Lâcher-prise 

 

« Si un problème a une solution, alors il est inutile de s’en inquiéter 

S’il n’en a pas, s’inquiéter n’y changera rien. »

Proverbe du Tibétain

 

 Lâcher-prise permet de prendre de la distance par rapport à l’attachement que nous avons aux choses, aux sentiments et de nous dissocier de nos émotions. C’est l’arrêt des perturbations mentales. Lâcher-prise, c’est abandonner l’idée que nous pouvons et devons tout maîtriser. C’est ainsi que l’on peut obtenir la clarté mentale et le contentement. Les choses simples prennent enfin le dessus. Pour lâcher-prise, il est important que l’énergie circule librement dans le corps pour libérer le mental. Avec la méditation, le mental enfin serein évite les tensions corporelles.

Stimuler les différents chakras permet d’équilibrer le flux énergétique de notre corps et permettre ainsi au mental de « Lâcher » et permet également une prise de conscience des schémas inconscients qui nous conditionnent à agir selon une représentation préétablie et non pas en fonction de notre propre réalité.

Les chakras sont des centres d’énergie vitale qui représentent des niveaux de conscience spécifiques. Ils ont la particularité de transformer et de répartir l’énergie qui les traverse. On pourrait dire que ce sont des sortes d’antennes qui permettent de nous mettre en contact avec tout ce qui nous entoure, environnement immédiat ou plus lointain (comme l’énergie de l’univers). Ils ont une importance essentielle dans le fonctionnement global de l’être humain.

Selon l’enseignement du Yoga, les fonctions physiques et mentales sont réglées par le flux du Prana (énergie vitale subtile). Le Prana circule à travers les Nadis ou méridiens. Il est absorbé essentiellement par la respiration, les aliments, la lumière du soleil et par la pensée. Il est stocké dans les Chakras ou centres d’énergie.

« La force ne vient pas des capacités physiques, elle vient d’une volonté invincible. » Mohandas Karamchand Gandhi

 

Pratique du Yoga

Relaxation

  • S’allonger sur le dos, sur un petit matelas. Bras légèrement écartés, paumes vers le ciel.
  • Les jambes sont allongées et les pieds tombent de chaque côté.
  • S’il y a des tensions dans le bas du dos : plier les jambes, rétroversion du bassin ou placer un coussin sous les genoux.
  • Placer le menton contre le sternum.
  • S’il fait froid, se couvrir d’une couverture.
  • Fermer les yeux et se concentrer sur son corps.
  • Prendre conscience de l’état de ce corps ainsi que de l’état du mental.
  • Laisser ce corps se relâcher sur le sol.

Phase 2 :  conscience du souffle : le laisser s’allonger, de venir plus lent et plus profond. S’installer dans une respiration complète

Phase 3 : 

  • Son : « OU » (dissous les tensions, mais également un son d’unification et d’intériorisation) – Bourdonnement avec le « M » (diminue l’activité mentale)
  • Conscience de la respiration (les 4 phases) – Installer le Kumbhaka – « A » en soupir (relâchement)
  • Respiration sur l’avant & l’arrière du corps – 3 grandes respirations
  • Bâillement et contraction et relâchement des muscles
  • Expir dans le ventre (vers le coccyx)

S’abandonner dans cette posture, c’est se relier à la Terre, lui laisser toutes nos tensions et retrouver un état de tranquillité absolue. Cet exercice apporte un grand lâcher-prise, de la concentration, équilibre et calme le système nerveux. Redonne de l’énergie et inspire la connaissance spirituelle.

Dans la société moderne, Il n’est généralement plus question de survie comme par le passé, mais de nombreuses situations génèrent du stress. Fondamentalement, l’être humain n’a pas changé et reste soumis à des peurs ancestrales, à de l’appréhension face aux différentes situations qu’il doit affronter. D’autre part, le fonctionnement du mental (et de l’ego) est tel qu’il est en constante recherche de la dualité, de la confrontation, d’avoir raison coûte que coûte. Le mental veut contrôler, maîtriser, gouverner. Le yoga est la science de la connaissance du fonctionnement du mental. « La spiritualité, ce n’est pas s’enfuir face à la vie. C’est se tourner en soi-même pour connaître son propre soi. La spiritualité est la science qui enseigne comment comprendre la vie en profondeur. C’est la gestion du mental. » Amma (Sri Mata Amritanandamayi Devi) La pratique régulière du yoga permet de prendre conscience de la versatilité de ce mental qui peut faire croire que tout va mal et l’instant d’après son contraire. Le corps quant à lui réagit à chacune des impulsions du mental en secrétant des hormones, en se contractant, se relâchant et surtout en engrammant toutes ces expériences. Le corps petit à petit va se raidir, comme le le mental. La respiration est également un excellent indicateur de ce qui se passe psychiquement, quand il y a sensation d’anxiété, la respiration va devenir oppressée par exemple. Le corps sera mal ventilé et de nombreuses contractions s’installeront. Lâcher-prise, c’est avant tout se rendre compte de cette inconsistance du mental, d’accueillir sans commentaire et sans jugement, ce qui se passe à l’instant présent. Le pratiquant devient l’observateur et il aura donc le choix de la non action ou de l’action en toute conscience. Le yoga , c’est installer de la conscience dans sa vie et de ne pas laisser le mental prendre les rênes du char (La Bhagavad – Gita). Le lâcher-prise, c’est ne pas se précipiter aux ordres du mental, mais écouter, s’écouter pour reconnaître l’émotion ou la sensation qui traverse pour agir avec le plus de clarté possible. Les expériences sur le tapis permettent en quelque sorte de s’entraîner à cette pleine conscience dans l’action. Elles ont aussi un rôle essentiel pour porter à la lumière, la part sombre de soi-même. Petit à petit cette sadhana (pratique) régulière va dissoudre les schémas, les duretés, les tensions qui se sont accumulés au fil de  notre existence afin de redonner de l’espace, de l’ouverture. Le lâcher-prise, c’est de l’ouverture, et une reconnexion à notre nature profonde. 

  • Durant la relaxation physique, des messages de relaxation sont envoyés aux muscles fatigués. Des contractions brèves de zones musculaires permettent de prendre conscience des tensions et, lors du relâchement, de laisser s’installer une détente plus profonde encore. Mentalement, des ordres de détente sont envoyés aux muscles ; les muscles se relâchent.
  • Pendant la relaxation mentale, le yoga propose de respirer lentement et régulièrement quelques minutes, en ne pensant à rien d’autre qu’à goûter et à observer l’état de détente intérieure et la respiration. La conscience est alors centrée sur le moment présent et ne se laisse plus atteindre par les soucis et autres tracas…
  • La relaxation de l’esprit – ou spirituelle – elle est  l’état le plus profond, dans lequel on perd la notion du temps et de l’espace. C’est un moment très agréable, proche du sommeil, qui permet une régénération profonde.

 

Janu Hastasana

  • S’asseoir sur le sol, les 2 jambes collées et tendues.
  • Plier le genou droit contre le ventre, pied à plat. Garder la jambe gauche tendue.
  • Croiser les mains sous le genou droit. Menton contre le sternum.
  • Gd Inspir : se grandir contre la jambe droite (étirement depuis le coccyx jusqu’en haut de la colonne).
  • Gd Expir : basculer lentement vers l’arrière, vertèbre après vertèbre, menton collé au sternum, dos rond et bras tendus (enroulement à partir du coccyx jusqu’à la nuque). Le pied droit est à plat sur le sol, comme du plomb.
  • Respiration normale : tenir la posture en tonicité avec le ventre et le périnée (6 /8 respirations).
  • Gd expir sans bouger.
  • Gd Inspir remonter et se grandir à nouveau (en conscience des coccyx, sacrum, lombaires, thoraciques et cervicales). Relâcher.
  • Effectuer de l’autre côté.
  • Puis, avec les deux jambes pliées.
  • À la fin, relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation.
  • À noter : l’enroulement et le déroulé s’effectuent très lentement, le pied ou les pieds parfaitement à plat sur le sol
  • Concentration : sur la détente du dos et le mouvement en synchronicité avec la respiration.

 

Effets : Étirement des grands dorsaux. Cette posture défatigue et détend. Mobilisation en douceur de la colonne vertébrale. Stimule les plexus nerveux de la colonne. Masse le ventre et soulage le plexus solaire. Ancrage. Stimulation énergétique complète. Bonne posture de début de séance pour étirer. Restrictions : Les personnes avec une cyphose très marquée (exagération de la convexité de la région dorsale), mais la lenteur du mouvement permet de ressentir la moindre gêne.

 

Dolasana (Posture de la balançoire)

  • S’asseoir avec les jambes pliées, dos aligné.
  • Placer les mains sous la flexion des genoux . 
  • Très important :La tête doit être ramenée menton contre le sternum afin de ne pas froisser la nuque durant l’exercice.
  • Gd Inspir puis dans le Gd Expir, basculer vers l’arrière, Gd Inspir vers l’avant, etc. (à faire en continu). Les jambes servent de balancier pour basculer vers l’arrière et basculer vers l’avant.
  • Concentration : sur la posture qui nécessite d’être vigilant.  
  • À la fin relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation. 

Effets : Massage et alignement de la colonne – Échauffement du dos – Assouplissement de cette même colonne vertébrale – Stimule le système nerveux sympathique – Supprime les tensions du système digestif – Apporte la clarté mentale et permet de stimuler la mémoire (par un accroissement de la circulation sanguine dans la moelle épinière et le cerveau) – Prépare à la posture de Sarvangasana. Contre-indications : Ne pas pratiquer en cas de pression artérielle trop élevée ou de problèmes cardiaques.

 

Halasana (Posture de la Charrue)

  •  S’asseoir avec les jambes pliées, dos aligné.
  • Placer les mains sous la flexion des genoux .
  • rès important :La tête doit être ramenée menton contre le sternum afin de ne pas froisser la nuque durant l’exercice.
  • Gd Inspir puis dans le Gd Expir, basculer les jambes vers l’arrière, jambes écartées et tendues.
  • Les pieds au sol.
  • Placer les mains vers l’avant et à plat sur le sol ou en soutien de votre dos.
  • Rester dans la posture 6 à 8/10 respirations normales. Puis placer les mains pour soutenir le dos.
  • Pour revenir : prendre un mula bandha (contraction du plancher pelvien) dans un Gd Expir : rouler vers l’avant menton contre le sternum.
  • Bien relâcher les mâchoires et les muscles du visage.
  • Il est possible d’entrecroiser les pouces, bras //. Changer l’entrecroisement au milieu de la posture.
  • À la fin, relâcher complètement en Savasana pour savourer la sensation.
  • Concentration : 1 – La gorge ; 2 – le dos ; 3- centre de la poitrine
  • Contre-indications : En cas d’hypertension très élevée (sinon : au contraire, cette posture va être très bénéfique) et d’hernies discales 

L’énergie spirituelle, la kundalini shakti se trouve dans le coccyx (muladhara chakra) ; lors de l’éveil, elle monte comme un serpent qui se dresse dans le susumna nadi (le canal central de la colonne vertébrale) comme le soc de la charrue qui trace un sillon dans la terre. C’est la « fertilisation » du corps par l’énergie supérieure. Le coccyx est dressé vers le ciel et une forte pression s’exerce sur la gorge : cela contribue à se placer dans une autre perspective et à « activer » la conscience du Soi. 

Effets : Mêmes effets que pour la chandelle – Excellent pour le dos (plus de souplesse et de résistance), la nuque et les épaules – Bénéfique pour le système digestif et facilité l’élimination par un relâchement profond des viscères – Les douleurs d’estomac notamment dues à l’aérophagie vont également être considérablement soulagées – Permet une meilleure digestion et élimination – Étirement du méridien de la vessie (lié à l’inconscient et le côlon) – Étirement des muscles des jambes et du dos, ce qui permet de soulager les raideurs, lumbagos, rhumatismes de la colonne – Reénergisation de tout le corps – Stimulation du plexus solaire et des plexus nerveux de la colonne. Harmonisation de la thyroïde. L’étirement de la zone entre les omoplates va permettre de soulager les tensions de Pitta. Stimulation du système nerveux parasympathique (profond apaisement) – Favorise également l’étirement du bas de la colonne, ce qui permet l’ouverture de la porte qui mène à l’essence de la personne (avec un fort allègement des densités du 2e chakra).Action importante sur Vishuddhi chakra, la porte qui ouvre à la conscience, ce qui faciliter les processus de la guérison, libérer le mental, réguler le système émotionnel. Donne de la légèreté.

 

Respiration de la nuque

  • S’asseoir en Padmasana (assis jambes croisées ou en lotus ou demi lotus) ou sur un tabouret.
  • Ventre et plancher pelvien toniques
  • Dos étiré et aligné.
  • Épaules relâchées.
  • Prendre conscience du bassin, puis de la colonne vertébrale et depuis le coccyx et le sacrum, imaginer une énorme racine qui part très profondément dans la terre.
  • Prendre conscience de l’alignement de la colonne vertébrale. Les épaules sont ouvertes et relâchées. La nuque reste étirée et la tête dans l’alignement, menton // au sol.
  • Imaginez que vous êtes une fleur de lotus, très belle et très vibrante.
  • Depuis tous les points de contacts avec le sol (pieds, chevilles, mollets/tibias, cuisses et fessiers) partent de magnifiques racines qui s’enfoncent très profondément dans la terre.
  • La main droite est posée dans le creux des jambes et l’autre main par-dessus, les 2 pouces l’un contre l’autre pour les femmes (Bhairavi Mudra) et inversement pour les hommes (Bhairava Mudra).
  • Légère contraction de la zone périnée/anus et langue roulée contre le palais mou.
  • Prendre conscience de sa respiration. La respiration est normale. Sentir l’air qui rentre dans les narines et l’air qui en sort. Noter la différence de température entre l’air qui sort et l’air qui rentre.
  • Vider les poumons
  • Gd Inspir (lent et doux et contrôlé), Laisser s’ouvrir le ventre et le bas du dos, la zone des reins, la cage thoracique (avant & arrière) et le haut du thorax (de même).
  • Gd Expir, vider le haut du thorax (sur l’avant et l’arrière), la cage thoracique (idem) et le ventre qui se rentre, rentre et rentre.
  • Recommencer ainsi le plus doucement et lentement possible pendant au moins 10 minutes. Jusqu’à 15 min, dès que l’on se sent confortable avec cette respiration
  • Gd Inspir : tourner la tête vers la gauche sur son axe (sans relever le menton ou basculer la tête vers l’arrière).
  • Gd Expir : tourner la tête vers la droite sur son axe (sans relever le menton ou basculer la tête vers l’arrière).
  • x 5
  • Puis l’inverse
  • À la fin relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation. 

 

Effets : permet la détente, le lâcher-prise. Oxygène parfaitement le corps. Calme le mental et amène la sérénité. Permet de prendre du recul. Cette respiration est la clé pour détendre complètement et pacifier le mental et le corps.  Augmente la capacité respiratoire – Permet la détente physique et psychique – Calme le mental – Induit des ondes alpha signifiant un état de relaxation – Apporte de l’énergie. Dissipe les rhumatismes de la nuque – Excellent pour l’audition – Permet de garder le système ORL en bonne santé – Excellent pour la mémoire, la concentration et aide à dissiper les schémas inconscients.

 

Janusirasana

  • S’asseoir les jambes allongées devant soi. Bien s’installer sur les ischions, le dos & la tête dans l’alignement
  • Ouvrir la jambe droite vers la droite et replier la gauche de manière à ce que la plante du pied soit en contact avec la cuisse droite
  • Placer les mains en Namasté
  • Gd Inspir lever les bras et étirer toute la colonne à partir du coccyx, bras collés aux oreilles, mains jointes 
  • Gd Expir, tourner légèrement sur la gauche et basculer sur la jambe droite à partir de l’articulation coxo-fémorale OU basculer directement sur la jambe droite, sans tourner.
  • Attraper l’arrière du gros orteil avec l’index droit et poser l’index gauche au-dessus.
  • Pour les personnes qui ne peuvent pas basculer de manière à attraper le pied avec les mains, il est possible de plier le genou. De ce fait, il y a donc une pression sur l’abdomen côté droit (foie/ vésicule biliaire).
  • Rester dans la posture de 8 à 10 respirations normales 
  • Gd Expir et dans le Gd Inspir suivant, tourner le buste sur la jambe droite et remonter tout doucement en longeant cette jambe avec les mains, vertèbre après vertèbre.
  • Recommencer côté gauche 
  • Effectuer 1 x de chaque côté en relâchant à chaque fois entre chaque.
  • À la fin, relâchez complètement en savasana pour savourer la sensation. 
  • Concentration : sur le ventre côté droit et l’étirement à gauche – Puis sur le ventre côté gauche et l’étirement à droite.  Visualisation : À droite : foie/vésicule biliaire ; à gauche : Estomac & rate.
  • Restrictions : Les enfants en dessous de 12 ans ne devraient pas pratiquer cette asana, car l’hypophyse serait stimulée trop tôt, ce qui entrainerait une maturité précoce et serait une entrave dans le développement spirituel.
  • Contre-indications : Hernie discale en crise et sciatique en crise.

Effets : Assouplissement des articulations de la hanche. Étirement des muscles postérieurs du talon à la nuque. Stimulation des organes du ventre pour une meilleure digestion. Stimulation du pancréas pour maintenir une glycémie normale. Accroît la circulation sanguine dans les organes urinaires, la vessie, les reins. Prévient les douleurs sciatiques. Stimulation de l’hypophyse pour un meilleur équilibre du système endocrinien. Stimulation du thymus et du système immunitaire. Permet le lâcher-prise et favorise le sommeil. Harmonie et équilibre. Permet de stimuler Manipura Chakra pour plus d’allant, d’enthousiasme et de joie de vivre. Réchauffe. Évite les problèmes de constipation. Peut soigner l’hypertrophie de la prostate (garder la posture plus longtemps) – Aide en cas d’hypothermie chronique.

 

Paschimottanasana

  • S’asseoir sur le sol, avec le dos et la tête alignés
  • Mains un namaste (anjali mudra)
  • Gd Inspir : étirer le dos depuis le coccyx jusqu’en haut de la colonne
  • Gd Expir suivant, basculer sur l’avant à partir de l’articulation coxo-fémorale (dos plat) et crocheter le gros orteil droit avec l’index droit/crocheter le gros orteil gauche avec l’index gauche (si cela n’est pas possible : placer les mains sur l’arrière des jambes et s’en servir pour basculer un peu plus vers l’avant – Le dos reste le plus plat possible et la tête est relâchée vers l’avant. Rester 10 à 12 respirations normales. 
  • Gd Inspir en conscience
  • Gd expir : remonter
  • A noter : Ce n’est pas la tête qui étire vers l’avant, mais bien l’extension du dos depuis le coccyx
  • À la fin relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation. 

À noter :

  • Cette posture est très intéressante, car elle va inciter l’énergie de la Kundalini Shakti* à circuler dans le sushumna nadi*.
  • Selon le livre de l’Hatha-Yoga Pradipika (« la petite lampe du Hatha-Yoga »), la colonne vertébrale est l’axe principal du microcosme. Elle donne la respiration du corps. C’est un excellent exercice pour dé-caparaçonner le dos, l’ouvrir à notre conscience et apporter de la lumière dans les ténèbres.
  • De plus, la colonne se retrouve // au sol et va donc soulager le cœur qui fournira moins d’effort pour irriguer le corps d’où une activation sanguine très prononcée qui va vitaliser. Depuis le centre du bassin (hara), l’énergie est montante par l’intermédiaire de la colonne vertébrale.
  • L’énergie du bassin est transcendée : la matière devient lumière par le feu du ventre. Nous nous retrouvons au cœur de nous-mêmes (ouverture de l’anahata dorsal)
  • Excellent exercice de « Pratyahara » qui est le 6ème pilier du yoga, : soustraire les sens des distractions ordinaires et l’apprentissage du contrôle des forces extérieures.

Kundalini Shakti* : C’est l’énergie spirituelle lovée et dormant dans le chakra racine (muladhara) ou énergie de « l’éveil » ou énergie sacrée. Cette énergie est activée par la pratique du yoga. C’est cette énergie réveillée qui va monter dans le sushumna nadi et mener à l’union de Shakti et Shiva, énergie du microcosme à l’énergie du macrocosme.

sushumna nadi* : le sushumna nadi est le canal central de la colonne vertébrale dans lequel monte la Kundalini Shakti.

Effets : Stimule la digestion et soulage des ballonnements et de l’acidité gastrique – Excellent pour stimuler tous les organes du système digestif et l’énergie d’agni, le feu – Active le métabolisme – Défatigue – Fait circuler l’énergie – Stimule et décongestionne le plexus solaire – Dissipe l’anxiété – Active la circulation lymphatique – Détente du système nerveux – Réduit le stress – Excellent pour le second chakra – Tonifie le méridien du foie -Apporte la souplesse psychologique et physique et favorise la capacité d’intériorisation, de patience et de constance – Calme la colère – Agit profondément sur le champ des émotions. Apporte de l’ancrage, de la stabilité, de l’alignement et la sérénité – Évacue les excès de Vata et renforce le système nerveux (stimule le parasympathique et détend le sympathique) – Excellent pour le lâcher-prise grâce à l’afflux sanguin au niveau de l’hypophyse qui gère le système endocrinien – Permet de garder l’énergie. Permet d’emmagasiner, de concentrer, prana Vayu, l’énergie vitale absorbée – Stimule apana Vayu, l’énergie d’élimination et d’ancrage. Active samana Vayu, l’énergie digestive qui siège au niveau du nombril.

 

Sat Kriya

  • S’asseoir en vajrasana (sur les talons)
  • Lever les bras au-dessus de la tète (bras tendus si possible) avec le mudra de Ksepana (qui aide à purifier les toxines et à évacuer les émotions dérangeantes)
  • Respiration complète dans le hara
  • Respiration de kapalabhati
  • A l’expir quand le nombril est rétracté, chanter le son  « Sat »
  • En relâchant l’abdomen, chanter le « Nam ».
  • Concentration sur Ajana chakra.
  • Durée entre1 à 3 minutes
  • Gd Inspir
  • Kumbhala poumons pleins : prendre mulabandha et laisser rayonner l’énergie dans tout le corps
  • Lâcher le mulabandha 
  • Gd Expir (x3)
  • Peut être réalisé 3 x de suite
  • À la fin relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation. 

 Effets : c’est un exercice à la fois de purification et d’intensification pranique. Permet de faire monter l’énergie dans les centres supérieurs – Excellent pour le système cardio-vasculaire – Permet de masser les viscères pour une meilleure digestion et élimination – Purifie les énergies engrammées dans le 2ème chakra et permet de transcender nos limitations. Permet de canaliser les émotions. Grande oxygénation de toutes les cellules. Grande ouverture de la cage thoracique. Apporte une très grande stabilité et clarté mentale.

 

Cobra dans l’espace

  • Se placer debout, les pieds serrés au même niveau ; Les ouvrir à 45° ; Les écarter de la largeur du bassin.
  • Prendre conscience de la manière dont le poids s’est réparti sous les pieds, plutôt sur l’avant, l’arrière, les bords extérieurs ou intérieurs ? Corriger, s’il y a lieu à corriger en répartissant le poids sur la surface des 2 pieds, bien centré ;  Genoux et bassin souples. Placer le poids dans le bassin ; Tonique sur le bas du ventre (Hara), du bas du dos & des fessiers ; Epaules ouvertes et relâchées sans bomber le torse ; Tête dans l’alignement, nuque étirée ; Les bras pendent le long du corps ; Revenir à la conscience des pieds en contact avec le sol et pousser légèrement dans le sol avec les gros orteils pour bien sentir l’alignement de la colonne vertébrale.
  • Depuis la colonne, à partir du coccyx et du sacrum : visualiser une énorme racine qui se développe et qui s’enfonce très profondément dans la terre, jusqu’au noyau terrestre. Remonter virtuellement sur l’arrière des jambes, puis le long de la colonne vertébrale jusqu’à la fontanelle et de là, visualiser un ruban de lumière qui étire vers le ciel (la colonne s’étire, mais les épaules restent souples et relâchées ainsi que les genoux). L’alignement s’effectue depuis le milieu du corps ; La nuque est étirée : Menton // au sol ; Rester dans la conscience de la posture. ‘Ne pas bomber le torse).
  • Prendre conscience également de la respiration dans le corps.
  • Placer les mains en anjali Mudra (Namaste)
  • Gd Inspir : Le ver les mains, mains jointes en étirant la colonne depuis le coccyx jusqu’en haut.
  • Gd Expir : Continuer à étirer tout en basculant vers l’arrière. Garder la nuque souple.
  • Respiration normale : rester dans la posture (5 à 6 respirations normales – ou avec 3 respiration complète).
  • Gd inspir, garder la posture.
  • Gd Expir : fléchir les genoux et laisser le corps partir vers l’avant. Se plier en deux et laisser se relâcher, les bras et le tête pendent vers le bas.
  • Respiration normale : rester dans la posture (5 à 6 respirations normales).
  • Gd inspir : remonter en fléchissant un peu plus les genoux vers l’avant et en se déroulant vertèbre après vertèbre.
  • À la fin relâcher complètement en savasana pour savourer la sensation. 

Effets : Ouvre la poitrine, renforce les poumons ; Détend le système nerveux ;  Contribue à l’alignement de la colonne vertébrale ; améliore la circulation sanguine ; stimule les reins ;  développe la confiance en soi ; excellent pour soulager les douleurs lombaires et prévient la sciatique ;  Apporte de la force et de la volonté ; dissipe la peur ; donne de la puissance et la capacité à affronter les événements ; stimulation d’Anahata Chakra ; favorable en cas de glissement d’un disque vertébral.

 

Respiration de l’infiniment grand et de l’infiniment petit

 Couchez- sur le dos en savasana ou assis en padmasana : Inspirez alors très lentement en imaginant que votre corps se gonfle petit à petit, devenant plus gros qu’il n’est réellement et expirez très très lentement en imaginant que votre corps devient plus petit qu’il n’est réellement… devenant de plus en plus gros : aussi gros qu’un éléphant, aussi gros que la maison… que la planète terre… que l’univers. Et de plus en plus petit.

 

Effets : Donne de la stabilité physique et mentale. Permet de perdre du poids. Permet de garder la santé. Contrôle du mental. Renforce la force mentale et la volonté. Soulage la nervosité, l’anxiété, l’inquiétude et les peurs. Nettoyage émotionnel très puissant.

 

Lâcher-prise