Le souffle du Silence

 Dans le fond des océans les premières bactéries évoluent en algues bleues, puis apparaissent les poissons, qui avec des pattes embryonnaires se hissent sur les berges où leurs descendants deviendront (si l’on s’attache à observer « la branche » qui plus tard nous verra apparaître tels que nous sommes…) des mammifères, qui commenceront à « penser » pour devenir ce bipède/Jivatman qui lève son front vers les nues, se demandant d’où il vient ? Où il va ? Et surtout « qui suis-je? »

À cette interrogation les Védas lui répondent : « Tat tvam asi » Tu es Cela ! cette Conscience/Énergie première ! À toi de la retrouver en toi et nulle part ailleurs ! De même que la physique moderne a découvert, au cours de ses recherches sur les composants de l’atome, que la matière était constituée de champs magnétiques chargés d’énergie et soumis à un changement perpétuel, de même les Sages (Rishi) de l’Advaïta enseignaient que la Réalité n’est rien d’autre que de l’énergie présente sous forme de conscience et que l’être humain perçoit cet univers grossier par l’intermédiaire du mental en raison de son identification au corps. Cela peut au départ paraître complexe, mais tout devient plus clair au fur et à mesure que l’on avance dans l’étude et la pratique des Yoga-Sutras de Patanjali.

 

Que vient faire le silence là-dedans ? Le silence du mental se retrouve dans le second aphorisme des YS : « yogas citta-vrtti nirodhah » : Le yoga est la cessation de la fragmentation mentale.

Le silence est la condition sine qua non pour atteindre des états de conscience au-delà de l’intelligence ordinaire, pour éliminer les spéculations intellectuelles qui font obstacle à la réalisation spirituelle, et donner place à l’expérimentation personnelle, seul moyen d’évolution préconisé.

 



Séance de Yoga

 

Série d’exercices pour expérimenter le silence intérieur : Les Asanas pour préparer le corps et le mental, les Pranayamas pour calmer et favoriser le lâcher-prise, les Bandhas-Mudras qui purifient l’énergie et favorisent sa circulation dans le corps pour dénouer les tensions.Et la méditation pour atteindre le moi intérieur. 

 

Janu Hastasana 

  • S’asseoir sur le sol et plier le genou droit contre le ventre, pied à plat. Tendre la jambe gauche.
  • Croiser les mains sous le genou droit. Menton contre le sternum.
  • Gd Inspir, se grandir contre la jambe droite (étirement depuis le coccyx jusqu’en haut de la colonne).
  • Gd Expir, basculer lentement vers l’arrière, vertèbre après vertèbre, menton collé au sternum, dos rond et bras tendus.
  • Respiration normale : maintenir la posture (5/6 respirations).
  • Gd expir sans bouger dans le Gd Inspir remonter et se grandir à nouveau.
  • Relâcher.
  • Refaire de l’autre côté
  • Puis avec les deux jambes pliées.  
  • Puis Savasana pour savourer la sensation.
  • Effectuer 3 x – 
  • Concentration : sur la détente du dos – Relâcher en savasana entre les deux. 
  • Effets : Cette posture défatigue et détend. Mobilisation en douceur de la colonne vertébrale. Stimule les plexus nerveux de la colonne. Masse le ventre et soulage le plexus solaire. Ancrage. Stimulation énergétique complète. 

 

Konasana (Posture de l’Angle)

Se placer au sol, assise – Poser les deux pieds l’un contre l’autre. Les mains passent sous les mollets et vont attraper les pieds. Gd Inspir puis dans le Gd Expir, basculer sur l’avant. Ce sont les hanches qui font le basculement et pas la tête – la tête se pose en dernier. Rester dans la position et respiration normale (10 respirations). Gd Expir et se relever dans le Gd Inspir – Puis Savasana pour savourer la sensation. Effectuer 3x  – Concentration : 1ère fois : se concentrer sur le coccyx/sacrum – relâcher un moment sur le ventre la tête sur l’un des côtés et les bras le long du corps – 2ème fois : se concentrer sur la colonne vertébrale – relâcher un moment sur le ventre la tête sur l’un des côtés et les bras le long du corps – 3ème fois : se concentrer sur la tête. 

Effets : Étire le bas du dos, tonifie les organes abdominaux, ouvre les hanches/ Stimule les chakras inférieurs: Muladhara, Svadhistana, et Manipura. Le circuit d’énergie est montant: de la base vers Ajna chakra / tonifie le dos et délie la colonne vertébrale. Favorise l’élimination /Régule le sommeil, calme l’anxiété /apaise le système nerveux. Stimule le plexus solaire.

 

Bhujamgasana (Posture du Cobra)

1re fois – Se placer sur le ventre – Garder les jambes serrées et poser le front sur le sol – Les mains se placent juste au des dessus de la poitrine dans l’axe des épaules – Gd Inspir et Gd Expir sans bouger pour sentir le ventre contre le sol – Gd Inspir : relever le buste en décollant les bras – Tenir 8 à 10 respirations normales – Gd Inspir et dans le Gd Expir, relâcher un moment sur le ventre la tête sur l’un des côtés et les bras le long du corps. 

2e fois – Se placer sur le ventre – Garder les jambes serrées et poser le front sur le sol – Les mains se placent juste au des dessus de la poitrine dans l’axe des épaules – Gd Inspir et Gd Expir sans bouger pour sentir le ventre contre le sol – Gd Inspir : relever le buste en poussant sur les bras, mais garder les bras légèrement pliés – – Tenir 8 à 10 respirations normales – Gd Inspir et dans le Gd Expir, relâcher un moment sur le ventre la tête sur l’un des côtés et les bras le long du corps. 

3e fois – Se placer sur le ventre – Garder les jambes serrées et poser le front sur le sol – Les mains se placent juste au des dessus de la poitrine dans l’axe des épaules – Gd Inspir et Gd Expir sans bouger pour sentir le ventre contre le sol – Gd Inspir : relever le buste en poussant sur les bras complètement, le bassin reste collé au sol. 

Effectuer 3 x – Concentration 1re fois : se concentrer sur le dos – 2e fois : se concentrer sur le ventre – 3e fois : se concentrer sur la cage thoracique et le cœur. 

Effets : Renforce les poignets, les bras, les épaules et les muscles du dos / Stimule le système digestif / Ouvre la poitrine, renforce les poumons / Détend le système nerveux / Aide à soulager les troubles menstruels ainsi que les douleurs dorsales et abdominales liées à la ménopause / Contribue à l’alignement de la colonne vertébrale / Développe la confiance en soi – Apporte de la force et de la volonté – Lutte contre les peurs – Donne de la puissance et la capacité à affronter les événements- Posture qui permet de lutter contre l’hypertension. Stimulation d’Anahata Chakra.

 

Jalandhara bandha Mudra

Se placer assis sur le sol – Jambes croisées ou en lotus (Padmasana) : Contracter légèrement la zone du périnée/anus (prendre un mulabandha)

  • Gd Inspir, descendre la tête menton contre le sternum, Rétention et remonter doucement dans un Gd Expir. Ne pas oublier que l’expir est plus long que l’inspir, il faut donc garder une rétention modérée.
  • La concentration se fait sur Ajna chakra – le point entre les 2 yeux à la base du nez. Faire 5 à 10 x et progressivement jusqu’à 20x.

Effets : Agit directement sur le système endocrinien pour le stimuler et apporter une joie profonde et « sans raison », permet de garder la santé – Équilibre La thyroïde et les parathyroïdes – Lutte contre l’hypertension – Permet de ralentir le rythme cardiaque – Calme le mental – Utile en cas de maux de gorge ou extinction de la voix – Libère les blocages émotionnels – Diminue le stress, l’anxiété et la colère – Équilibre Vishuddhi chakra qui permet d’exprimer clairement et sans violence nos désirs profonds – Permet aussi la parole juste – Développe l’introspection propice à la méditation et à la focalisation du mental.

 

Tadasana

Se placer debout les pieds écartés de la largeur du bassin – tonique sur le bas du ventre et le bas du dos – épaules relâchées – tête droite – les bras pendent le long du corps. Prendre conscience des pieds en contact avec le sol – Se placer parfaitement en équilibre au milieu, le poids également réparti sur les 2 pieds – Fermer les yeux, puis visualiser des racines qui partent des pieds (qui les englobent) et qui descendent dans la terre. Ce sont de belles et grosses racines, comme celles d’un arbre. Elles sont très belles et certaines s’enfoncent très profondément dans la terre. Elles sont devant, derrière, sur les côtés et partent aussi de l’intérieur des pieds. Il faut laisser faire cet ancrage et sentir la stabilité qui en émane, à l’intérieur de soi et tout autour de soi. Gd Expir pour vider les poumons – Gd Inspir, monter sur la pointe des pieds. Gd Expir pour vider à nouveau les poumons et dans Gd Inspir suivant, monter les bras en étirant la colonne du bas jusqu’en haut comme un petit serpent – Placer les bras collés aux oreilles, les mains se regardent, doigts collés. Respiration normale. Garder l’attention au niveau des racines et des pieds, puis placer l’attention au niveau du ventre – Rester au moins ainsi pendant 6 à 8 respirations normales. Puis Gd Inspir en pleine conscience et dans le Gd Expir suivant, descendre les bras en ramenant l’énergie dans le ventre (comme un ballon jaune, chaud et doux). 

Effets : Renforce les chevilles, les genoux, les hanches, les épaules et le cou / Amène le corps dans un alignement postural approprié /Affermit les muscles des jambes et les abdominaux / Augmente la confiance en soi, la stabilité et l’enracinement / Développe la concentration, la coordination, l’équilibre et le maintien / Améliore la respiration et la circulation du sang et de la lymphe / Tonifie les reins et les surrénales. /Stimule la digestion et aide à soulager la constipation. / Donne de la stabilité et de l’endurance / Dynamise tout le corps.

 

Parivrtta Trikonasana (Posture du triangle)

Se placer debout jambes écartées. Le pied gauche est ouvert de 90° vers la gauche. Le pied droit revient légèrement vers la gauche (60°).  Gd Inspir, lever les bras au-dessus de la tête, bras toniques collés aux oreilles, étirer le dos (en ouvrant le dos et la poitrine) – Gd Expir, basculer en se penchant vers l’avant. (Attention : la bascule s’effectue au niveau de la hanche, fesses bien en arrière pour ne pas stresser le dos et les genoux sont d’abord un peu fléchis), la main droite attrape la cheville gauche et le bras gauche est tendu vers le haut et forme une ligne avec le bras droit (les jambes se redressent). Regarder cette main gauche – Respiration normale (10 secondes)

Effets : Tonifie et assouplit les muscles des jambes. Étirement de la colonne vertébrale (soulage les douleurs dorsales). Stimule les plexus nerveux de celle-ci. Renforce les mouvements péristaltiques de l’intestin pour éviter la constipation.  Ouvre la cage thoracique. Renforce la concentration- Calme le stress et l’anxiété – Permet de se recentrer. Bon pour les chevilles. Excellent pour équilibrer les énergies d’Ida et de Pingala

 

LES GUNAS

Le samkhya fait partie de la Sat darsana (les six systèmes philosophiques de l’Inde). Cette philosophie distingue le créateur (Brahman/Purusa) de la création Prakrti en spécifiant que les deux sont inséparables et présuppose l’expérience de la libération, la réalisation du Soi et aide à la compréhension. C’est la première science spirituelle à l’origine du yoga et de l’ayurvéda.

D’un côté brahman – L’énergie primordiale – sans forme

  • Purusha – esprit (Soi)
  • Paramatma – âme suprême
  • Réalité
  • Nirguna – Brahman est au-delà des gunas (nirguna)

De l’autre Prakrti – La création – le monde des formes

  • Nature
  • Maya – l’illusion (l’énergie qui crée l’illusion a trois niveaux de densité – physique – astrale et causale
  • La création est avec forme – trois gunas : ce sont les trois énergies ou trois qualités ou les trois attributs qui constituent l’univers. Prakriti contient donc toutes les formes de la création qui se manifestent par l’intermédiaire des Gunas.

 

  • 1 – Rajas : tendance au mouvement, la force active, stimulante et positive (mais elle peut être source d’agitations mentales et émotionnelles). Elle représente le mouvement, l’activité, la passion et le désir. Rajas est la qualité du changement, de l’activité et de l’instabilité. Cet attribut s’il n’est pas maîtrisé va conduire à la fragmentation, car il conduit le mouvement vers l’extérieur.
  • 2 – Sattva : tendance ascendante lumineuse, la force neutre, équilibrante et harmonisante. Elle est aussi la force supérieure qui nous permet d’évoluer. Elle représente la pureté et la clarté. Sattva crée l’harmonie, l’équilibre et la stabilité. C’est la force de la paix et l’amour qui unit. C’est un attribut qui conduit vers l’intérieur.
  • 3 – Tamas : tendance descendante et inerte, la force la plus stable, passive (qui peut entraîner l’inertie, l’ignorance…). Elle représente également l’aspect descendant dans la matière. Tamas soutient et équilibre Sattva et rajas. Tamas est la qualité de l’obscurité, de l’inertie qui peut conduire à l’obstruction, l’ignorance.  C’est le principe également de la matérialité et de l’inconscience.

Les Gunas sont en constante interaction et l’un des objectifs dans la pratique du Yoga et notamment celle des asanas est de permettre l’équilibre de ces gunas qui sont constamment menacés de déséquilibre en raison de la nature de jivatman qui est conduit en général par ahamkara, l’ego. Ces qualités les plus subtiles soutiennent la matière, la vie et l’esprit. Toutes les formes de l’univers sont constituées de diverses combinaisons des trois gunas. Non seulement les gunas amènent de la compréhension dans le monde physique, mais ils participent également à la connaissance de notre nature profonde, mentale et spirituelle. Les gunas sont régis par deux lois essentielles : la première est celle de l’alternance, car ces trois forces sont en interaction constante. La seconde est celle de la continuité, car lorsqu’un guna est prédominant, il a tendance à le rester. Il ne faut pas oublier non plus que les gunas colorent le Soi au moment de la réincarnation pour lui donner des qualités matérielles diverses (vasanas).

Il n’existe pas ou rarement de Tamas pur, de Rajas pur ou de Sattva pur. Par exemple, la nuit est tamas, le lever du soleil et le crépuscule rajas, le jour avec la lumière solaire Sattva. Ces trois phases s’alternent continuellement, cependant la nuit dure un certain temps, tout comme le jour. Tapas et Sattva ont plus de continuité que Rajas. Rajas est en constant mouvement. Tamas et Sattva ont plus de stabilité que Rajas.

 

Le yoga et l’ayurvéda insistent sur le développement de Sattva.

La pratique du Yoga demande en premier lieu de cultiver Sattva (purifier le corps et l’esprit) puis de la transcender (aller au-delà du corps et de l’esprit pour atteindre le Soi véritable.) Ceci est essentiel : si nous n’arrivons pas à développer suffisamment la pureté du corps et de l’esprit et surtout la pureté émotionnelle, il sera difficile de trouver la voie supérieure. Il faut aussi suivre un régime alimentaire adéquat, contrôler ses sens, contrôler le mental, utiliser les mantras et pratiquer la méditation. Sattva est l’attribut qui conduit Rajas et tamas à l’équilibre. Dans l’équilibre cosmique, Rajas et Tamas ont toute leur place en tant que facteurs extérieurs de la vie et sattva permet l’harmonie dans cet équilibre.

Sattva est également la clé de la guérison dans la médecine ayurvédique : un esprit sattvique sera moins à même de souffrir de maladies. Les maladies chroniques sont de l’ordre de Tamas (accumulation de toxines et déchets au niveau physique, ainsi que des pensées et émotions négatives au niveau psychologique). Les maladies aiguës sont de l’ordre de Rajas (la douleur).

 

La réalisation du Soi est la transcendance même des Gunas, aller au-delà des gunas (même de Sattva) et devenir sans attribut : Nirguna sachant que seul sattva peut nous y mener.

 « Tous les dieux résident dans l’homme, comme des vaches dans une étable ». Artha-vedda (XI,8,32). On sait bien aujourd’hui qu’effectivement tous les archétypes résident en chacun des êtres humains. L’être humain vit dans une dimension mythologique.

 Les trois formes त्रिमूर्ति – la trimurti est la triple déité de Para Brahman (Manifestation de Brahman) à travers lesquelles les trois fonctions cosmiques de l’univers, la création, la conservation et la destruction sont symbolisées : Brahma, le créateur, Vishnu, le conservateur et Shiva, le destructeur. Le légendaire yogi du nom de Dattatreya est souvent considéré une déité au corps aux trois têtes, Brahma, Vishnu et Shiva. Dans l’upanishad Maitrayaniya, les trois déités sont associées aux trois gunas : Créateur (Brahma)/Mouvement (Rajas) ; Conservateur (Vishnu)/pureté (Sattva) ; Destructeur (Siva)/désintégration (tamas), mais Shiva est aussi associé aux trois gunas ensemble.

 

Vrksāsana (Posture de l’arbre) 

  Se placer debout, jambes légèrement écartées de la largeur du bassin. Prendre appui sur la jambe gauche et placer le pied droit au niveau de la cheville, du genou, de la cuisse ou en demi-lotus. Placer les mains en Namasté. Gd Expir, puis Gd Inspir, monter les bras, placer les bras collés aux oreilles, les mains se regardent, les doigts sont joints. Respiration normale, bien étirer le dos. Gd Inspir, puis dans le Gd Expir, ouvrir le bras droit, le placer dans l’alignement de l’épaule, main vers le ciel. Gd Inspir puis dans le prochain Gd Expir, ouvrir l’autre bras, le placer dans l’alignement de l’épaule, main vers le ciel. Les deux bras sont ouverts et écartés. Gd Inspir, remonter les bras, au-dessus de la tête, et Gd Expir, les redescendre en Namasté. 

Effets : Effacement des courbures vertébrales et étirement des disques intervertébraux – Faire disparaître certaines tensions dorsales – Stimule la digestion – Combat la fatigue – Étirement des épaules – Tonification de la zone du périnée avec la contraction – permet d’activer la circulation énergétique – Cette posture permet de fortifier le corps dans son ensemble et renforce la résistance. Elle permet d’équilibrer les énergies des Gunas et renforce la concentration, la tolérance et la volonté. Stimulation d’Anahata Chrakra (chakra du cœur).

Respiration Complète

S’asseoir en Padmasana (assise jambes croisées ou en lotus ou demi lotus). Dos droit. Épaules relâchées. Tête droite, main droite sur le ventre. Prendre conscience de sa respiration, l’air qui rentre dans les poumons et l’air qui sort. Prendre conscience de la température de l’air qui rentre et de l’air qui sort des poumons. Puis Gd Inspir (lent et doux et contrôlé), on remplit le ventre, la cage thoracique et le haut du thorax. Gd Expir, on vide le haut du thorax, la cage thoracique et le ventre qui se rentre, rentre et rentre. Recommencer ainsi le plus doucement et lentement possible pendant au moins 10 minutes. Jusqu’à 15 mn, dès que l’on se sent confortable avec cette respiration.

Effets : permet la détente, le lâcher-prise. Oxygène parfaitement le corps. Calme le mental et amène la sérénité. Permet de prendre du recul. Cette respiration est la clé pour détendre complètement et pacifier le mental.

 

 

 

 Le Yoga est une force transformatrice (agni – le feu) dans lequel nous offrons notre corps, notre vie et notre esprit aux flammes de la conscience de notre être véritable. Ce feu intérieur nous emporte à travers la nuit profonde de l’ignorance pour nous conduire vers le jour éternel de l’illumination. Nous devons créer le feu de guérison pour être heureux, être en bonne santé et garder la vitalité. Le Yoga et l’Ayruvéda sont deux sciences de l’agni (Forces transformatrices). L’idée est de passer d’un niveau énergétique à un autre plus élevé et de plus en plus élevé . Le yoga utilise le feu du souffle afin de purifier et transformer notre conscience. Notre corps subtil et son système de nadis (méridiens) et de chakras est semblable à un grand arbre qui a besoin d’être « énergisé » par le feu de la Kundalini (Force intérieure transformant la conscience) émanant de l’âme (Moi véritable).

Pour effectuer des changements, nous devons modifier l’énergie qui en est à l’origine. Cette énergie s’appelle Prana (énergie primordiale ou cosmique/puissance créative originelle)

 

 L’univers tout entier est une manifestation de Prana. Outre le Prana agité (manifestation du mental et de la création), il existe le Prana du calme parfait dans lequel on peut trouver un degré extrême de bien-être physique et mental. (Prana de nature cosmique). Le Prana agité (identification avec les désirs matériels) cache la vraie nature du Prana calme.

Dans le corps humain, Prana l’énergie universelle se déplace de manière spécifique dans les régions spécifiques du corps, permettant la régulation et le contrôle des fonctions physiques et mentales. Selon la région dans laquelle Prana prédomine , il se decline en Vayus (vents, souffles vitaux).

 

 

Majarasana 

  • 1ère phase : se placer à quatre pattes – Mains vers l’extérieur – Tonique sur les bras et les épaules. Gd Inspir sans bouger – Gd Expir, lever la jambe droite le plus haut possible, jambe pliée. Se concentrer sur le rein droit – Rester 5 ou 6 respirations. Gd Expir reposer la jambe et faire de l’autre côté et se concentrer sur le rein gauche.
  • 2ème phase : Gd Inspir, faire dos rond, bien rentrer le menton contre le sternum. Dans la rétention rester concentré sur le dos et bien pousser sur les bras. Dans le Gd Inspir revenir sans camber, bien tonique sur les bras et les épaules. Effectuer 5 fois – la dernière fois,bien lâcher l’expir en remontant d’un seul coup.  Concentration : sur le mouvement et l’étirement du dos. 

Effets : Majrasana permet de détasser les disques intervertébraux et de stimuler les plexus nerveux de la colonne. Permet de garder une colonne souple et saine. Évite les douleurs sciatiques et libère le coccyx et le sacrum. On a également un effet sur les fonctions digestives et respiratoires. Apporte une grande stabilité mentale. Stimule les reins. Permet également d’ouvrir la cage thoracique pour plus de détente, une plus grande capacité respiratoire et la stimulation d’Anahata Chakra (ouverture à soi-même et aux autres dans la justesse).

 

Nadi Sodhana

Nadi Sodhana

S’installer assis de manière confortable (dos contre le dossier d’une chaise ou un mur), jambes pliées ou tendues. Tonique sur le bas du dos et le bas du ventre – Dos droit – Tête droite – Épaules relâchées – Prendre la mesure de sa respiration – Respiration normale – Puis placer le pouce droit contre la narine droite, l’index et le majeur sur le point entre les deux yeux à la base du nez et l’annulaire sur la narine gauche – Gd Inspir à gauche – Rétention – Gd Expir à droite et Gd Inspir à droite – Rétention et Gd Expir à gauche et Gd Inspir à gauche etc…– rétention et refaire (5 x en tout – Relâcher et refaire 5 x). 

Effets : Purifiante – Apaisante – Équilibrante – Elle permet de développer la concentration et de préparer à la méditation. Équilibre les énergies Pingala (côté droit de la colonne) et Ida (côté gauche de la colonne – Élimine les éléments pathogènes au niveau des narines et prévient les troubles ORL.

 

Ujjayi Pranayama – le souffle victorieux 

S’asseoir dans une posture confortable – Padmasana (lotus) ou jambes croisées, sur un coussin ou sur une chaise pieds bien à plat. Vérifier que la posture est correcte – Dos droit, tête droite, épaules relâchées. Se concentrer sur la respiration qui est normale. Prendre conscience de l’air qui rentre dans les poumons et l’air qui en sort. Gd expir pour bien vider les poumons et Gd inspir en laissant l’air frotter contre la glotte (sans forcer) – Le bruit est doux et continu et on peut ressentir les vibrations dans la gorge. Continuer ainsi que 10 respirations. 

Effets : Nettoie et humidifie l’air qui rentre dans les poumons – Nettoie les poumons par une légère vibration des bronches – Permet une respiration plus profonde et augmente la capacité respiratoire. Excellent contre la nervosité – Favorise les échanges gazeux pour une meilleure oxygénation du corps. Anti-stress – Oxygénation du corps – Libération des tensions émotionnelles.

 

Méditation de la pure lumière

 

  • S’asseoir en Padmasana (assis jambes croisées ou en lotus ou demi lotus) ou sur un tabouret.
  • Tonicité dans le ventre, le bas du dos.
  • Prendre conscience du bassin, puis de la colonne vertébrale et depuis le coccyx et le sacrum, imaginer une énorme racine qui part très profondément dans la terre.
  • Prendre conscience de l’alignement de la colonne vertébrale.
  • Les épaules sont ouvertes et relâchées. La nuque reste étirée avec la tête dans l’alignement, menton // au sol.
  • Imaginez que vous êtes une fleur de lotus, très belle et très vibrante.
  • Depuis tous les points de contacts avec le sol (pieds, chevilles, mollets/tibias, cuisses et fessiers) partent de magnifiques racines qui s’enfoncent très profondément dans la terre.
  • La main droite est posée dans le creux des jambes et l’autre main par-dessus, les 2 pouces l’un contre l’autre pour les femmes (Bhairavi Mudra) et inversement pour les hommes (Bhairava Mudra).
  • Légère contraction de la zone périnée/anus (mulabandha) et langue roulée contre le palais mou (kechari mudra).
  • Prendre conscience de sa respiration. La respiration est normale. Sentir l’air qui rentre dans les narines et l’air qui en sort.
  • Noter la différence de température entre l’air qui sort et l’air qui rentre.
  • Noter également le petit instant d’immobilité entre l’inspir et l’expir et entre l’expir et l’inspir.

 

  • 1 – Garder la concentration sur la verticalité du dos – du dos et de la nuque
  • 2 – Mantra de la Pure lumière « OM HRiM HAMSA SO HAM SWAHA » : a) chanter ;  b) murmurer ; c) intérioriser

 

Mantra de la pure Lumière : Mantra du Vedanta (philosophie des Upanishads avec le concept de l’unité : le macrocosme est le microcosme – Atman est Brahman)

  • Om le son primordial (Brahman)
  • Hrim, le son du cœur
  • Hamsa, le mantra d’Atman (la conscience libérée)
  • So’Ham, je suis cela (je suis l’énergie indifférenciée, brahman)
  • Swaha, la consécration de la lumière – dissolution dans la pure lumière

Dans la philosophie tantrique 

  • Om est Shiva dans sa forme indifférenciée
  • Hrim est Shakti, l’énergie de la création
  • Hamsa So’Ham est l’unification de Shiva & Shakti dans notre souffle et notre conscience
  • Swaha, la consécration de la lumière – dissolution dans la pure lumière

Dans la philosophie du yoga : Stimulation et harmonisation de tous les chakras

  • Om est le guru suprême
  • Hrim, la lumière de la kundalini éveillée
  • Hamsa So’Ham est l’équilibre entre le soleil et la lune, les forces solaires de Pingala et les forces lunaires d’Ia
  • Swaha, la consécration de la lumière – dissolution dans la pure lumière

Dans la philosophie de l’ayurveda : Excellent exercice pour favoriser la guérison

  • Om, le prana (énergie vitale) cosmique
  • Hrim, le pouvoir de santé du cœur spirituel
  • Hamsa So’Ham est le pouvoir du souffle pour donner de la vitalité et favoriser le rajeunissement
  • Swaha, la consécration de la lumière

Au niveau astrologique : peut-être utilisé pour renforcer le soleil dans sa vie

  • Om, mantra de la lumière cosmique
  • Hrim, mantra du soleil
  • Hamsa So’Ham, l’énergie du soleil comme puissance de vie et de conscience
  • Swaha, la consécration de la lumière

 

Le souffle du Silence – Séance de Yoga

%d blogueurs aiment cette page :