Menu

Yoga – Harmonisation du système endocrinien et Chakras

mars 28, 2014 - Chakras

Chakras2Yoga – Harmonisation du système endocrinien et Chakras

Le Yoga est une méthode globale de connaissance de soi qui a pour but de donner à chacun des moyens pratiques pour son épanouissement et sa réalisation spirituelle à travers des exercices appropriés (postures/respiration/travail énergétique/relaxation/méditation) mais également à travers l’étude philosophique des textes comme les yogas sutras de Patanjali, les Védas, le Mahabharata, etc.

La « Boîte à outils » du Yoga permet une auto-analyse. Le yoga permet d’observer tout ce qui se passe en nous : les pensées, les émotions, les peurs, les désirs, les souvenirs, les rêves, etc. pour se connaître soi-même, trouver le calme et la paix intérieure. Le Yoga procure un corps souple et sain, des nerfs solides, un mental équilibré, une personnalité sereine et dynamique. Il est admis, aujourd’hui que le Yoga est une discipline psychosomatique. Dans le yoga, il y a l’idée de responsabilité. Chacun doit se prendre en charge de manière complète.

 

 Le système endocrinien

Système endocrinien Fleur de Lotus

Le système endocrinien est composé de glandes endocrines qui sécrètent les hormones du corps humain. Le terme endocrine est issu de « endo » signifiant intérieur et de « kirinien qui veut dire secréter ». Ce système est autorégulateur. Il enregistre différentes données qui permettent de faire fluctuer les sécrétions en fonction de la lumière, de la température, des champs magnétiques, mais aussi de l’homéostasie (équilibre) chimique, physique et psychique du corps. Les hormones sont impliquées dans la croissance et le développement, la fonction des tissus, le métabolisme (affectant la régulation du poids et de la faim), et l’humeur. Elles jouent un rôle dans la relaxation corporelle, le stress, le plaisir, la frustration, la peur ou la joie. Elles sont capables d’agir à distance et par voie sanguine, indépendamment du système nerveux.

Les expériences scientifiques montrent la relation entre nos états d’âme et la sécrétion hormonale. Mais l’inverse est également vrai, nous savons que les déséquilibres hormonaux affectent notre humeur. Bien sûr, l’idéal serait que toutes les glandes endocrines fonctionnent correctement et d’une manière équilibrée. Toujours d’un point de vue spirituel ou psychique, lorsque les deux glandes de notre cerveau (Pinéale + Pituitaire) fonctionnent correctement, nous devenons alors capables de participer de la Grande Vie d’une manière satisfaisante. Nos capacités mentales et notre intuition s’en voit accrues et, parfois, multipliées par trois ou même cinq.En conséquence, les effets du yoga sont bénéfiques pour notre système endocrinien. Mais pourquoi et comment?

 Les glandes endocrines les plus importantes sont l’épiphyse (ou glande pinéale), l’hypophyse, la thyroïde et les parathyroïdes, le thymus, les îlots de Langerhans (dans le pancréas), les surrénales, les testicules et les ovaires.

L’épiphyse (ou glande pinéale) est située entre les deux thalamus du cerveau. Elle a un rôle central dans la régulation des rythmes biologiques (veille/sommeil). Elle nous aide à nous régénérer aussi bien physiquement que psychiquement. Du point de vue ésotérique, la pinéale est le lieu de rencontre du Haut et du Bas, c’est à dire des énergies cosmiques et des Plans invisibles avec les énergies planétaires et la personnalité terrestre. Cette glande s’atrophie par manque de vie spirituelle (d’où l’importance de la méditation et de la contemplation).

 2 -L’hypophyse (ou glande pituitaire) se situe au centre du crâne, à la base du cerveau. Elle est rattachée à l’hypothalamus, autre glande avec laquelle elle assure un rôle conjoint.  La glande pinéale est bien un organe double alors que les 2 hémisphères qui la constituent sont presque fusionnés. Elle favorise l’éveil. Les pensées négatives perturbent le fonctionnement de cette glande.

L’hypophyse est fondamentale dans la mesure où c’est elle qui fait le lien entre le système nerveux d’un côté et le système endocrinien de l’autre. Pour cela, elle produit une série d’hormones qui vont : réguler le fonctionnement des autres glandes endocrines, réguler la rétention d’eau au niveau des reins, déclencher les contractions utérines au moment de l’accouchement, stimuler la production de lait pour le nourrisson, contrôler la croissance (en régulant l’absorption des nutriments au niveau cellulaire) et par la même occasion réguler la glycémie (en association avec l’insuline). Le 3e œil est en rapport avec la glande pituitaire (hypophyse.)

3 –La thyroïde est située à la face antérieure du cou. Elle est superficielle. Elle permet de gérer la production énergétique au niveau cellulaire, en stimulant les dépenses énergétiques, en produisant de la chaleur (régulation du niveau énergétique du corps ; gère la mobilisation des réserves énergétiques en fonction des situations). Elle permet de contrôler les réflexes en rendant le corps plus sensible aux catécholamines jouant le rôle d’hormone ou de neurotransmetteur (adrénaline par exemple). Elle distribue l’iode dans tout le corps ; il faut savoir que l’iode attire la Force Vitale (Le Prana) et tonifie les tissus. Elle joue un rôle crucial dans le développement et la croissance. Elle permet la maturation du système nerveux central, la croissance osseuse. Elle gère la transformation de la nourriture en composés organiques. Elle régule la quantité de calcium présente dans le sang en la limitant, elle régule le métabolisme des protéines, des glucides, des lipides en accélérant leur utilisation par les cellules de l’organisme. Elle augmente le rythme cardiaque, la pression artérielle et la sudation. Les hormones T3 et T4 jouent de nombreux autres rôles au niveau des cheveux, des ongles, des dents, de la peau, du tube digestif.

4 – Les glandes parathyroïdes, situées à proximité de la glande thyroïde, sont au nombre de 4 (parfois le double), généralement deux supérieures et deux inférieures. Elles ont un rôle complémentaire à celle de la thyroïde. Elles jouent un rôle primordial dans le fonctionnement de plusieurs organes, notamment : les reins, les os, le duodénum (partie du tube digestif qui fait suite à l’estomac). Elles agissent sur l’organisme en libérant une hormone : la parathormone (PTH). La parathormone sert à réguler les taux de calcium et de phosphore dans le sang et participe à la transformation de la vitamine D afin de lui donner sa forme active.

5 – Le thymus est situé derrière sternum, entre les 2 poumons. Il participe, directement et indirectement, à la formation du système immunitaire de l’être humain (lymphocites T, thymosine, thymopoïétine I & II).  Ce n’est qu’à la naissance que l’être humain développe ses défenses immunitaires ; en quelque sorte le moi physique du nouveau-né va se dissocier de la mère et apprendre à se défendre contre tout ce qui n’est pas « Soi ».  Un déséquilibre dans le fonctionnement correct du thymus peut conduire à toutes sortes de déséquilibres du système immunitaire chez les enfants, et naturellement aussi plus tard chez les adultes.  Le terme « Thumos » en grec signifie « en relation avec le souffle de vie » ou « âme-personnalité » (Jivatman).  Il a la même racine que Thymos ou « sacrifice » dans le sens « dévotion », « sacré ».

6 – Le cœur est aussi une glande endocrine. La glande endocrine du cœur est placée entre les deux seins, sous la glande du thymus. Elle est reliée aux plexus nerveux sympathiques cardiaques. Elle est très sensible à l’activité du nerf pneumogastrique (ou nerf vague), qui est le nerf principal du système parasympathique. Sa fonction est de sécréter une hormone qui a pour effet de relâcher le corps dans son ensemble et de rasséréner. L’équilibre des fonctions vitales est en lien avec l’harmonie et la sérénité intérieures.

7 – Les îlots de Langerhans sont disséminés dans le pancréas et ne constituent que 1 à 2% de la masse totale de l’organe. Ces agrégats comprennent plusieurs types de cellules, les cellules alpha et bêta étant les plus importantes. Les cellules alpha produisent le glucagon, l’hormone qui provoque la libération du sucre dans le sang ; les cellules bêta produisent l’insuline qui provoque l’absorption du sucre dans les cellules et qui fait donc baisser le taux de glycémie. Le glucagon stimule à la fois la sécrétion de l’insuline et celle de la somatostatine. Son rôle primordial est de maintenir la livraison constante et suffisante du carburant principal, le glucose. Les niveaux de glucagon augmentent en cas de jeûne ou durant ou après un exercice et sont très sensibles à des modifications modestes des taux de glucose. La somatostatine est capable d’une variété d’actions dites inhibitrices, c’est-à-dire qu’elle empêche en partie ou en totalité l’action d’autres substances. On a démontré à ce jour que la somatostatine peut inhiber le relâchement d’hormones de la glande maîtresse (l’hypophyse), du pancréas et du système gastro-intestinal. De plus, la somatostatine diminue l’acidité gastrique et la contractilité des muscles lisses de l’intestin. Elle agirait également comme intermédiaire dans le système nerveux central.

8 – Les surrénales sont situées chacune au-dessus d’un rein et leur hormone principale est l’adrénaline (qui signifie littéralement « vers les reins »). Elles sont formées de deux glandes, associées anatomiquement, mais dont l’origine et la fonction sont différentes. Lorsqu’on coupe transversalement une glande surrénale, on voit à la périphérie une zone jaunâtre assez ferme, le cortex surrénalien, ou « corticosurrénale » et une zone centrale rougeâtre, très vascularisée : la « médullosurrénale ».

La corticosurrénale sécrète des substances indispensables à la vie qui sont regroupées dans trois catégories :

1 – Les hormones glucocorticoïdes : cortisol et corticostérone qui ont un rôle très important dans la régulation des grandes fonctions de l’organisme. Le cortisol a une action hyperglycémiante et favorise la mise en réserve du glucose sous forme de glycogène dans le foie. La sécrétion de cortisol varie au cours de la journée. Elle est minimale, par exemple, entre 3 et 5 heures du matin, et c’est effectivement un moment de plus grande vulnérabilité de l’organisme. Il favorise la destruction des protéines en formant des acides aminés. Sur les lipides, il provoque une redistribution des graisses.

2 -Les hormones minéralocorticoïdes : aldostérone. L’aldostérone provoque la rétention du sodium par l’organisme et la fuite urinaire du potassium ; elle joue également un rôle dans l’équilibre acido-basique. Elle agit essentiellement au niveau des reins.

3 – Un certain nombre d’androgènes (généralement une hormone stéroïdienne qui stimule ou contrôle le développement et le maintien des caractères masculins chez les vertébrés) sont sécrétés à la fois par la corticosurrénale et par les gonades (il s’agit des testicules chez l’homme et des ovaires chez la femme).

La médullosurrénale : Elle sécrète des catécholamines (noradrénaline et adrénaline). L’adrénaline agit par augmentation du débit cardiaque et de la pression artérielle. Elle a un effet dilatateur sur les vaisseaux du foie et du cerveau.

L’adrénaline a deux origines dans l’organisme : c’est d’une part une hormone sécrétée par la glande médullosurrénale (catécholamines) et d’autre part un médiateur chimique libéré et agissant au niveau des terminaisons nerveuses du système sympathique.

L’adrénaline stimule les récepteurs alpha et bêta. Son rôle est la défense de l’organisme contre les agressions. La stimulation de la surrénale par l’hypophyse provoque la sécrétion rapide d’adrénaline qui accélère le cœur, contracte certains vaisseaux (reins, peau, muqueuses) et augmente la tension artérielle et la glycémie. Elle dilate les musculatures bronchiques et intestinales.

La noradrénaline a une action constrictive sur les vaisseaux périphériques et une action dilatatrice sur les coronaires. Les deux produits inhibent la musculature striée du tube digestif, des bronches et de la vessie. Pour équilibrer les surrénales, il est important de ne pas se laisser dominer par ses passions et de prendre conscience des problématiques intérieures afin de se pacifier. Les tendances agressives, les sensations de séparation, de voir les autres comme une menace… augmentent le déséquilibre.

8 – Gonades : Les ovaires et les testicules sécrètent un certain nombre d’hormones favorisant la procréation.

Les ovaires assurent le maintien des caractères sexuels qui permettent la procréation (et la gestation) et participent à la stimulation des organes impliqués dans ce processus : utérus, vagin et trompes. Ils sont en lien direct avec l’hypophyse et le cycle lunaire. La progestérone qui est l’hormone de gestation est très sensible au stress et stabilise la sécrétion des œstrogènes.

Les testicules, les gonades mâles produisent les spermatozoïdes (extérieur) et secrètent la testostérone (intérieur). Les hommes ont un cycle hormonal (cycle solaire) encore mal connu aujourd’hui. Lorsqu’il y a déséquilibre dans la production des hormones mâles, l’agressivité va s’installer de manière permanente.

Si l’énergie sexuelle est mise au service de l’élévation spirituelle, au service de l’hypophyse et du cœur en particulier, l’activité des glandes sexuelles servira à vivre en harmonie avec l’autre sexe et renforcera l’amour familial.

On a longtemps considéré les glandes endocrines comme des horloges internes de nos cycles biologiques. Mais il n’est pas certain que le temps soit une réalité à l’échelle de l’univers. Donc, nous pouvons dire qu’elles coordonnent les cycles de la vie organique en synchronicité avec les cycles cosmiques et naturels qui nous entourent.

Ces cycles ne sont pas de nature spatio-temporelle, mais d’une qualité vibratoire dont les harmoniques sont en résonance.

 Les glandes endocrines participent à ces cycles et ces pulsations, et elles les représentent sur le plan physique, à condition que notre mental ne fasse pas obstacle. Les glandes sont aussi influencées par notre psychisme qui comme le mental peut bloquer cette union de notre être avec l’essence cosmique et qui rend la vie moins harmonieuse. Les cycles biochimiques, métaboliques, fonctionnels et régénérateurs du corps dépendent de cela.

Mais comment nos pensées affectent-elles nos glandes ?

L’énergie vitale (prāna, shakti, ki ou chi) circule dans tout le corps suivant des canaux appelés méridiens ou nadis dans la médecine ayurvédique. À l’intersection de ces méridiens se situe ce qu’on appelle les chakras, des centres de régulation énergétique. Ils se présentent à la manière d’un diabolo, les ouvertures s’évasent vers l’avant et vers l’arrière. Ils agissent comme des antennes et des centres de communication avec les organes du corps. Mais aussi, ils nous mettent en communication avec les énergies de la terre et celles de l’univers. Les enseignements traditionnels décrivent essentiellement les 7 principaux chakras, qui sont fondamentaux dans notre fonctionnement. Ils sont situés sur le canal énergétique central de la colonne vertébrale.

ChakraNom sanskritLocalisationGlandes associées
CouronneSahasraraSommet du crâneÉpiphyse (ou pinéale)
ConscienceAjnaEntre les sourcils, à la base du nezHypophyse
GorgeVishuddhiGorgeThyroïde & Parathyroïdes
CœurAnahataSur le sternum au niveau de la poitrineThymus – Cœur
Plexus solaireManipuraAu niveau du nombrilPancréas 
Plexus sacréSvadhistanaAu niveau du sacrumGonades
Racine (ou base)MuladharaAu niveau du coccyxSurrénales

Les chakras secondaires dépendent des chakras principaux, ainsi ceux des épaules, des coudes, des poignets, des doigts, sont reliés au chakra du cœur. Ceux des hanches, les genoux, les chevilles, les orteils, les pieds sont reliés au chakra racine.

Chakras et glandes endocrines

L’état énergétique des chakras varie en fonction de l’état émotionnel, mental et spirituel de la personne tout comme les glandes endocrines. Le lien entre la structure physiologique, les corps subtils et les chakras est réalisé par les glandes endocrines. Chaque chakra principal est en synergie avec une glande endocrine qui joue le rôle d’intermédiaire. Les glandes endocrines sont en quelque sorte des interfaces de notre psychisme.

Les glandes endocrines déversent des hormones dans le sang, qui ont un impact sur l’émotion et l’état psychologique de l’individu. Il y a donc un lien direct et à double sens, entre les glandes, les chakras et l’état psychologique. Le bon fonctionnement des chakras produit un sentiment de bien-être, la sensation d’être en forme et à sa place. Inversement, un déséquilibre psychologique détériore les chakras. Il est donc possible, en rétablissant l’équilibre psychologique par la conscience de soi, de remédier à la perte de vitalité des chakras. Le but que l’on recherche par le développement de nos centres psychiques est de se parfaire spirituellement afin de développer la compassion, l’amour, la justice, la bonté et le respect. La quantité d’énergie des chakras est de même niveau que le degré de conscience ou d’évolution de l’être. Plus l’on évolue, plus notre conscience s’élargit et plus nos chakras s’ouvrent en laissant passer l’énergie.

Rôle des Chakras

Les chakras servent à absorber l’énergie vitale, qui nous entoure. L’énergie reçue est alors métabolisée par chaque chakra puis envoyée dans les parties du corps dépendant du système nerveux majeur le plus proche. Cette énergie est indispensable au bon fonctionnement des corps subtils et du corps physique. La tradition orientale lui donne le nom de prana ou de chi. Si un chakra cesse de bien fonctionner, l’absorption de l’énergie en souffre, et les organes dépendants s’affaibliront.

Comment fonctionnent les chakras principaux ? Quel est leur rôle dans notre santé et notre évolution ?

Nous allons aborder ici leur description dans l’ordre de leur localisation dans le corps du bas vers le haut. Cela correspond à l’ordre de la montée de l’énergie au fur et à mesure du développement spirituel de la personne.

Les chakras sont symbolisés par des fleurs de lotus et une forme circulaire tournant sur elle-même tandis que des pétales de la fleur de lotus se déploient l’un après l’autre. Le lotus représente la réalisation de l’être, l’accomplissement spirituel. La fleur incarne le principe féminin ou passif de la manifestation qui l’assimile à un réceptacle, une coupe, un vase recevant l’influence du principe masculin ou actif. Cette distinction entre principes passif et actif se retrouve dans les différentes formes traditionnelles : Prakriti/Purusha en Inde, yin/yang en Chine, féminin/masculin en Occident. De l’union de ces deux principes naît la manifestation de l’être et de toutes ses possibilités de réalisation dans toute forme traditionnelle.

Chaque chakra a ses caractéristiques et correspond à une couleur, à un élément et à des fonctions physiques et émotionnelles très précis. De plus chaque chakra vibre à une fréquence particulière.

L’influence des chakras sur la santé de notre corps physique s’explique par le principe selon lequel notre corps astral, où se situent les chakras, vibre à une fréquence plus élevée que notre corps physique, plus dense. Les troubles du premier se traduisent dans le second, entraînant les maladies. Ces dysfonctionnements peuvent se matérialiser soit par le rétrécissement des chakras ou par le ralentissement de leur vitesse de rotation, ce qui traduit une relative inactivité des organes, soit par l’élargissement des chakras ou par l’augmentation de leur vitesse de rotation, signe de problèmes à la fois physiques et émotionnels. C’est ce dernier phénomène que l’on observe sur le chakra du plexus solaire lorsque les surrénales travaillent trop, du fait du stress..

 Premier chakra – Chakra Racine – Muladhara Chakra

(« Mūla » : racine ; « adhāra » : support)

 Le Chakra racine est associé aux surrénales (instincts de base : fuite…). Il est situé à la base de la colonne vertébrale au niveau du coccyx. Il est en relation avec la force de vie. C’est le fondement du fonctionnement du corps. Il relie l’homme à la terre. C’est l’enracinement et la sécurité, ce qui touche à la vie matérielle et physique. Dans un chakra en bonne santé, la force de vie est fluide et circule. Il est la racine du nadi « sushumna » où repose la Kundalini shakti (l’énergie spirituelle). Il est représenté par un lotus à quatre pétales (l’équilibre de base avec les points cardinaux) ; sa couleur est le rouge. L’élément physique est la terre ; le sens est l’odorat ; le son semence de l’élément terre (bija élément mantra) est « LAM » ; les sons des pétales sont reliés aux lettres de l’alphabet sanskrit (l’essor ou évolution du son primordial au travers des 50 lettres de l’alphabet sanskrit) : « vaṁ ; śaṁ ; șaṁ, saṁ » (bijas chakra mantra).

Parties du corps : les os, la colonne vertébrale, les ligaments, les dents, et les ongles, les cheveux. Son activité se manifeste aussi dans le système d’élimination, l’anus, le rectum, la prostate, le gros intestin, le sang, lymphe, et la structure cellulaire, les jambes et les pieds

Bien Équilibré: Matérialisation, lien profond avec la terre et ses créatures, grande énergie pour le travail et la vie en générale, stabilité bon moral et physique, force vitale et sentiment de sécurité.

Mal Équilibré: Colère, agressivité, ne pense pas aux conséquences de ses actes, sentiment d’insécurité, manque d’énergie, anorexie, obésité, et constipation. Déconnexion d’avec la réalité, fuit des responsabilités et instabilité.

2e chakra – Chakra sacré – SVADHISTANA

Le chakra sacré Svadhistana est associé aux gonades (glandes sexuelles). Le 2ème chakra se situe au niveau du ventre à 3 cm sous le nombril et au niveau de la dernière lombaire et 1ère vertèbre sacrée. Il est lié au sentiment de plaisir au travers de nos sens (plaisirs nutritionnels, sexuels, sensuels, émotionnels, spirituels). Il est le siège de l’identité, de l’ouverture aux autres, l’échange, le contact. Il est également lié à la procréation, la famille, la créativité, l’imagination, la fantaisie, la courtoisie, la patience, la compréhension et l’amour de la vie. C’est aussi la reproduction de l’essence divine. Il est représenté par un lotus à 6 pétales (polarise et disperse toute fécondité ; les forces s’échappant dans toutes les directions) et sa couleur est l’orange. L’élément physique est l’eau ; le sens est le goût ; le son de l’élément eau (bija élément mantra) est « VAM ». Les sons des pétales sont reliés aux lettres de l’alphabet sanskrit (l’essor ou évolution du son primordial au travers des 50 lettres de l’alphabet sanskrit) : « baṁ, bhaṁ, maṁ, yaṁ, raṁ, laṁ » (bijas chakra mantra).

Parties du corps : La ceinture abdominale, la zone lombaire. Tout le système de reproduction, les reins, la vessie, la lymphe, les sucs gastriques.

Bien Équilibré: Énergie sexuelle, force créatrice, siège des émotions, et plaisir divin.

Mal Équilibré: Force sexuelle destructrice, refus de la sexualité, adolescence difficile, refoulement et froideur émotionnelle.

3e chakra – Chakra du Plexus Solaire – Manipura

Le chakra Svadhistana est associé au Pancréas (ainsi que le foie et le plexus solaire, ce dernier qui n’est pas une glande endocrine à proprement parler, mais qui agit comme une centrale téléphonique par laquelle passe toutes les communications internes). Il est situé au niveau du plexus solaire (au creux de l’estomac) et au niveau de la 1re et 2e vertèbre lombaire. Il est le siège de l’énergie vitale. Il nous permet de diriger l’énergie vitale dans le corps, comme à l’extérieur. Il intervient également dans la régulation thermique. C’est le siège de la liberté, la volonté, l’affirmation de soi. Il est représenté par un lotus à 10 pétales (l’élan du cosmos dans l’expérience de l’impermanence) et sa couleur est le jaune. L’élément physique est le feu ; le sens est la vue ; le son de l’élément feu (bija élément mantra) est « RAM ». Les sons des pétales sont reliés aux lettres de l’alphabet sanskrit (l’essor ou évolution du son primordial au travers des 50 lettres de l’alphabet sanskrit) : « ḍaṁ, dḥaṁ, ṇaṁ, taṁ, thaṁ, daṁ, dhaṁ, naṁ, paṁ, phaṁ » (bijas mantra chakra).

Parties du corps : milieu du dos, cavité abdominale, système digestif, estomac, foie, rate, vésicule biliaire, nerf sciatique et pancréas.

Bien Équilibré: Confiance, autorité, énergie rayonnante, enthousiasme, force, purification spirituelle, relations sociales harmonieuses et constructives, captation et compréhension des énergies ambiantes positives ou négatives, protection, sensation de paix, et acceptation du plan de vie de du rôle social.

Mal Équilibré: Manque de confiance en soi et en la vie, rébellion, contrôle, agitation, insatisfaction, frustration, refus du plan de vie, manque d’estime de soi, sentiment de supériorité ou d’infériorité, sentiment d’insuffisance, difficulté a lâcher prise et a se détendre, irritabilité, dépression, et l’impression de ne pas être a sa place.

4e chakra – Chakra du Coeur – Anahata

Le chakra du cœur est associé au thymus et au cœur. Ce chakra se situe au centre de la poitrine, au niveau du cœur. Il est résonance avec la 4e vertèbre thoracique. C’est le premier des chakras supérieurs correspondant au domaine spirituel, les trois premiers chakras étant reliés au monde physique et matériel. Il est le siège de l’amour de soi et d’autrui, la paix, la sympathie, l’indulgence, le pardon, la confiance et l’élévation spirituelle. Il est représenté par un lotus à 12 pétales (analogie avec le cycle du zodiaque : la fin de la matière et la sortie possible hors de la matière) et sa couleur est le vert. L’élément physique est l’air ; le sens est le toucher ; le son de l’élément air (bija élément mantra) est « YAM ». Les sons des pétales sont reliés aux lettres de l’alphabet sanskrit (l’essor ou évolution du son primordial au travers des 50 lettres de l’alphabet sanskrit) : « Kaṁ, khaṁ, gaṁ, ghaṁ, ṅaṁ, caṁ, chaṁ,jaṁ, jhaṁ, ňaṁ, taṁ, thaṁ » (bijas chakra mantra).

Parties du corps : le cœur, la partie supérieure du dos, la cage thoracique, le sang, la circulation sanguine et la peau

Bien Équilibré: Amour inconditionnel, tendresse, acceptation, guérison, compassion, énergie transformatrice, lien avec l’âme, la joie, la confiance, et la serviabilité.

Mal Équilibré: Manque d’amour, sentiments négatifs, déception, séparation, rejet de la tendresse et de la douceur, dépendance affective, amour conditionnel, rigidité, froideur, et indifférence émotionnelle.

5e chakra – Chakra de la gorge – VISHUDDHI ou Vishuddha

Le chakra de la gorge est associé à la thyroïde & parathyroïdes. Il est situé au niveau de la gorge, dans la région de la pomme d’Adam. Il se manifeste par l’expression de l’intellect et la faculté de la communication. C’est le centre de toute forme de communication, de la créativité et de l’expression personnelle. Il est le siège de l’expression de la personnalité, de l’émotionnel et la capacité à guider autrui. Il est représenté par un lotus à 16 pétales (le nombre 16 est la représentation du cube, la forme la plus achevée de la matière qui, si elle ne peut se renouveler dans la spiritualité, va mener au désastre) et sa couleur est le bleu. L’élément physique est l’éther (donne accès à akāsha) ; le sens est l’ouïe ; le son de l’élément éther (bija élément mantra) est « HAM ». VISHUDDHI chakra est intimement lié au 2ème chakra. Les sons des pétales sont reliés aux lettres de l’alphabet sanskrit (l’essor ou évolution du son primordial au travers des 50 lettres de l’alphabet sanskrit) : « aṁ, āṁ, iṁ, īṁ, uṁ, ūṁ, rṁ, ṝṁ, Ļṁ, Ḹṁ, eṁ, aiṁ, oṁ, auṁ, aṁ, aḥ » (bijas chakra mantra).

Parties du corps : la gorge, le cou, la nuque, la mâchoire, les oreilles, les cordes vocales, la voix, les bronches, l’œsophage, les poumons, les bras.

Une énergie équilibrée rend une personne capable de s’exprimer en public et de réaliser sa créativité. C’est la capacité à dire, mais aussi à écouter. C’est aussi s’écouter et suivre son intuition. C’est avoir le sentiment d’être relié à une « force » spirituelle qui nous guide. C’est évacuer ses émotions par le verbe. Être disponible dans la neutralité d’un dialogue ouvert sans crainte ni timidité.

Bien Équilibré:  Quand ce chakra est stable et calme, les énergies circulent harmonieusement, car il émet et coordonne la circulation de l’énergie dans tout le corps. Communication, expression de l’intellect, chant, musique, art, danse, écoute de la voix intérieure, facilite d’expression, sincérité, langage clair et imaginatif, voix mélodieuse, intégrité et poésie.

Mal Équilibré: Si le chakra de la gorge est perturbé par les émotions, cela perturbe l’équilibre intérieur : Sentiment d’insatisfaction & de frustration montent en nous et poussent à rechercher la satisfaction à l’extérieur. Dans cette situation, tous les pics émotionnels se manifestent : Colère, haine, souffrance, anxiété, dépression, apathie…Tant que le chakra de la gorge n’a pas retrouver son équilibre intérieur, les énergies subtiles entre la tête et le cœur sont privés de leur énergie nourricière et nous sommes incapables d’être à l’écoute profonde de nos sens et de notre affectivité authentique. Difficulté à s’exprimer, rationalisme, langage grossier et brutal, désir de sauver les apparences, caractère enjôleur, trompeur et manipulateur, timidité, personnalité introvertie, parole axée sur l’extérieure des choses et des êtres.

6e chakra – Chakra du troisième œil – AJNA

Le chakra du 3e œil est associé à l’hypophyse. Il se situe entre les deux yeux à la base du nez. Il représente la vision de la vie, la connaissance du soi, le discernement, l’intuition, l’imagination créatrice, la clarté et l’unité. Il correspond l’inspiration et à l’éveil spirituel. Il est au-delà du temps et peut ralentir le vieillissement. C’est le chakra de la méditation, de la vision intérieure, du don de clairvoyance et de médiumnité, de sagesse et de grande perception sous toutes ses formes. C’est également le siège de l’intelligence, de la mémoire, de la capacité à synthétiser les choses. Il sert à prendre conscience de notre nature profonde, et permet de se connecter à notre Être intérieur. Il est représenté par un lotus à 2 pétales (la lune et le soleil : point d’équilibre). Il est au-delà des éléments. Le son est le « Om ». Ajna chakra est très intimement lié au chakra racine. Les sons des pétales sont reliés aux lettres de l’alphabet sanskrit (l’essor ou évolution du son primordial au travers des 50 lettres de l’alphabet sanskrit) : « haṁ, kşaṁ », le reflet du Prana et du Mental.

Parties du corps : Le visage (oreilles, nez, sinus, yeux, front), le cervelet, le système nerveux central et la régulation de la teneur en eau du corps.

Bien Équilibré: Perception consciente, forces mentales supérieures, aptitudes intellectuelles, clairvoyance, clair-audience, intuition, visualisation, dépassement des limites de la pensée rationnelle, compréhension métaphysique du monde matériel et découverte des mondes parallèles.

Mal Équilibré: Critique, manque de vision, refus des connaissances spirituelles, esprit vengeur, isolement, fausses croyances, illusion, vie dominée par des désirs matériels et des besoins physiques, distractions, pensées floues et confuses, troubles visuels et manque de pureté dans la médiumnité.

7e chakra – Chakra coronal – SAHASRARA

Le chakra coronal est associé à l’épiphyse (pinéale). Cette glande est le relais entre le corps et les autres plans de conscience. Il se situe sur le sommet de la tête au niveau de la fontanelle. Il relie aux énergies du cosmos. Il correspond à la sagesse (connaissance de l’univers), la voie spirituelle, la connaissance totale de soi, la pureté, la sagesse et la conscience de l’âme. La concentration sur ce chakra permet d’attirer les énergies intérieures et ambiantes à des fins spirituelles, ou pour s’intégrer au mental cosmique. Il est représenté par un lotus à 1000 pétales et sa couleur est le blanc. Le blanc est la synthèse de toutes les couleurs. Il contient tous les bijas-éléments-mantras et bijas-chakras- mantras. Le son est le « Om » ; « Oṁ Oṁ Haṁsaḥ So’haṁ svāhā » (élévation de la conscience du Soi divin et de la pure conscience)

Parties du corps : Le cerveau et la zone du cerveau. Système nerveux central.

Compte tenu de notre mode de vie, et surtout de notre mode limité de sentir et de penser, il est rare que ce chakra coronal soit pleinement développé.

D’un certain point de vue, il est le symétrique du chakra de la base qui nous relie à la terre. Toutefois, tandis que l’énergie terrestre est dense, l’énergie céleste est très subtile. Cela ne signifie pas que l’une est meilleure que l’autre. Elles se complètent. Le chakra coronal ne peut se développer harmonieusement que si le chakra de la base est solide. Le corps est le véhicule de l’énergie céleste, qui elle-même nourrit le corps et les chakras à travers le chakra coronal. L’énergie céleste pénètre dans la matière et donne naissance à des formes concrètes. C’est le mariage de l’énergie céleste et de l’énergie terrestre qui permet la création vivante.

Bien Équilibré: Connaissance spirituelle, compréhension de langage symbolique, source de manifestation divine, rêves. Énergie Universelle, compréhension parfaite, méditation, don de soi, harmonisation totale des chakras et fusion cosmique.

 Mal Équilibré: incertitude, sentiment de vide, absence de but précis, peur de la mort, manque d’énergie, incompréhension de la divinité, refus de la connaissance.

Aujourd’hui, nous avons trop souvent l’habitude de prendre des hormones pour remédier aux dysfonctionnements des glandes endocrines (notamment pour la thyroïde), plutôt que de chercher à savoir pourquoi elles sont déséquilibrées. On sait maintenant que le fait de prendre des hormones provoque la mise en repos de la glande traitée. Notre être est d’abord constitué d’énergie et de conscience avant se bâtir avec la matière et l’intellect. Les glandes endocrines sont le reflet de ce que nous sommes intérieurement, de nos pensées et de nos émotions. La prévention de leur déséquilibre passe par une bonne hygiène physique, psychique et mentale. Le yoga permet à travers différents exercices, postures, respiration, et surtout les exercices psycho-énergétiques (les bandhas) de rétablir l’équilibre de ce système endocrinien pour un bon équilibre physique, mental et psychique. Il favorise l’évolution spirituelle nécessaire à notre épanouissement et permet de dépasser les blessures émotionnelles et les systèmes de pensées erronées pour rétablir la circulation énergétique dans le corps.L’être humain détient bien plus de puissance en lui qu’il ne croit. Il n’a pas encore CONSCIEMMENT exploré et compris l’importance de ses pensées et de ses émotions. Aussi lui est-il salutaire d’apprendre à faire le lien entre ses croyances, ses émotions, conscientes et inconscientes, et les événements de sa vie.

Chakras2

Yoga – Harmonisation du système endocrinien et Chakras

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.