – Donne la vigueur et la puissance – Développe la volonté et la ténacité – Apporte la confiance en soi – Permet de prendre conscience de ses forces. Permet de corriger le maintien corporel et aide à nous ancrer, à prendre la force de la Terre. Stimulation de Manipura Chakra.

Salutation au soleil 39 – Uttanasana – Concentration et trajet d’énergie : Inspir : remonter virtuellement depuis la plante des pieds, le long de l’arrière des jambes jusque dans le bassin. Poumons pleins : « retenir » l’énergie dans Manipura chakra, la ressentant comme force intérieure solaire, et effectuer mula-bandha. Expir : ancrer cette énergie dans Manipura chakra en resserrant davantage les bandhas. Poumons vides (rétention) : relâcher progressivement les bandhas et parcourir mentalement la colonne vertébrale jusqu’au sommet du crâne, les bras et les mains, pour amener la conscience de nouveau dans les plantes de pieds. Effets : Cet exercice de yoga permet un bien-être général. Tonifiant et énergisant. Calme le cœur et permet de stimuler le foie, l’estomac, la rate et les reins. Calme le mental. Évite les problèmes de dépression. Fait disparaître la graisse du ventre et de la taille. La posture d’Uttanasana fait circuler le Prana à travers les Chakras du bas vers le haut. Ce mouvement de flexion vers l’avant symbolise l’étape marquant le passage à la matérialisation. La concentration se fixe au niveau du ventre (Manipura chakra) et va permettre aux énergies les plus grossières de s’y fixer afin d’accroître la vitalité physique nécessaire pour accomplir les tâches d’évolution. Le dos et l’arrière de sa tête « s’étendent » et s’offrent à la lumière de la connaissance, dans une attitude de lâcher-prise et d’humilité face au devenir.

Effets et précautions :  L’étirement proposé concerne toute la face postérieure des jambes (ischiojambiers), le bas du dos (région lombaire), la région dorsale, les épaules (trapèzes) et la nuque (région cervicale). En outre, l’étirement de l’arrière du corps représente l’éveil de ce que l’on ne discerne pas habituellement. Cette posture accroît la force intérieure et d’ancrage par la stimulation de Manipura chakra pour agir dans le monde avec les autres. En cas de discopathie, sciatique, réaliser le premier degré de la posture en gardant les jambes fléchies et le contact du ventre sur les cuisses ainsi que la nuque placée dans le prolongement du dos.

Le palais placé plus bas que le nombril confère également à la posture Uttanâsana des effets identiques aux postures d’inversion : stimulation des centres supérieurs du cerveau et éveil de l’intelligence intuitive, mais oblige également aux mêmes précautions (ou contre-indications) : en cas de sinusite, acouphènes, tension oculaire, hernie hiatale.

La pratique des postures permet de revenir à des schémas simples. Elle permet de remettre l’ordre dans les zones de notre corps qui ont subi des dommages émotionnels et d’évacuer la souffrance. Travailler les postures permet de prendre conscience de qui nous sommes. Leurs fonctions thérapeutiques aident à nettoyer et purifier les schémas qui nous entravent. 

 Relaxation finale

Maintenant, tous les Chakras sont activés. Le Prana circule dans les 72000 Nadis (méridiens).

 «Soham» signifie  «Je suis Cela». Le souffle met en relation la conscience individuelle et la conscience cosmique. Conscience de soi, de son intériorité.

Om12 – Relaxation/méditation avec OM : Se placer assis en Padmasana (jambes croisées, lotus ou demi-lotus). Prendre conscience de son corps et de ses sensations. Prendre le temps d’observer. Puis se concentrer sur sa respiration qui est normale. Ensuite Gd Inspir et Gd Expir, chanter le OM…(l’expir est plus long que l’inspir). Continuez ainsi de 10 à 15 minutes en pleine conscience et en restant concentré sur les sensations et vibrations dans le corps. Effets : Permet de se connecter à son moi intérieur/ Méditation puissante de guérison/permet de prendre de la distance avec les évènements/Excellent pour apprendre à exprimer ses émotions sans violence/ Grand calme intérieur/Détache du mental.

Conclusion :

perceptionL’électron est-il une onde ? Oui, dit Bohr  si vous regardez à travers un appareil mesurant les ondes. L’électron est-il une onde ? Non, dit Bohr, si vous regardez avec un appareil mesurant les particules. Le chien a-t-il une nature de Bouddha ? Ni oui ni non. Cela dépend de la manière dont vous regardez. Vous choisissez la réalité selon la manière dont vous la regardez. – Les objets quantiques ont des natures complémentaires, particulaires et ondulatoires. Tandis que la nature ondulatoire est transcendante ou non locale. La nature particulaire est immanente ou localisable. Les deux natures ne sont pas mesurables simultanément. La Catuskoti-Nyâya (Traité de logique indienne) souligne l’impossibilité de décrire un objet d’une manière définitive. Tous ces arguments consistent à expliquer que les objets ne peuvent pas exister de manière indépendante de l’esprit. Les différentes épistémologies de réalisme, irréalisme et quasi-réalisme sont toutes engagées dans l’étude de la manière dont la conscience intervient dans la détermination cognitive ou dans l’identification des objets. Quand vous regardez un dessin de formes à deux significations (tel que le fameux dessin du vase qui peut aussi être vu comme deux visages de profil), vous ne voyez qu’un seul aspect à la fois. Mais ne changez rien aux lignes du dessin en lui-même quand vous le regardez d’un autre point de vue. La possibilité est toujours là, vous ne faites que la reconnaître.

Yoga_bonheur

 Cultiver l’énergie positive