Menu

Vata : Yoga & Ayurveda

novembre 10, 2017 - Ayurveda, Yoga
Vata : Yoga & Ayurveda

Vata – Recommandations

 Vata : (Ether-Air), est la force principale à l’origine du mouvement. Sans Vata, les deux autres doshas ne peuvent œuvrer. Il favorise l’adaptabilité mentale, la compréhension, la créativité, l’agilité et le dynamisme. Losque ce dosha est perturbé, il crée des déséquilibres au niveau du côlon (constipation), troubles mentaux, faiblesse énergétique, faiblesse physique. Bien équilibré avec les autres doshas en soutien, il permet d’être en harmonie avec l’univers et avec soi-même dans cet univers.

Il est responsable de toutes les activités somatiques et des sensations. 
ll gouverne toutes les fonctions nerveuses. Il est l’intelligence qui perçoit à travers les organes des sens (température, douceur, etc.) et qui convertit ces perceptions en données psychologiques puis dirige la réponse appropriée via les organes de l’action. Il est responsable de tous les mouvements de l’esprit et du corps, l’organisation des cellules du corps, le mouvement de l’air dans nos poumons, le mouvement du sang dans le système sanguin, les pensées de l’esprit. Il est responsable de l’équilibre entre les pensées et les émotions et donne naissance à la créativité, à l’activité et à la compréhension claire. Du fait que VATA régule les processus nerveux impliqués dans le mouvement, les pensées, les émotions, la nutrition, la boisson, l’élimination et notre fonctionnement général, son dérèglement peut souvent avoir de très lourdes conséquences. Il est responsable de l’origine, du maintien et de la destruction de la Vie.

Au niveau physique les personnes de type Vata prédominant sont minces, la peau à tendance sèche, les cheveux secs et fins, les habitudes alimentaires et le sommeil irréguliers. Sensible au vent et au froid, instable, mais adaptable, et au tempérament nerveux (anxieux) et changeant. Grande vivacité mentale. Vata déteste la régularité et les habitudes or il est essentiel pour son équilibre émotionnel et mental, d’acquérir ce principe de régularité. C’est fondamental pour lui, s’il veut avancer.

 Dans sa pratique du Yoga, comme dans le reste, il est instable et a tendance à ne pas pratiquer régulièrement. Conseils : La pratique du Yoga au moins 2 ou 3 fois par semaine est essentielle pour l’apaiser, nerveusement et émotionnellement. Cela lui permet aussi de se renforcer physiquement et de développer sa volonté et son endurance. Une pratique lente et en conscience lui apportera de la stabilité ainsi que les postures d’ancrage, les flexions, torsions et équilibres. Le bas du corps est à privilégier (zone Vata) et le Pranayama stimulera son énergie vitale (souvent faible).

Vous trouverez la description des postures par ordre alphabétique :  http://yogafleurdelotus.com/categorie/postures-de-yoga-2/

 Les étirements seront à privilégier puisque les types vatas développent facilement des raideurs. On privilégiera les étirements dans les postures au sol assises et couchées, toujours dans l’intention de favoriser la sensation d’enracinement.

Exemples de postures d’étirement : posture de la tête au genou (janusirasana), ardha matsyendrasana, Kurmasana (la tortue)… La salutation au soleil, exécutée lentement, sera aussi excellente pour délier les raideurs propres à vata.

On ne négligera pas en même temps de travailler la force, dans l’optique d’augmenter la masse musculaire. On cherchera aussi à générer de la chaleur, particulièrement au niveau du système digestif, en renforçant les muscles de la sangle abdominale. Exemples de postures pour travailler la force : bateau (navasana), (purvottanasana) …

À cause de la propension à développer de la nervosité et de l’anxiété quand vata se trouve en excès, le système nerveux sympathique a besoin d’être détendu : les flexions avant sont excellentes en ce domaine.  Exemples de flexions avant : étirement de l’ouest (paschimottanasana), Posture de l’enfant (balasana), konasana

Les inversions, qui drainent le sang des organes et des extrémités vers le cerveau et particulièrement l’hypophyse, sont excellentes pour réguler toutes les fonctions du corps en agissant sur le système endocrinien. Exemples de postures d’inversion : Prasarita Padottanasana ,  la chandelle (sarvangasana)…

La relaxation est essentielle dans toute pratique visant à régulariser vata : il faut aller vers l’immobilité, réduire le mouvement ; environ 10 minutes par jour.

Autres pratiques

Mettre l’accent sur les exercices de respiration (pranayamas) simples, lents et profonds, comme la respiration yogique complète avec ujjayi pranayama et nadi sodhana.

Les mudras qui harmonisent les hémisphères, par exemple bhairavi mudra, pourront être utilisés, ou encore Yoni Mudra pour ramener les sens vers l’intérieur et ainsi atténuer la sensation d’être dispersé.

On utilisera mula bandha Mudra pour se réchauffer et s’ancrer.

Le yoga nidra conviendra particulièrement aux types vata pour la relaxation profonde qu’il procure.

 

Soigner par le yoga les pathologies liées aux déséquilibres vata

Lorsque vata est en déséquilibre, les premières manifestations physiques apparaissent au niveau du gros intestin, sous forme de gaz, notamment. Pour maintenir le gros intestin en santé, on privilégiera les postures étirant l’abdomen, tel que le poisson (Matsyasana), la foudre couchée (supta vajrasana) ou encore des postures telles que la flexion avant avec une jambe repliée devant comme dans le pigeon (eka pada rajakapotasana) qui permet de masser le ventre. Les torsions seront également efficaces, surtout celles qui étirent le bas du ventre. Pour la constipation, toutes les postures sur le ventre comme la sauterelle (Salabhasana – ardha salabhasana) – l’arc sur le ventre (dhanurasana) ou le cobra (bhujamgasana ) Les étirements latéraux comme dans le portail (parighasana) ou encore ardha Candrasana (la demi-lune). Les postures accroupies comme Udarakarshanasana sont par ailleurs particulièrement efficaces.

Les rythmes biologiques ayant tendance à se dérégler chez vata, on lui recommandera les postures suivantes pour la santé du système endocrinien : posture de l’arc (dhanurasana), cobra (bhujangasana), sur les épaules (sarvangasana), la charrue (halasana), ainsi que la salutation au soleil (surya namaskar).

Pour l’insomnie, courante quand vata s’aggrave, on recommandera particulièrement les flexions avant Pashimottanasana, La posture de l’enfant (balasana), ainsi que le yoga nidra et les pranayamas.

 

 

 Pour traiter les dysfonctionnements du corps, le régime alimentaire doit être de nature opposée au dosha provoquant la maladie.

L’alimentation doit suivre celle de notre dosha constitutionnel, les maladies sont souvent causées par ce même dosha.

Il faut faire attention à la qualité des aliments, mais également à notre façon de cuisiner et de manger.Il est également important de consommer des épices et des plantes.

Chaque type d’aliment augmente ou réduit le dosha jusqu’à un certain degré. Les aliments non répertoriés peuvent être considérés selon leur catégorie ou en étant comparés à des aliments de même nature.

Aucun aliment n’est interdit

 Important : il faut manger de tout – Mais en moindre quantité, ce qui augmente beaucoup le dosha.

Oui * Reduisent peu les doshas – Oui  ** réduisent beaucoup les doshas

Non* augmentent peu les doshas (on peut en consommer régulièrement, mais avec modération) – Non** augmentent beaucoup les doshas (à consommer avec grande modération)

 Le Régime anti-vata (réduit l’air)

Qualité et quantité des aliments très importantes. Aliments apaisants et nourrissants, chauds, lourds, humidifiants et tonifiants.

Saveurs recommandées : sucré/acide et salé. Saveurs piquantes/amères et astringentes avec modération. Le piquant par contre peut être pris sous forme d’épices.

Régime Vata : (à titre indicatif)

Les types Vata sont le plus à même de souffrir de dégénérescence tissulaire. La thérapie diététique est particulièrement importante pour eux ainsi que la qualité des aliments. Ils ont besoin d’une alimentation abondante, chaude, nourrissante et stabilisante. Les saveurs : sucrée, acide et salée. Prendre avec modération les saveurs piquantes, amères et astringentes. Le piquant est toutefois très bon sous forme d’épices. Repas légers, fréquents et réguliers. Aliments consommés chauds ou cuits. Éviter les aliments industriels, instantanés et rapides. Se concentrer sur le repas sans lire, ni télévision. Éviter le stress avant de manger. Les Vata sont sujets aux allergies alimentaires, il faut donc consommer avec précaution certains aliments comme le gluten, les fromages, les tomates, aubergines, poivrons et piments. C’est surtout l’hypersensibilité des Vatas qui pose problème, plutôt que les aliments, les plantes médicinales sont donc recommandées pour diminuer Vata. Les fruits sont bons pour Vata, mais en quantité modérée, car ils augmentent l’élément Éther. Ils sont mieux cuits. Les légumes cuits seront consommés avec des céréales. Modération sur les salades et légumes crus qui créent de l’agitation mentale. Les choux provoquent des flatulences. Les champignons sont diurétiques et asséchants et ne sont pas recommandés. Les oignons cuits sont nourrissants. Les céréales complètes sont bénéfiques pour Vata (sauf maïs et seigle, mais il est possible d’en consommer en cas de troubles articulaires, impliquant Ama l’humidité. L’orge est excellente pour l’arthrose).. Les Légumineuses sont asséchantes et provoquent la constipation, il faut les consommer avec modération (c’est à dire une à 2 fois/semaine) sauf le tofu ; Rajastiques, elles provoquent l’agitation mentale. Les œufs sont efficaces pour réduire Vata ; les huiles : Toutes les huiles sont bénéfiques surtout en massage et l’huile de sésame en particulier. Pour les liquides, l’eau n’est pas suffisante, préférer les infusions avec de la cannelle et du gingembre. Ainsi que le citron.

 OUI : Fruits : Pommes cuites*, abricots*, bananes**, myrtilles*, cerises*, dattes**, figues**, raisin**, pamplemousse**, citrons**,, mangues**, oranges**, papayes**, pêches*, poires*, ananas**, prunes*, pruneaux**, framboises* et fraises*.

NON  (cela veut dire pas + qu’une à 2 fois/semaine) : Fruits secs en général**, pommes (crues)*, melons*.

 

 

OUI : Légumes : Les légumes doivent être consommés cuits de préférence avec des épices et consommés avec des céréales complètes. Attention aux légumes crus et salades ou alors avec un assaisonnement à l’huile. Avocats**, piments**, betteraves*, carottes*, coriandre fraîche*, haricots verts*, oignons cuits**, persil*, pois frais*, radis**, algues*, courges*, patates douces**, navets*, cressons*.

NON (cela veut dire pas + qu’une à 2 fois/semaine)   : artichauts*, asperges*, poivrons*, brocolis**, choux de Bruxelles**, choux**, choux-fleurs*, céleri*, blettes*.

 

 

Céréales : un régime de céréales complètes peut alléger les troubles de Vata.

OUI : Céréales : riz basmati*, riz brun**, semoule**, avoine**, quinoa**, blé**, avoine **.

Non (cela veut dire pas + qu’une à 2 fois/semaine)  : muesli et céréales sèches**, orge*, sarrasin*, maïs*, millet*, seigle*.

 

 

OUI : Légumineuses  ne pas oublier de les faire tremper plusieurs heures avant la cuisson ou de les faire pré-germées pendant 2 jours pour les rendre plus digestes

Comme elles sont indispensables pour les protéines, il faut les consommer cuites avec du cumin, avec des algues, du piment de cayenne et du gingembre ou de la férule persique. Haricots de petit soja**, tofu* (Férule persique – ferula asa-foetida – est une plante médicinale importante dans la médecine ayurvédique, son emploi cible principalement les troubles d’ordres digestifs, elle élimine les flatulences et les ballonnements, purifie la flore intestinale et renforce la digestion, de plus elle enraye la constipation et élimine les vers intestinaux. La férule asa-foetida apaise les spasmes de l’intestin, elle est un remède des bronchites et calme les crises d’asthme. De la famille des apiacées – ombellifères, apiacée).

NON : Azuki*, pois chiches*, fèves**, haricots rouges*, haricots de lima*, cacahuètes*, pois cassés*.

 OUI : Noix et graines: chaudes, lourdes et humides, elles sont bénéfiques et nourrissent les poumons, le système reproducteur et nerveux. Les consommer en petite quantité, car difficiles à digérer.

Non: Amandes**, noix de cajou**, noix de coco*, noix de pécan**, pignons de pin**, pistaches**, graines de potiron*, graines de sésame**, graines de tournesol*, noisettes**, noix **.

 

 

OUI : Produits laitiers (de qualité) : Ils sont bénéfiques, car lourds, nourrissants et humidifiants, mais ils sont aussi rafraîchissants et difficiles à digérer. Beurre**, babeurre**(lait de baratte), fromage blanc**, crème*, ghee (beurre clarifié), fromage de chèvre*, kéfir* (boisson issue de la fermentation du lait ou de jus de fruits sucrés), lait**, crème fraîche* , lait de riz*, yaourt**

NON : glaces**, lait de soja*.

Produits animaux : la viande et le poisson font partie des aliments efficaces pour réduire un Vata élevé. Toutefois, il est souvent suffisant de se contenter de poulet et de poisson. Les oeufs sont efficaces pour réduire Vata. Des plantes toniques peuvent remplacer la viande et sont souvent plus efficaces.

Les huiles : la plupart des huiles sont bénéfiques pour Vata. Les propriétés humides et chaudes des huiles sont indiquées pour diminuer Vata. Appliquées sur la peau, elles sont encore meilleures.

OUI : huile d’amande**, huile d’avocat**, beurre**, huile de noix de coco*, huile de lin*, ghee (beurre clarifié)**, huile de moutarde*, huile d’olive**, huile d’arachide*, huile de sésame**.

NON : Huile de colza*, huile de maïs, margarine**, huile de carthame*, huile de soja*.

 

Les SUCRES sont bons pour Vata (uniquement les sucres naturels – Fruits et miel).

OUI : sucre des fruits**, miel* , jaggery (sucre non raffiné comme le muscovado) **, sirop d’érable**, mélasse**, sucres complets non raffinés**.

NON :  Sucre blanc.

 

 

Les épices : la plupart des épices sont bénéfiques pour réguler l’appétit et dissiper les flatulences. Elles sont particulièrement efficaces avec les aliments lourds et sucrés, car elles permettent de les digérer correctement.  Toutefois les épices comme le poivre et la moutarde peuvent assécher , stimuler de manière excessive et aggraver les états de Vata élevé.

Oui : Férule persique**, basilic**, feuilles de laurier**, poivre noir*, cardamome**, piment de cayenne*, clous de girofle**, coriandre fraîche**, cumin**, cannelle**, aneth*, fenouil**, fenugrec**, ail**, gingembre**, raifort*, origan**, menthe*, moutarde*, noix de muscade**, papikra*, sel gemme**, romarin*, safran**, sauge**, sel de mer*, sauce de soja*, tamarin** –  Tamarin : Fruit méconnu le Tamarin est le fruit d’un arbre appelé Tamarinier – Laxatif et émollient, le tamarin soulage les troubles digestifs (ballonnements, nausées, constipation…). Il est également indiqué dans le traitement des refroidissements et des maux de gorge. Il se présente sous forme de pâte , de mélasse noire ou de jus, il a un petit goût doux et acidulé très rafraîchissant.

Boissons : Les types Vata ont besoin de s’hydrater principalement avec des infusions, surtout des infusions épicées, telles que la cannelle et le gingembre (Faire infuser dans du lait de riz ou un autre lait végétal avec un sucre naturel non raffiné). Les plantes toniques sont excellentes. Les jus de fruits et l’eau avec du citron sont également excellents. Les Vata peuvent boire un peu d’alcool comme le vin.

 

 

 

Vitamines et minéraux : vitamines A, D et E ainsi que la vitamine C. Les minéraux comme le zinc et le calcium leur sont profitables, mais comme ils sont lourds à digérer, ils doivent être pris avec des épices.

Plantes médicinales : On favorise pour vata les plantes calmantes et les toniques nerveux tels que la camomille, la verveine, l’avoine fleurie, la mélisse et la cataire. Parmi les plantes indiennes, on retrouve l’ashwagandha et le shatavari, qui sont par ailleurs toutes deux reconnues comme toniques des surrénales et des fonctions sexuelles, donc de l’énergie vitale. D’autre part, les plantes dites carminatives, c’est-à-dire qui dispersent les gaz intestinaux et favorisent la digestion, sont aussi indiquées. Les meilleures carminatives sont le cumin, le fenouil et la cardamome, mais toute épice ou plante aromatique conviendra également : basilic, thym, menthe, romarin, graines de carvi, graines de céleri.

 

 

Pour conclure

Un esprit sain dans un corps sain
Un esprit sain dans un corps sain. Toute thérapie efficace passe par ce lien corps-énergie-esprit. C’est pourquoi des pratiques corporelles telles que le Yoga visent par le relâchement des tensions corporelles, à atteindre un état de paix mental propice à la méditation, qui tend vers l’état d’union (sens du mot yoga). Union entre le corps et l’esprit, union du principe masculin et féminin, union de Soi avec un grand tout, la nature, l’éveil spirituel ou de la conscience. En nous rapprochant du corps, nous nous rapprochons du spirituel.

 À RETENIR :

– Chaque être humain a une constitution unique par les 3 doshas avec la plupart du temps, un ou deux doshas prédominants.

– La maladie vient du déséquilibre du dosha de sa constitution de base.

– Le but n’est pas d’atteindre un équilibre parfait entre les 3 doshas, mais celui de la constitution de base.

– Cultiver la joie et la gratitude – Ecrire tous les matins une liste des choses qui nous font plaisir. Tous les matins, faire ue faire positive qui sera la phrase de la journée.

– Sortir de l’attitude de victime qui attire les émotions négatives

– La recherche de solution au lieu de la plainte amène l’énergie positive

Le principe de l’ayurveda est :

– D’adopter les bons comportements et une bonne alimentation pour veiller à l’équilibre des doshas de sa propre constitution.

  – De rééquilibrer le ou les doshas en cas de déséquilibre (pouvant aller jusqu’à la maladie) grâce à des comportements, une alimentation et des plantes adaptées.

Le principe du yoga est : de s’élever spirituellement pour atteindre la Réalisation du Soi et donc de développer ses capacités supérieures pour une vie équilibrée et joyeuse.

 Ne pas oublier pour rester en bonne santé : Sommeil, eau, gestion émotionnelle (essayer de revenir au moment présent tout au long de la journée, prendre du temps pour respirer et méditer), Soin de soi (se faire masser, aller au hammam…), nourriture saine (bio) et mouvement (activité physique : l’idéal une activité cardio-vasculaire à l’extérieur,vélo, marche, course à pied… et yoga.

Acheter la nourriture à haut taux vibratoire : chez les petits producteurs et le reste des aliments au magasin bio. Sachez que le bio des supermarchés n’est pas le même, car labellisé Europe et non pas ecocert ou autres qui sont des labels beaucoup plus contraignants. Sachez également ce que l’achat dans les supermarchés entraîne : une certaine forme de société non solidaire où le prix est le seul élément pris en compte au détriment de l’économie locale et des emplois. Acheter moins, acheter mieux et en conscience fait également partie de l’équilibre de la Terre.

Vata : Yoga & Ayurveda 

 

Une réflexion sur “ Vata : Yoga & Ayurveda ”

MOLLIN Pascale

J’en savais déjà pas mal sur mon dosha grâce à Nadège, par petites touches, mais cette lecture m’a été très instructive. Je me retrouve bien dans ce dosha et j’ai encore plus de précisions sur mes faiblesses et mes forces, et sur la façon d’agir et de pratiquer. Me reste à être un peu plus stricte, difficile pur une vata…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.