Energie du cœur

Rôle des Chakras

Il existe deux dharmas, le dharma universel qui est la loi de l’univers (les lois de la nature, des astres, etc.) et le dharma personnel (le chemin de vie – svadharma). Notre chemin de vie dépend souvent de schémas dans lesquels nous nous sommes inconsciemment inscrits pour répondre aux circonstances de la vie et de notre karma. Le Karma et ces schémas peuvent être « brûlés » par la pratique du yoga : ce sont les exercices de purification (Kriyas) – mais pour quelle raison est-il si important de sortir de ces schémas ? D’abord pour notre propre bien-être et celui de ceux qui nous côtoient, car une personne responsable est plus à même de gérer ses émotions et donc d’être dans la bienveillance et la compassion. Là est le mot la compassion, le seul but du yoga est d’ouvrir le Cœur, le seul état de conscience où se trouve la joie.

 

Le Yoga est une discipline psycho-énergétique. L’être humain a besoin d’être considéré dans sa globalité physique et temporelle pour se relier à l’univers. Pour mener notre vie de la meilleure manière possible, nous avons besoin d’un corps stable et solide et d’un état d’équanimité. Les asanas (Postures) donnent de la force, de l’énergie, de la vitalité et la capacité à vaincre les pensées négatives. Elles permettent de nettoyer très profondément le système énergétique pour rester en bonne santé (physique & psychologique), par la vibration de la forme et l’ouverture. Elles permettent également de développer la volonté, la confiance, la mémoire, la personnalité, la pureté mentale et favorisent un bon sommeil. D’un point de vue physique et fonctionnel, elles stimulent toutes les fonctions du corps et ont un effet thérapeutique.

Le Prana est la substance subtile qui régit l’univers entier. Il est la force vitale qui nous anime. Cette énergie revitalise à travers la respiration et l’alimentation. Il nous relie au cosmos. Il circule dans le corps par l’intermédiaire des nadis (méridiens) qui seraient au nombre de 72000. Chaque emplacement ou deux ou plusieurs nadis se croisent constitue un chakra. Il existe de nombreux chakras dans le corps (un grand nombre de chakras servent de points d’acupression. Les chakras ressemblent à des vortex énergétiques, un peu comme des diabolos. Il existe 7 chakras principaux. Les chakras servent à absorber l’énergie vitale, qui nous entoure. L’énergie reçue est alors métabolisée par chaque chakra puis envoyée dans les parties du corps dépendant du système nerveux majeur le plus proche. Cette énergie est indispensable au bon fonctionnement des corps subtils et du corps physique. Ce sont les principaux points d’énergie du corps, par lesquels les échanges énergétiques ont lieu entre l’intérieur et l’extérieur.  Ils canalisent les énergies à travers l’organisme vers l’axe central formé par la colonne vertébrale, du sommet du crâne au coccyx. Ils sont symbolisés par des fleurs de lotus et une forme circulaire tournant sur elle-même tandis que des pétales de la fleur de lotus se déploient l’un après l’autre. Le lotus représente la réalisation de l’être, l’accomplissement spirituel. La fleur incarne le principe féminin ou passif de la manifestation qui l’assimile à un réceptacle, une coupe, un vase recevant l’influence du principe masculin ou actif. Cette distinction entre principes passif et actif se retrouve dans les différentes formes traditionnelles: Prakriti/Purusha (ou Shakti/Shiva) en Inde, yin/yang en Chine, féminin/masculin en Occident. De l’union de ces deux principes naît la manifestation de l’être et de toutes ses possibilités de réalisation dans toute forme traditionnelle. Chaque chakra a ses caractéristiques et correspond à une couleur, à un élément et à des fonctions physiques et émotionnelles très précises. De plus chaque chakra vibre à une fréquence particulière.

L’influence des chakras sur la santé de notre corps physique s’explique par le principe selon lequel notre corps astral, où se situent les chakras, vibre à une fréquence plus élevée que notre corps physique, plus dense. Les troubles du premier se traduisent dans le second, entraînant des maladies. Ces dysfonctionnements peuvent se matérialiser soit par le rétrécissement des chakras ou par le ralentissement de leur vitesse de rotation, ce qui traduit une relative inactivité des organes, soit par l’élargissement des chakras ou par l’augmentation de leur vitesse de rotation, signe de problèmes à la fois physiques et émotionnels. C’est ce dernier phénomène que l’on observe sur le chakra du plexus solaire lorsque les surrénales travaillent trop, du fait du stress.

Trois noeuds énergétiques protègent le corps d’une surtension. Les nœuds se défont au fur et à mesure du travail et à chaque fois, une porte de conscience s’ouvre :

Que signifie le terme Granthis? Granthi veut dire « nœud  » – Traditionnellement, ils sont au nombre de trois. Nous naissons avec les granthis qui en fait représentent les trois enseignements que nous devrons comprendre pour nous ouvrir à nous-mêmes. Chacun de ses granthis possèdent deux registres qui nous permettent donc d’évoluer.

  • Brahma Granthi au niveau de Muladhara Chakra (Corps Physique) :  Dans le premier registre, il est lié à l’animalité, la défense du territoire, tout ce qui est matériel, la nourriture, la sexualité et plus fondamentalement encore à la peur de mourir. Dans le second registre, il est la transcendance de cette animalité. Brahma Granti est dénoué lorsque la personne recherche le bonheur à l’intérieur du Soi et non plus à l’extérieur. Son émotion primaire est la peur (de la mort). Dans Muladhara Chakra, l’individu est lié aux cinq sens et à leur jouissance. Apprendre à contrôler les sens permet de délier ce lien. Une fois le voile de Maya (l’illusion) levé, il est possible de percevoir l’Unité fondamentale de l’Univers.
  • Vishnu Granthi au niveau d’Anahata Chakra (Corps Astral/Emotionnel) : Dans le premier registre, il est le lieu de l’Ego et la personnalité dont nous héritons à notre naissance et plus fondamentalement encore à la peur d’être seul. Dans le second registre, il est lié à la qualité de l’amour, l’amour universel (L’amour s’opposent à l’Ego) – Il est Ouverture. Il ne peut être dénoué qu’avec la dissolution de L’Ego, l’amour inconditionnel, la compassion et le pardon (à soi-même et aux autres). Vishnu Granthi correspond à l’attachement, à la dualité (le bon/Le mauvais etc…), au monde des émotions. C’est là que se retrouvent tous les attachements émotionnels : attachement à un partenaire, un parent, engagement social, politique, etc. Le chakra du Cœur, Anahata Chakra établit le lien entre la sphère physique (3 premiers chakras) et la sphère spirituelle (3 derniers chakras). L’énergie d’Anahata transforme l’énergie des 3 premiers en une énergie d’amour qui transcende tous les attachements.
  • Rudra Granthi est situé au niveau d’Ajna Chakra( Corps causal) : dans un premier registre, il est la représentation de l’intellect, ce qui enferme l’individu dans ses conditionnements (culturels et moraux principalement). Dans le second registre, il est la possibilité de vivre sa spiritualité en toute clairvoyance. Il représente le monde de la pensée, de l’intuition (« antennes »), des visions (compréhension rationnelle & intellectuelle). Lorsque nœud est dénoué, il est possible d’élargir le champ de la conscience (ouverture d’esprit, sans mental, sans jugement).

 

Vishnu Granthi & Hridaya, le cœur spirituel : Hridaya n’est pas le cœur en tant qu’organe, mais comme centre de la conscience, au delà du corps et de l’esprit. Avec Hridaya, il est question de la Réalisation du Soi, même si pour atteindre cette réalisation, il y a une nécessité de se libérer des entraves émotionnelles. Anahata chakra est le reflet d’hridaya. Vishnu Granthi, ce sont les liens engendrés par l’identification de l’ego au corps et à l’esprit et qui entraîne la dualité. Dissoudre Vishnu Granthi permet  d’aller au-delà des perceptions, des schémas et du karma et retrouver la liberté de l’âme. 

  Le 4e chakra – chakra du cœur – ANAHATA

Le chakra du cœur est associé au thymus. Ce chakra se situe au centre de la poitrine, au niveau du cœur. Il est résonnance avec la 4e vertèbre dorsale. C’est le premier des chakras supérieurs correspondant au domaine spirituel, les trois premiers chakras étant reliés au monde physique et matériel. C’est le cœur central, là où se rencontre l’énergie des trois chakras de base (monde physique & matériel) et l’énergie des trois chakras de la tête (Monde spirituel).  Il est le siège de la source universelle, celle qui est en tout et partout (en cela comme l’élément air qui le représente), de l’amour de soi et d’autrui, la paix, la sympathie, l’indulgence, le pardon, la confiance et l’élévation spirituelle.

  • Il est représenté par un lotus à 12 pétales (analogie avec le cycle du zodiaque : la fin de la matière et la sortie possible hors de la matière)
  • Couleur : vert.
  • Élément physique : l’air
  • Pouvoirs : Amour inconditionnel
  • Élément physique : l’air
  • Organe de sens : la peau
  • Organe de l’action : le cœur
  • Sens : toucher
  • Vayu : prana
  • Forme : l’étoile à six branches ; 2 triangles imbriqués l’un dans l’autre, avec un point au centre : symbole de l’aspiration de l’être humain à l’élévation spirituelle
  • Bija Mantra (son « semence » ou son racine) de l’élément Air : Yam/Yang
  • Les sons des pétales sont reliés aux lettres de l’alphabet sanskrit (l’essor ou évolution du son primordial au travers des 50 lettres de l’alphabet sanskrit) : « Kaṁ, khaṁ, gaṁ, ghaṁ, ṅaṁ, caṁ, chaṁ,jaṁ, jhaṁ, ňaṁ, taṁ, thaṁ » (bijas chakra mantra).
  • Animal : L’antilope noire ou la gazelle, la lumière de la substance physique.
  • Divinités : Ishana Rudra Shiva, pacifique et bienveillant.
  • Énergie générée (Sakti) : Shakti Kakini a tous les attributs pour atteindre l’harmonie à travers la réservation, la création et la destruction.
  • Parties du corps : le cœur, la partie supérieure du dos, la cage thoracique, le sang, la circulation sanguine et la peau.
  • Bien Équilibré (quand il y a amour et clarté mentale) : Amour inconditionnel, tendresse, acceptation, guérison, compassion, énergie transformatrice, lien avec l’âme, la joie, la confiance, et la serviabilité.
  • Mal Équilibré : Manque d’amour, sentiments négatifs, déception, séparation, rejet de la tendresse et de la douceur, dépendance affective, amour conditionnel, rigidité, froideur, et indifférence émotionnelle.
  • C’est au niveau du chakra du cœur, Anahata, que réside Vishnu Granthi. L’énergie au niveau du cœur est rarement limpide en raison des stress émotionnels qui jalonnent notre vie. Il est donc indispensable de travailler sur ces blocages, de manière à retrouver la fluidité énergétique indispensable pour une vie sereine et complète. Pour alléger, cette zone, il est important de pratiquer différents Pranayamas et postures d’ouverture et surtout de méditer, car c’est l’activation de la kundalini qui permet de dissoudre les noeuds.

 

Pratique Du Yoga

 

1 -Salutation au soleil

Se replacer dans le dharma par une sadhana complète

  • Placer les mains Namasté
  • Gd Expir, puis Gd Inspir : monter les bras en les écartant et basculer légèrement vers l’arrière.
  • Gd Expir : descendre en basculant vers l’avant, jambes tendues et droites (Hastapadasana) – Laisser prendre la tête, les bras et les épaules. Rester pendant 6 respirations – Bien relâcher.
  • Gd Inspir : prendre la posture du guetteur : placer les mains de chaque côté des pieds au sol et tendre la jambe gauche vers l’arrière tandis que le droit se plie, genou au niveau de l’aisselle droite.
  • Gd Expir : Se placer en planche, jambes légèrement écartées dos droit, bras tendus. Ne pas trop descendre au niveau des lombaires pour éviter de se faire mal.
  • Kumbhaka : tous les points par terre : relâcher au sol en gardant le menton sur le sol, mains parfaitement positionnées juste au-dessus de la poitrine, dessus des pieds bien à plat au sol.
  • Gd Inspir: monter en cobra (Bhujamgasana).
  • Gd Expir : prendre Adho Mukha Svanasana (Chien Museau Par Terre) : écarter les jambes talons vers l’extérieur et effectuer un V à l’envers, mains en appui sur le sol, la tête rentre, menton contre le sternum ; il faut pousser sur les bras.
  • Gd Inspir: prendre la posture du guetteur : placer les mains de chaque côté des pieds au sol et tendre la jambe gauche vers l’arrière tandis que le droit se plie, genou au niveau de l’aisselle droite.
  • Gd Expir, reprendre la posture de hastapasana. Et recommencer de l’autre côté. À faire 3 à 5 x chaque côté. (Il faut toujours commencer avec le pied droit contre la poitrine – Droit/droit – Gauche/gauche – dans le sens péristaltique de l’intestin).
  • À la fin, relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation. 

Il importe moins de maîtriser cet enchainement de postures à la perfection que de pratiquer cet exercice avec dévotion. Dans la description des huit étapes de « l’ashtanga yoga », Patanjali parle d’« Ishvara panidhana », dédier la pratique au divin ou être en contact avec le divin pendant la pratique : « Sadhana » : pratique spirituelle complète.

Vata : pratiquer en douceur et concentration – Pitta : pratiquer avec lenteur et concentration – Kapha : pratiquer normalement et même avec « vigueur ».

 Effets : Surya signifie « soleil » et Namaskara « salut ». Le soleil est la source de toutes les énergies et la salutation au soleil permet de développer la force et la vitalité. Elle permet de ré-énergiser le corps en activant la circulation énergétique en particulier dans les chakras, d’équilibrer et de purifier cette énergie. Renforce et assouplit la musculature, assouplit les articulations, active la circulation sanguine, facilite la digestion, régule le système cardiaque, lymphatique et endocrinien, augmente la capacité respiratoire, apaise le système nerveux et chez les femmes, régule les règles et l’activité de l’utérus et des ovaires et chez les hommes, l’activité de la prostate. Elle combat également l’anxiété et la dépression. C’est une pratique spirituelle complète (sadhana) qui permet de garder un mental sain. Montée énergétique puissante. Équilibre tous les chakras. Aide à équilibrer les trois doshas. Pitta et Vata devront pratiquer avec lenteur et parfaite concentration. Recommandé pour Kapha.  Restrictions : Les personnes souffrant de graves maladies cardiaques ne devraient pas pratiquer Surya Namaskar car cet exercice peut être éprouvant. Les personnes atteintes d’asthme ou d’affections respiratoires devraient pratiquer à leur rythme et se reposer un moment entre chaque ronde s’ils en ressentent le besoin.

 

2 – mahāmudrā (Le Grand Geste) 

A – S’asseoir sur le talon gauche, plier la jambe droite et la presser-la avec vos mains contre la partie droite du ventre Maintenir la colonne vertébrale dans l’alignement ; presser le menton contre la poitrine (jalandhara). En cas de dérèglement thyroïdien, il est conseillé de laisser un espace entre le menton et la poitrine en gardant la tête droite. Inspir et expir profond deux fois, puis inspir léger, retenir la respiration et tendre la jambe droite vers l’avant. Saisir le gros orteil droit avec les deux index. Toucher le genou droit avec le front, les coudes reposent sur le sol. Rester dans cette posture en retenant la respiration entre cinq et dix temps. Se redresser, ramener la jambe droite contre le ventre et exercer une forte pression sur le côté droit de du ventre durant l’expir.

B – Répéter cet enchaînement de l’autre côté

C – S’asseoir sur le sol, les deux jambes pliées – Les presser fermement avec les 2 mains contre le ventre. Exercer une pression sur la partie médiane du ventre. Presser le menton contre la poitrine (en cas de dérèglement thyroïdien, laisser un espace entre le menton et la poitrine) et maintenez votre colonne vertébrale droite). Inspir et expir profond : deux fois. Prendre ensuite une petite inspiration en tendant les deux jambes vers l’avant, et saisir le gros orteil droit avec l’index droit et le gros orteil gauche avec l’index gauche. Toucher les deux genoux avec le front, les coudes reposent sur le sol. Rester dans cette position en retenant la respiration entre cinq et dix temps. Ramener ensuite les deux jambes contre le ventre, exercer une forte pression sur la partie médiane du votre ventre pendant l’expir. Ceci correspond à une ronde. Effectuer trois rondes, puis détendre en savasana. Il est important de commencer ce bandha mudra par une pression sur le côté droit du ventre, dans la mesure où le mouvement péristaltique intestinal se fait de droite à gauche, et que sinon, les déchets de l’intestin se trouveraient repoussés vers l’arrière. Durant la bascule, il est possible de tenir avec mula bandha et jalandhara) – on peut aussi basculer poumons vides et prendre les trois bandhas

« Maha Mudra purifie le réseau de tous les nādis, équilibre le côté solaire (pingala) et le côté lunaire (Ida), (Yoga Chudamani Upanishad) ». « Maha Mudrā détruit la mort et supprime de nombreuses souffrances… » (Hatha Yoga Pradipika chapitre 3 versets 14) ». Maha Mudrā se pratique tous les jours, pendant 2 à 3 mois pour bénéficier de ses nombreux bienfaits. Dans un premier temps, les énergies d’Ida, de Pingal et de Susumna se rééquilibrent, ainsi que celles d’Agni (le feu) pour une harmonisation complète, plus de stabilité & d’équilibre intérieur. Permet de réduire le conflit entre le souffle inspiré et le souffle expiré, entre les énergies d’apana – énergies de la base, de la terre, animales – et les énergies de prana – énergies du cœur, énergies psychologiques, intuitives et spirituelles – souvent en conflit. Apana tire toutes les énergies vers l’extérieur, vers le sol, vers la terre. Prana tire toutes les énergies vers le haut, vers le ciel, vers la pensée, vers la conscience. Maha Mudra, les réunit dans le ventre pour permettre l’alchimie de la transformation.

Effets : Il est le seul bandha mudra profitable à la fois pour les parties intérieures et extérieures du corps, et particulier pour le système endocrinien : il provoque une sécrétion hormonale exacte de l’hypophyse, de la thyroïde, des parathyroïdes, du thymus, des capsules surrénales, du pancréas, des ovaires et des testicules. L’exercice régulier de maha mudra permet également de maintenir en bonne santé les amygdales, le foie, l’estomac, la rate et l’utérus, dans la mesure où ce bandha mudra produit une bonne irrigation sanguine de ces organes. Les affections de la thyroïde et des parathyroïdes peuvent être soulagées. Il guérit également les affections des yeux et de la gencive. Libère le système ORL et favorise des échanges gazeux au niveau des poumons. Nourrit le système nerveux et favorise la circulation sanguine. Assouplit la colonne vertébrale ainsi que les articulations des hanches et des genoux. Aide en cas de diabète et de tout autre déséquilibre du système digestif. Il provoque un mouvement péristaltique intestinal bénéfique et prévient la constipation. Prévient les hémorroïdes. Il est excellent contre les descentes d’organes et évite les problèmes de prostate. Par ailleurs, Maha Mudra donne l’éclat du corps. Accroit les facultés mentales grâce à la stimulation de la circulation sanguine dans le cerveau. Aide la kundalini Shakti à s’éveiller.  Concentration : Lors de la pratique de tous les mudras, l’on se concentre normalement sur ajna chakra, à moins que ne soit indiqué autre chose. Indications : Ne pas trop appuyer sur le ventre pendant les règles ; idem pour les femmes enceintes et ne plus pratiquer après le quatrième mois de grossesse, reprendre la pratique deux mois après l’accouchement. Pas pour les enfants en dessous de 12 ans.

 

3 – Nadi Sodhana

  • S’asseoir en Padmasana (assis jambes croisées ou en lotus ou demi lotus) ou sur un tabouret.
  • Ventre et plancher pelvien toniques
  • Dos étiré et aligné.
  • Épaules relâchées.
  • Prendre conscience du bassin, puis de la colonne vertébrale et depuis le coccyx et le sacrum, imaginer une énorme racine qui part très profondément dans la terre.
  • Prendre conscience de l’alignement de la colonne vertébrale. Les épaules sont ouvertes et relâchées. La nuque reste étirée et la tête dans l’alignement, menton // au sol.
  • Imaginez que vous êtes une fleur de lotus, très belle et très vibrante.
  • Depuis tous les points de contacts avec le sol (pieds, chevilles, mollets/tibias, cuisses et fessiers) partent de magnifiques racines qui s’enfoncent très profondément dans la terre.
  • La main droite est posée dans le creux des jambes et l’autre main par-dessus, les 2 pouces l’un contre l’autre pour les femmes (Bhairavi Mudra) et inversement pour les hommes (Bhairava Mudra).
  • Légère contraction de la zone périnée/anus et langue roulée contre le palais mou.
  • Prendre conscience de sa respiration. La respiration est normale. Sentir l’air qui rentre dans les narines et l’air qui en sort. Noter la différence de température entre l’air qui sort et l’air qui rentre.
  • Vider les poumons.
  • Placer le pouce droit contre la narine droite, l’index et le majeur sur le point entre les deux yeux à la base du nez et l’annulaire sur la narine gauche
  • Gd Inspir par la narine gauche en respiration complète en fermant avec le pouce la narine droite
  • Gd Expir avec la narine droite en fermant la narine gauche avec l’annulaire
  • Gd Inspir par la narine droite en gardant la narine gauche fermée avec l’annulaire
  • Gd Expir avec la narine gauche en fermant la narine droite avec le pouce
  • Gd Inspir par la narine gauche en fermant en gardant la narine droite fermée etc.

Nadi Sodhana avec le son Shrim et le son Ram – Inspir narine gauche avec le son Shrim – Expir narine droite avec le son Ram – Inspir narine droite avec le son Hrim et expir narine gauche avec le son Vam

A l’exemple du Caducée d’Hermès, les deux nadis  d’Ida et de Pingala s’élèvent de chaque côté du nadi Susumna qui lui, s’élance tout droit de la Terre vers le Ciel. Ida & Pingala s’entrecroisent au niveau de chacun des chakras. La kundalini Shakti éveillée par la sadhana va permettre la dissolution des noeuds  qui empêche sa progression. 

Effets : Purifiante – Apaisante Équilibrante – Elle permet de développer la concentration et de préparer à la méditation. Harmonise les énergies de Pingala (le nadi du soleil et de l’action – côté droit de la colonne – chauffant) et Ida (le nadi de la lune et de l’intériorité – côté gauche de la colonne – Rafraîchissant) – Élimine les éléments pathogènes au niveau des narines et prévient les troubles ORL. Nettoie et humidifie l’air qui rentre dans les poumons – Nettoie les poumons par une légère vibration des bronches – Permet une respiration plus profonde et augmente la capacité respiratoire. Excellent contre la nervosité – Favorise les échanges gazeux pour une meilleure oxygénation du corps. Anti-stress – Oxygénation du corps – Libération des tensions émotionnelles – harmonise les énergies de la Lune et du Soleil. V – – – ; P – – ; K –

Un nadi est un « méridien » (un organe tubulaire dans lequel circule l’énergie). Il est composé de trois enveloppes comme un fil électrique isolé : l’enveloppe intérieure appelée « sira », l’enveloppe du milieu appelée « damani » et l’enveloppe extérieure, « nadi » (qui représente aussi l’organe entier).

 

4 – Gomukhasana (Posture de la tête de vache)

  • S’asseoir jambes tendues, bien placé sur les ischions.
  • Plier la jambe droite pour la passer à gauche du genou gauche et replier la jambe droite de manière à ce que le talon touche la fesse droite ou la garder allongée si l’articulation du genou est tendue ou douloureuse. les deux pieds reposent tranquillement sur le côté.
  • Placer les bras en croix.
  • Gd Inspir & dans le Gd Expir suivant : placer le bras droit derrière la tête et le bras gauche dans le dos.
  • Attraper les mains ou prendre une sangle ou une écharpe pour joindre les mains s’il n’est pas possible de les attraper.
  • Garder la colonne alignée, le coude dressé vers le ciel, la tête sui reste également dans l’axe de la colonne.
  • Rester dans cette posture de 6 à 8 respirations normales en restant concentré.
  • Gd Inspir et dans le Gd Expir, relâcher.
  • Exécuter de l’autre côté
  • Concentration : 1ère ronde : sur les épaules – 2e ronde :  sur le bas du ventre et 3e fois également sur le bas du ventre. 
  • À la fin relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation. 

Observations : Éviter la surmobilisation des épaules (inviter à relâcher) – Être attentif à ne pas créer de tensions dans les genoux si les hanches ne sont pas assez souples. Aider tout le bas du ventre et le plancher pelvien à se relâcher. S’il est difficile d’attraper les mains, s’aider d’une ceinture ou d’une sangle. La position de l’assise engage un travail physique et énergétique intéressant sur la région des hanches. Veiller à rester bien droit en maintenant les deux fesses au sol. Le talon de la jambe qui est au-dessous a tendance à se positionner sous la fesse opposée. Il suffit de le dégager un peu vers l’extérieur pour rétablir l’équilibre.

Dans toutes les civilisations, la vache est le symbole de la terre nourricière, de la maternité, de la fertilité et de l’abondance. Dans Gomukhasana, les membres sont tous liés. Comme la vache domestique (attachée sur le plan concret ou abstrait), le pratiquant de la posture se retrouve lié. Pour acquérir la maîtrise de l’Asana, il doit accepter cette contrainte, s’adapter, expérimenter la patience et découvrir l’espace intérieur de liberté. C’est en développant avec douceur la docilité de son corps, qu’il va parvenir à améliorer la posture, puis à la maintenir sur la durée. Une fois confortablement installé, le temps n’est plus important, il est intériorisé, contemplatif et calme … comme l’est la vache. Symbolisme : « Go » signifie « le lait », le produit de la vache (abondance).  Cela fait référence aux cinq sens qui nourrissent la vie terrestre comme le lait nourrit le corps physique. « Mukha » est « la porte », le passage. Dans Gomukhasana, il y a un retrait de ces cinq sens dans l’ouverture du cœur qui amène à une compréhension plus profonde de notre nature intrinsèque.

Effets : Permet d’ouvrir toute la zone de la cage thoracique – Assouplit les hanches, les épaules et les bras (meilleure circulation énergétique dans le bassin) – Action sur Ida & pingala – Stimulation d’Anahata chakra (chakra du cœur) – Développe la concentration et l’intuition – Prévient les rhumatismes et les douleurs sciatiques – Évite les troubles du sommeil – Contrôle les organes génitaux – Éloigne les mauvaises pensées et libère des cauchemars et des peurs profondes. Stimule Prana Vayu (Force fondamentale) : apporte l’énergie positive, la motivation et la vitalité. Apporte l’inspiration et relie à notre moi intérieur. Si Prana Vayu est déséquilibré, le mental est agité et de mauvaises habitudes s’installent. Ouvre à l’amour universel et à la compassion

Respiration :

  • Prendre un mulabandha
  •  Inspir en ujjayi en ouvrant la cage thoracique et en amenant le prana dans le chakra du cœur et toute la cage thoracique
  •  Expir avec le son « Om » en concentrant cette énergie comme un point au niveau du chakra du cœur.
  • Laisser la respiration devenir la plus légère possible ce qui va permettre d’éliminer agitation et apathie.

 

5 – Matsaysana

  • S’asseoir jambes tendues
  • Placer le bout des doigts sous les fesses.
  • Gd Inspir : étirer la colonne du bas jusqu’en haut
  • Gd Expir : laisser glisser les mains un peu plus sous fessiers, placer les coudes au sol (les coudes ne doivent pas s’écarter), former un arc avec le dos et poser la fontanelle au sol sans appuyer pour ne pas blesser les cervicales en laissant le poids reposer sur les coudes et les avant-bras. Les orteils pointent vers l’avant. Laisser la cage thoracique s’ouvrir complètement si possible.
  • Rester dans la posture pendant quelques respirations (6/8)
  • Gd Inspir : ouvrir la cage thoracique et le ventre
  • Gd expir suivant : relâcher en glissant sur le sol et en s’installant en savasana
  • Refaire ; la troisième fois peut être réalisé avec les jambes croisées ou en padmasana.
  • Concentration : 1 – sur le cou (thyroïde), la nuque (parathyroïdes) ; 2 – idem ; 3 – l’ouverture de la cage thoracique et du plexus solaire.
  • Bien relâcher en savasana 10 respirations normales pour savourer la sensation entre chaque ronde.

Pranayama – Il est possible de réaliser la posture en respiration complète puis de laisser faire le souffle afin d pénétrer dans le  « non souffle » de la connaissance (comme le poisson de Manasarovar)

Shiva et Shakti étaient assis près du lac sacré de Manasarovar. Shiva enseignait les secrets du monde et du yoga à Shakti. Attiré par la voix envoûtante de Shiva, un poisson (le premier appel de la Conscience) s’approcha et fut le témoin d’un incroyable spectacle. Shiva pensait les formes du monde, montagnes, rivières, vents, nuages, pluie, animaux, insectes, plantes émotions, beauté … et Shakti leur donnait formes, couleurs et sons (pas de pensée sans énergie). Quand ils s’interrompirent, Shiva remarqua la présence du poisson et l’enveloppa de sa lumière. Il se transforma en être humain : « tu étais poisson et tu es devenu humain, pour cela, je te donne le pouvoir des dieux et la limitation des animaux. Cependant, grâce à l’introspection, aux jeux de l’énergie dans le corps, à ton souffle et tes sens, tu auras la possibilité de te libérer de la servitude de ton animalité. » Shiva& Shakti lui proposèrent alors de devenir leur disciple pour lui transmettre la voie du yoga. « Cette science quand tu l’auras maîtrisée par toi-même, et que tu seras devenu semblable aux dieux, tu devras l’apprendre à tous ceux qui t’en feront la demande. Tu es libre de prendre cette voie ou ne pas la prendre. Il se sera ainsi pour tous les êtres humains, se contenter de sa condition ou la transcender. La clé est dans ton souffle, réalise cela et enseigne-le, alors tous sauront ! »

Effets : Etirement de la colonne (élimine les tensions, lombaires, thoraciques et cervicales) Stimule la thyroïde et les parathyroïdes (qui gèrent le taux de calcium dans le sang) par une concentration de l’énergie – Ouvre la cage thoracique (augmente la capacité respiratoire ; permet de s’ouvrir à soi et aux autres) – Calme le mental – Aide à gérer les émotions – Apporte une grande sérénité et tranquillise – Bénéfique pour l’estomac, le foie et l’intestin grêle– Stimulation générale (stimule vyana vayu) – Combat la dépression – Augmente la capacité respiratoire – Action sur les chakras : svadhisthana chakra, manipura, anahata & particulièrement vishuddhi : contribue à désengorger les tensions émotionnelles ,et énergétiques dans toute la gorge et permettre la plaine expression de soi. Augmente la capacité respiratoire – Relaxant et stimulant. Posture de réjuvénation. Avec la respiration complète, la circulation énergétique va s’harmoniser dans le corps tout entier et un sentiment de paix et de plénitude va progressivement s’installer. Contre-indications : Douleurs dans les cervicales et hernie cervicale. Migraine et insomnie (à éviter le soir).

Pour atteindre le vrai soi, il faut pratiquer le détachement : Les textes philosophiques du yoga comme le Védanta définit la nature de l’Existence et enseigne que le Soi  (atman) est de même nature que le Brahman, la Réalité ultime indifférenciée. La perception de cette réalité est obscurcie en l’homme par la fausse idée (Vikalpa) qu’il a de lui-même et du monde, l’empêchant de vivre la plénitude de l’unité.

  • Seul le brahman est réel (brahma satyam)
  • Le monde est illusoire (jagan mithyā)
  • L’individu n’est pas différent de brahman (jîvo brahmaiva nāparah).

Le premier des trois systèmes de pensée du Vedânta enseigne l’Unité de la Conscience-Energie, quelle que soit sa phase de manifestation. Ou Advaïta : Littér. « non-dualisme » état qui ne peut être attribué qu’à l’Absolu, à l’UN originel. Difficilement concevable pour l’intellect humain, car la pensée de l’état de veille identifiée à l’ego a des difficultés à se soustraire à la dualité de la relation : « Cela » qui voit/ »Ce » qui est vu.

Cette philosophie également appelée Monisme : (gr. monos, seul), Philos. Système selon lequel le monde est constitué d’une seule substancedans laquelle la pensée et l’objet auquel elle s’applique ne font qu’un. Il existe une Unité à partir des trois grands plans de manifestation à travers l’être humain :

  • BRAHMAN: Absolu immuable, Réalité suprême, non dualiste.
  • ATMAN: Conscience absolue, de la même nature que Brahman, le « Spectateur » dans l’être humain. (sur ajna chakra)
  • JIVATMAN: Atman/Spectateur se manifestant sous la forme d’une conscience momentanément incarnée. Spectatrice, elle habite dans le corps qu’elle utilise comme instrument tout en sachant qu’en réalité, elle est toujours Atman, parcelle d’Infini. De « Jîv »: « vivre ». Être vivant incarné, donc mortel. le Continuum Psychique CP (ego/Je, ensemble de nos tendances psychologiques) s’identifie à un corps, il se crée l’illusion d’une dualité, d’une causalité et s’enchaîne ainsi au cycle de la naissance et de la mort.

 BRAHMAN… l’impensable vibration : Symboliquement, analogiquement on peut penser que le concept de Brahman et ses déclinaisons en Atman puis Jivatman correspondent à… L’explosion initiale – ou Big Bang – qui ne fut jamais une véritable « explosion », mais un mouvement de propagation d’énergie partout à la fois rejoignant l’idée d’Infini, d’Absolu se manifestant dans le flamboiement de la lumière du feu primordial, qui en se refroidissant crée les solides/terre, les gaz/l’air, les fluides/l’eau, éléments qui en s’organisant en une arborescence étincelante (inimaginable pour notre mental ordinaire limité) explose en étincelles/Atman, « noyaux » qui animent les formes multiples de la manifestation…

Dans le fond des océans les premières bactéries évoluent en algues bleues, puis apparaissent les poissons, qui avec des pattes embryonnaires se hissent sur les berges où leurs descendants en se développant encore deviendront (si l’on s’attache à observer « la branche » qui plus tard nous verra apparaître tels que nous sommes…) des mammifères, qui commenceront à « penser » pour devenir ce bipède/Jivatman qui lève son front vers les nues, se demandant d’où il vient ? Où il va ? Et surtout « qui suis-je? »!

À cette interrogation les Védas lui répondent : « Tat tvam asi » Tu es Cela ! cette Conscience/Énergie première ! à toi de la retrouver en toi et nulle part ailleurs !

De même que la physique moderne a découvert, au cours de ses recherches sur les composants de l’atome, que la matière était constituée de champs magnétiques chargés d’énergie et soumis à un changement perpétuel, de même les Sages (Rishi) de l’Advaïta enseignaient que la Réalité n’est rien d’autre que de l’énergie présente sous forme de conscience et que l’être humain perçoit cet univers grossier par l’intermédiaire du mental (« sixième sens », qui centralise les informations perçues par les organes des cinq sens) en raison de son identification au corps. Cela peut au départ paraître complexe, mais tout devient évident, clair, au fur et à mesure que l’on avance dans l’étude et la Pratique des Yoga-Sutras de Patanjali.

 

Tat Tvam Asi (Tu es cela) Méditation de SOHAM

 

 

 

 

  • S’asseoir dans la posture du Lotus ou les jambes croisées, dos droit, tonique sur le bas du ventre et le bas du dos. Tête dans l’alignement.
  • Prendre Mulabandha. Prendre conscience de sa respiration qui est normale. Sentir l’air qui rentre dans les narines et l’air qui en sort. Puis Gd Inspir (remplir le ventre, la cage thoracique et le haut du thorax).
  • Gd Expir (vider le haut, vider la cage thoracique et vider le ventre en le rétractant légèrement).
  • Gd Inspir, visualiser le souffle qui monte le long de la colonne vertébrale depuis le coccyx (Muladhara Chakra) jusqu’à la fontanelle
  • Gd Expir, visualiser le souffle qui descend depuis la fontanelle, le long de la colonne vertébrale jusqu’au coccyx. L’expir est plus long que l’inspir. (10 x).
  • Gd Inspir (avec le son « CHOOOO » : SO), visualiser le souffle qui monte le long de la colonne vertébrale (au centre) depuis le coccyx jusqu’à la fontanelle. Shakti monte jusqu’à Shiva.
  • Gd Expir avec le son « HAAAMMM » : Ham), depuis la fontanelle jusqu’au coccyx. Shakti retourne à la base

« Ham » est un son qui contient une énergie d’expression subtile, qui va vers l’extérieur : dans le « h » aspiré et dans le « a » ouvert. C’est la conscience de l’intériorité. « Soham » signifie « Je suis Cela ». Le souffle met en relation la conscience individuelle et la conscience cosmique. Conscience de soi, de son intériorité. Il est possible de réaliser l’exercice avec l’Inspir de la fontanelle au coccyx : prana se dirige du sommet de la tête le bas et l’expir du coccyx à la fontanelle : apana se dirige vers le haut. Prana et apana se rencontre dans le ventre pour favoriser l’éveil de la Kundalini Shakti.

Paramahamsa : « Cygne suprême ou âme suprême » est le nom attribué aux grandes divinités, mais aussi à de grands sages, ou à tout être ayant atteint à la plus haute réalisation spirituelle. Dans le contexte des Upanishads et des enseignements postérieurs à l’Advaita Vedanta, ce terme désigne Atman, Brahman, et le Soi pleinement réalisé. L’image du cygne a été choisie en raison de sa capacité à séparer le lait de l’eau, le symbole de celui qui sépare l’irréel du Réel, l’obscurité de la Lumière, la mortalité de l’Immortalité, s’étant lui-même de tout ce qui n’est pas Soi et ayant totalement fusionné avec l’énergie suprême, devenant ainsi une incarnation vivante de la Divinité manifestée au sein de l’humanité.         

    

Energie du cœur – Théorie & Pratique